×

Réservation sur demande à [email protected]
Précisez la ville, la date et le nombre de billets souhaités

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Sur demande

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Retour

Kirill Petrenko (c) Teatro Alla Scala

Strauss R. Der Rosenkavalier

Du 15 octobre Au 29 octobre 2024
Teatro alla Scala - Milano
Programme

Strauss R. : Der Rosenkavalier 200 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Kirill Petrenko
  • Metteur en scène
    Harry Kupfer
  • Interprètes
    Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg: Krassimira Stoyanova
    Octavian: Kate Lindsey
    Sophie: Sabine Devieilhe
    Ochs auf Lerchenau: Günther Groissböck
    Ein Sänger: Piero Pretti
    Herr von Faninal: Johannes Martin Kränzle
    Annina: Tanja Ariane Baumgartner
RÉSERVATION VOYAGE MILAN SUR DEMANDE

Assistez à ce spectacle dans le cadre d'un voyage musical

Voir tous nos séjours musicaux à MILAN ICI 

Plus d'information et devis ci-dessous :

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro alla Scala - Milano Location Via Filodrammatici, 2 - 20121 Milano Italie

  • Capacité de la salle : 2000

Temple de l’opéra où résonnent encore les notes de Verdi, Toscanini et les voix de Callas et de tant d’autres grands artistes qui ont fait et qui continuent à faire sa légende, la Scala est une merveilleuse salle et un lieu incontournable pour tout amateur de musique classiqueRéservez vos billets !

Il aura fallu douze jours, pas un de plus, aux aristocrates milanais pour élaborer les plans d'un nouveau théâtre et les envoyer à l'Impératrice Marie-Thérèse, après l'incendie du Théâtre Ducal. Deux ans plus tard, en 1778, le nouvel opéra est inauguré, sur l'emplacement de l'église Santa Maria alla Scala et le Teatro alla Scala se distingue rapidement par la qualité de ses productions : l'Europe entière vient admirer la richesse des costumes, un choeur à l'effectif imposant, et des chanteurs qui se distinguent par la justesse de leur jeu dramatique.

Le spectacle est aussi dans la salle : on se réunit dans les loges, on échange les dernières nouvelles, on soupe, on joue même aux cartes. La tradition s'est heureusement perdue, mais le public de La Scala sait encore, de nos jours, se manifester bruyamment, qu'il désapprouve quelque trille, ou qu'il consacre définitivement la carrière d'une prima donna.

Toutefois, au XIXème siècle, la concurrence du Teatro di San Carlo de Naples qui attire les plus grandes voix de la péninsule, oblige la Scala à se renouveler, mais avec quel panache ! Les noms de Rossini, Bellini et Verdi se lieront pour toujours à celui de la salle milanaise, et l'histoire de la musique italienne, de la musique tout court, est inscrite dans ses murs. C'est ici que sont créés NORMA, LE TURC EN ITALIE, NABUCCO ou FALSTAFF ; c'est ici que triomphent Isabella Colbran ou Maria Malibran.

Le règne de Verdi à peine terminé, c'est celui de Toscanini qui commence. Au milieu des orages déclenchés par ses célèbres colères, le chef italien saura constituer un orchestre et une troupe de chanteurs permanents qui imposent de nouveaux critères de qualité pour le monde entier. En ces années-là, on ne chante au MET de New-York qu'à la condition d'avoir été applaudi à la Scala ...

La Scala sera détruite en 1943, mais, très vite reconstruite selon les plans d'origine, elle a su garder son âme, grâce à des artistes comme Giulini, Callas, Tebaldi, Karajan ou Visconti, qui ont su, eux aussi, trembler à l'idée de se produire sous le grand lustre en cristal de Murano.

Teatro alla Scala

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Der Rosenkavalier

Écouter la playlist Music & Opera : 

Considéré comme le chef-d’œuvre absolu de l’opéra allemand du XXe siècle, Der Rosenkavalier de Richard Strauss déroule un tapis de beautés orchestrales. Jamais auparavant, l’écriture vocale n’aura atteint ce degré de sublime avec les voix féminines. Et que dire de l’émouvant livret signé Hofmannsthal...

Composée par un des plus grands compositeurs allemands du XXème siècle, Richard Strauss, et porté par le livret d'Hugo von Hoffmanstahl, un immense poète viennois, Le Chevalier à la Rose est un chef d'œuvre de l'opéra où la finesse et la subtilité rivalisent avec une légèreté et une élégance sans égales.

HISTOIRE
L'histoire se déroule à Vienne au XVIIIème siècle et narre les amours d'un jeune homme et d'une jeune femme promise à un autre, sous le regard attendri mais résigné de la Maréchale, l’ancienne maîtresse du jeune homme.

Acte1
Dans sa chambre au lever du jour, la Maréchale et son jeune amant Octavian sortent d'une nuit passionnée et s'échangent quelques mots tendres quand surgit le Baron Ochs von Lerchenau, son cousin. Octavian a juste le temps de se déguiser en soubrette pour sauver les apparences. Ochs vient annoncer son prochain mariage avec la jeune Sophie, fille d’un riche commerçant et vient prendre conseil auprès de la Maréchale. Comme le veut la coutume, il cherche un chevalier digne d'aller porter une rose d'argent à sa nouvelle fiancée. La Maréchale amusée par le baron qui tente de séduire la soubrette Octavian, lui propose justement le jeune comte Octavian. Satisfait, le Baron s'en va discuter de son contrat avec le notaire et essaie d’obtenir un rendez-vous galant avec la soubrette, grâce à l’intermédiaire des intrigants Valzacchi et Annina. Prenant congés de tous ses gens, la Maréchale se laisse aller à la mélancolie. Elle ressent pour le première fois le poids du temps et voit sa jeunesse doucement lui échapper. Pressentant qu'Octavian ne tardera plus à la quitter, elle lui fait part de ses états d’âme et malgré ses dénégations, il la quitte sans un baiser.

Acte 2
Chez Monsieur de Faninal, père de la jeune conquête du Baron Ochs von Lerchenau, Octavian entre et offre la rose d'argent à Sophie de Faninal. Aussitôt, les deux jeunes gens sont attirés l'un par l'autre. Lorsque le Baron s'en vient réclamer son dû, la jeune Sophie est choquée par la grossièreté de son futur époux et pendant que celui-ci parle avec son père, la jeune fille implore Octavian de la protéger. Finalement mis au courant du tendre amour naissant entre les deux jeunes gens, le Baron se bat en duel avec Octavian. Monsieur de Faninal expulse finalement Octavian en criant au scandale et menace sa fille de l'envoyer au couvent si elle n'épouse par le Baron. Ce dernier reçoit un billet doux de la fausse soubrette.

Acte 3
Octavian ne s'avoue pas vaincu et grâce aux deux intriguants, il met en place toute une machination. Déguisé en soubrette, il a invité le Baron pour le confondre. Dans une confusion la plus totale, une fausse épouse abandonnée avec ses prétendus enfants surgissent et le scandale éclate. La police intervient bientôt rejointe par Faninal et Sophie. La Maréchale apparaît alors. Ayant compris toute la situation, elle invite le Baron acculé à s’effacer dignement. A son tour, elle se retire discrètement avec Faninal pour laisser Octavian et Sophie tout à leur bonheur.

PRINCIPAUX RÔLES
Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg, La Maréchale (Soprano)
Der Baron Ochs auf Lerchenau, Le baron (Basse)
Octavian, le jeune amant de la Maréchale (Mezzo)
Herr von Faninal, un riche marchand récemment anobli (Baryton)
Sophie, sa fille (Soprano)
Valzacchi, un Intrigant (Ténor)
Annina, sa complice (Contralto)
Un Chanteur (Tenor)
Un Notaire (Bass)

Teatro Alla Scala Milan (c) Rolex Ambroise Tézenas

Vous pouvez aussi être interessé par…