À partir de 78 €
×

Complet

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Complet
Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Staatsoper Unter den Linden

Strauss R. Der Rosenkavalier

Du 27 février Au 29 février 2020
Staatsoper Unter den Linden - Berlin
Programme

Strauss R. : Der Rosenkavalier 200 mn

Chanté en : Allemand
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Zubin Mehta
  • Metteur en scène
    André Heller
  • Interprètes
    Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg: Camilla Nylund
    Octavian: Michèle Losier
    Sophie: Nadine Sierra
    Ochs auf Lerchenau: Günther Groissböck
    Ein Sänger: Atalla Ayan
    Herr von Faninal: Roman Trekel
    Annina: Katharina Kammerloher
Description

L’aristocratie viennoise n’est pas étrangère aux querelles de famille: le baron baron Ochs auf Lerchenau interrompt le tête-à-tête du matin entre sa cousine, la Marschallin, et son jeune amoureux Octavian, pour lui demander de l'aider dans ses projets de mariage, qui sont davantage orientés par gain financier que l'amour. Ochs ne soupçonne pas qu'Octavian lui-même, qui est choisi pour livrer la rose des fiançailles, finira par tomber amoureux de la mariée.

Après ses dramatiques œuvres en un acte, Salomé et Elektra, inspirées de mythes anciens, Richard Strauss a été attiré par une matière plus légère et plus gaie pour son prochain opéra, à la manière des opéras comiques de Mozart. Hugo von Hofmannsthal, dont le livret a créé une Vienne artificielle, de style rococo, aux coutumes et aux dialectes aussi convaincants qu'imaginaires, que Strauss raffine avec des valses anachroniques. Cette Vienne fantaisiste, débordante de joie de vivre, d’esprit et de limites de classes traditionnelles, mais qui porte également des traces de dépression et de morbidité, n’est pas simplement le reflet du XVIIIe siècle, mais aussi du déclin de la belle époque. La partition de Strauss offre toute la gamme des riches timbres orchestraux avec une indulgence débridée qui culmine dans la section de clôture inégalée: des ruptures profondes apparaissent également. Quelques années seulement avant l'effondrement de la monarchie des Habsbourg, "Le Rosenkavalier" est un chant du cygne à une époque entière.

Source © Staatsoper Unter Den Linden

offre M&O

Assistez à ce spectacle dans le cadre d'un voyage !

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper Unter den Linden - Berlin Location Unter den Linden 7 - 10117 Berlin Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Lorsqu'en 1742, l'opéra situé sur la Lindenallee est inauguré, Frédéric II entend en faire le symbole culturel de sa capitale idéale, situé au centre du « Forum Fridericianum ». Ce « palais enchanté », selon les propres mots du despote éclairé, est effectivement devenu un des rares vestiges de l'ancienne ville encore visible aujourd'hui, concentrant en lui une grande partie de l'héritage de la culture musicale allemande : l'orchestre rattaché à l'opéra, la Staatskapelle de Berlin, avait été fondé en 1570, et dans la liste de ses chefs permanents, on trouve les noms de Meyerbeer, Mendelssohn, Richard Strauss, Furtwangler, Klemperer ou Karajan !

Durant le XIXème siècle, l'opéra de Berlin reste un opéra de cour, où l'on crée le FREISCHÜTZ de Weber, mais les activités de la Staatskapelle de Berlin se développent sous la responsabilité de Spontini, qui fut le premier nommé "Preußischer Generalmusikdirektor". C'est dire la responsabilité de la formation berlinoise dans la vie musicale allemande de l'époque, qui ira croissante après la création, en 1842, des SINFONIE-SOIREEN ouvertes au public par souscriptions.

En 1919, l'Opéra Royal devient Opéra d'État, et prend activement part à la folle activité créatrice de l'Allemagne des années vingt : Erich Kleiber y présente au monde le WOZZECK de Berg, et dans ce temple de l'art lyrique résonnent les harmonies d'inspiration populaire d'un Kurt Weill, avant que le nazisme ne mette fin à cette intense période de créativité. Pendant la guerre, Karajan saura y forger sa réputation, sous les bombes qui détruisent le bâtiment, partiellement en 1941, et définitivement en 1945.

De par sa situation géographique, le Staatsoper deviendra en 1949 l'Opéra de Berlin-Est. En 1955, l'administration de la RDA réinstallera la troupe dans l'illustre salle rebâtie selon les plans d'origine, où se produiront les Peter Schreier et autres Theo Adam qui ont su faire vivre une véritable école de chant est-allemande.

Avec la réunification, l'institution est profondément réorganisée, sous l'impulsion notamment de Daniel Barenboim qui prend le titre de Directeur Général de la Musique en 1992. Fier de son impressionnante histoire, l'actuel Opéra Unter den Linden n'hésite plus à se souvenir de ses origines baroques, et l'on y ressuscite plus qu'ailleurs les opéras antérieurs à ceux de Mozart, comme ce CLEOPATRA E CESARE de Graun qui avait ouvert la première saison de 1742. Mais on y passe aussi des commandes à Pierre Boulez, tout en défendant évidemment le répertoire traditionnel, dans lequel Wagner tient une large place. A juxtaposer ainsi la tradition et l'innovation, il se présente désormais comme une des institutions les plus représentatives du nouveau dynamisme berlinois. 

Staatsoper Unter den Linden

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Der Rosenkavalier

Considéré comme le chef-d’œuvre absolu de l’opéra allemand du XXe siècle, Der Rosenkavalier de Richard Strauss déroule un tapis de beautés orchestrales. Jamais auparavant, l’écriture vocale n’aura atteint ce degré de sublime avec les voix féminines. Et que dire de l’émouvant livret signé Hofmannsthal...

Composée par un des plus grands compositeurs allemands du XXème siècle, Richard Strauss, et porté par le livret d'Hugo von Hoffmanstahl, un immense poète viennois, Le Chevalier à la Rose est un chef d'œuvre de l'opéra où la finesse et la subtilité rivalisent avec une légèreté et une élégance sans égales.

HISTOIRE
L'histoire se déroule à Vienne au XVIIIème siècle et narre les amours d'un jeune homme et d'une jeune femme promise à un autre, sous le regard attendri mais résigné de la Maréchale, l’ancienne maîtresse du jeune homme.

Acte1
Dans sa chambre au lever du jour, la Maréchale et son jeune amant Octavian sortent d'une nuit passionnée et s'échangent quelques mots tendres quand surgit le Baron Ochs von Lerchenau, son cousin. Octavian a juste le temps de se déguiser en soubrette pour sauver les apparences. Ochs vient annoncer son prochain mariage avec la jeune Sophie, fille d’un riche commerçant et vient prendre conseil auprès de la Maréchale. Comme le veut la coutume, il cherche un chevalier digne d'aller porter une rose d'argent à sa nouvelle fiancée. La Maréchale amusée par le baron qui tente de séduire la soubrette Octavian, lui propose justement le jeune comte Octavian. Satisfait, le Baron s'en va discuter de son contrat avec le notaire et essaie d’obtenir un rendez-vous galant avec la soubrette, grâce à l’intermédiaire des intrigants Valzacchi et Annina. Prenant congés de tous ses gens, la Maréchale se laisse aller à la mélancolie. Elle ressent pour le première fois le poids du temps et voit sa jeunesse doucement lui échapper. Pressentant qu'Octavian ne tardera plus à la quitter, elle lui fait part de ses états d’âme et malgré ses dénégations, il la quitte sans un baiser.

Acte 2
Chez Monsieur de Faninal, père de la jeune conquête du Baron Ochs von Lerchenau, Octavian entre et offre la rose d'argent à Sophie de Faninal. Aussitôt, les deux jeunes gens sont attirés l'un par l'autre. Lorsque le Baron s'en vient réclamer son dû, la jeune Sophie est choquée par la grossièreté de son futur époux et pendant que celui-ci parle avec son père, la jeune fille implore Octavian de la protéger. Finalement mis au courant du tendre amour naissant entre les deux jeunes gens, le Baron se bat en duel avec Octavian. Monsieur de Faninal expulse finalement Octavian en criant au scandale et menace sa fille de l'envoyer au couvent si elle n'épouse par le Baron. Ce dernier reçoit un billet doux de la fausse soubrette.

Acte 3
Octavian ne s'avoue pas vaincu et grâce aux deux intriguants, il met en place toute une machination. Déguisé en soubrette, il a invité le Baron pour le confondre. Dans une confusion la plus totale, une fausse épouse abandonnée avec ses prétendus enfants surgissent et le scandale éclate. La police intervient bientôt rejointe par Faninal et Sophie. La Maréchale apparaît alors. Ayant compris toute la situation, elle invite le Baron acculé à s’effacer dignement. A son tour, elle se retire discrètement avec Faninal pour laisser Octavian et Sophie tout à leur bonheur.

PRINCIPAUX RÔLES
Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg, La Maréchale (Soprano)
Der Baron Ochs auf Lerchenau, Le baron (Basse)
Octavian, le jeune amant de la Maréchale (Mezzo)
Herr von Faninal, un riche marchand récemment anobli (Baryton)
Sophie, sa fille (Soprano)
Valzacchi, un Intrigant (Ténor)
Annina, sa complice (Contralto)
Un Chanteur (Tenor)
Un Notaire (Bass)

Staatsoper Unter den Linden

Vous pouvez aussi être interessé par…

0