×

Réservation sur demande à [email protected]
Précisez la ville, la date et le nombre de billets souhaités

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Sur demande

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Retour

© Mathias Leidgschwendne

Wagner Das Rheingold

Du 28 octobre Au 10 novembre 2024
Teatro alla Scala - Milano
Programme

Wagner : Das Rheingold

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Christian Thielemann
  • Metteur en scène
    David McVicar
  • Interprètes
    Wotan: Michael Volle
    Fricka: Okka von der Damerau
    Loge: Norbert Ernst
    Erda: Christa Mayer
    Alberich: Johannes Martin Kränzle
    Fafner: Ain Anger
    Fasolt: Jongmin Park
    Mime: Wolfgang Ablinger-Sperrhacke
    Freia: Olga Bezsmertna
    Donner: Andrè Schuen
RÉSERVATION VOYAGE MILAN SUR DEMANDE

Assistez à ce spectacle dans le cadre d'un voyage musical

Voir tous nos séjours musicaux à MILAN ICI 

Plus d'information et devis ci-dessous :

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro alla Scala - Milano Location Via Filodrammatici, 2 - 20121 Milano Italie

  • Capacité de la salle : 2000

Temple de l’opéra où résonnent encore les notes de Verdi, Toscanini et les voix de Callas et de tant d’autres grands artistes qui ont fait et qui continuent à faire sa légende, la Scala est une merveilleuse salle et un lieu incontournable pour tout amateur de musique classiqueRéservez vos billets !

Il aura fallu douze jours, pas un de plus, aux aristocrates milanais pour élaborer les plans d'un nouveau théâtre et les envoyer à l'Impératrice Marie-Thérèse, après l'incendie du Théâtre Ducal. Deux ans plus tard, en 1778, le nouvel opéra est inauguré, sur l'emplacement de l'église Santa Maria alla Scala et le Teatro alla Scala se distingue rapidement par la qualité de ses productions : l'Europe entière vient admirer la richesse des costumes, un choeur à l'effectif imposant, et des chanteurs qui se distinguent par la justesse de leur jeu dramatique.

Le spectacle est aussi dans la salle : on se réunit dans les loges, on échange les dernières nouvelles, on soupe, on joue même aux cartes. La tradition s'est heureusement perdue, mais le public de La Scala sait encore, de nos jours, se manifester bruyamment, qu'il désapprouve quelque trille, ou qu'il consacre définitivement la carrière d'une prima donna.

Toutefois, au XIXème siècle, la concurrence du Teatro di San Carlo de Naples qui attire les plus grandes voix de la péninsule, oblige la Scala à se renouveler, mais avec quel panache ! Les noms de Rossini, Bellini et Verdi se lieront pour toujours à celui de la salle milanaise, et l'histoire de la musique italienne, de la musique tout court, est inscrite dans ses murs. C'est ici que sont créés NORMA, LE TURC EN ITALIE, NABUCCO ou FALSTAFF ; c'est ici que triomphent Isabella Colbran ou Maria Malibran.

Le règne de Verdi à peine terminé, c'est celui de Toscanini qui commence. Au milieu des orages déclenchés par ses célèbres colères, le chef italien saura constituer un orchestre et une troupe de chanteurs permanents qui imposent de nouveaux critères de qualité pour le monde entier. En ces années-là, on ne chante au MET de New-York qu'à la condition d'avoir été applaudi à la Scala ...

La Scala sera détruite en 1943, mais, très vite reconstruite selon les plans d'origine, elle a su garder son âme, grâce à des artistes comme Giulini, Callas, Tebaldi, Karajan ou Visconti, qui ont su, eux aussi, trembler à l'idée de se produire sous le grand lustre en cristal de Murano.

Teatro alla Scala

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Das Rheingold

L'OR DU RHIN: PROLOGUE DE LA TETRALOGIE

 

L'Anneau des Nibelungen est un cycle dramatique en trois journées et un prologue de Richard Wagner. L'Or du Rhin constitue le prologue de cette tétralogie qui marque l'apogée de l'écriture musicale du compositeur allemand. La première représentation de l'opéra eut lieu en 1869, à Munich. Dans cette oeuvre brève, en un acte, Wagner met en place les principaux thèmes de sa tétralogie, qui se poursuivra avec La Walkyrie, Siegfried et le Crépuscule des dieux. Ce cycle d'opéra fait largement appel aux sujets et aux personnages des mythologies germaniques.

 

L'HISTOIRE

 

L'histoire de l'Or du Rhin se passe dans les temps très anciens de la mythologie germanique, avant l'apparition de l'homme. Depuis le commencement du monde, l'or repose au fond du Rhin, où il est gardé par les trois filles de l'eau.

 

Le nain Alberich, un Nibelung, leur fait la cour, mais elles se moquent de lui. Il se rend cependant compte que le fond du fleuve est tapissé de matière précieuse. Il soutire par magie le secret de l'or aux filles du fleuve : celui qui s'emparera du métal précieux pourra forger un anneau d'or qui lui donnera la puissance absolue.

Alberich dérobe l'or du Rhin. Sur le Walhalla, les dieux découvrent le palais somptueux que leur ont construit les géants. En échange, Wotan leur a promis Freia, la déesse de la jeunesse.Soudain conscient que les dieux sont condamnés à vieillir et à mourir, Wotan se ravise.

Accompagné de Loge, il se rend dans le royaume des Nibelungen, où Alberich règne en tyran. Grâce à une ruse, ils lui dérobent l'anneau. Le nain lance alors une malédiction : l'anneau causera la mort de son propriétaire. Les géants viennent réclamer leur dû : Wotan leur donne l'or, ainsi que l'anneau.

La malédiction opère aussitôt et Fafner tue Fasolt. Freia est libérée, les dieux retrouvent leur jeunesse et leur sérénité. L'opéra se termine sur une vision majestueuse de leur règne sur le Walhalla.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Les dieux Wotan, père des dieux

Donner, dieu du tonnerre

Froh, dieu du soleil

Loge, dieu du feu Fricka, déesse du mariage et femme de Wotan

Freia, sa soeur, déesse de la jeunesse

Erda, déesse de la terre

Les Nibelungen Alberich, roi Mime, frère d'Alberich

Les Géants : Fasolt et Fafner

Les filles du Rhin: Woglinde,Wellgunde et Flosshilde

Teatro Alla Scala Milan (c) Rolex Ambroise Tézenas

Vous pouvez aussi être interessé par…