À partir de 156 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Pas en vente
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

© Guergana Damianova / Onp

Rossini Il Barbiere di Siviglia

Du 30 mai Au 19 juin 2022
Opéra Bastille - Paris
Programme

Rossini : Il Barbiere di Siviglia 160 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Roberto Abbado
  • Metteur en scène
    Damiano Michieletto
  • Interprètes
    Figaro: Andrzej Filonczyk
    Rosina: Marianne Crebassa
    Il Conte d’Almaviva: René Barbera
    Dottore Bartolo: Renato Girolami
    Don Basilio: Alex Esposito
catégorie premium

Catégorie Premium (valable sur certaines dates) : cette catégorie comprend un accès prioritaire aux meilleures places en Catégorie + (Optima), une coupe de champagne par personne à consommer dans des salons privés et un programme du spectacle par commande.

Le prix comprend une contribution (150 € par billet) au soutien des amis de l'Opéra (AROP).

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opéra Bastille - Paris Location Place de la Bastille - 75012 Paris France

  • Capacité de la salle : 2745

L'histoire de l'Opéra de Paris, depuis sa création ordonnée par Louis XIV, en passant par la construction du Palais Garnier sous Napoléon III, est rythmée par les volontés du pouvoir politique français.

La décision de créer un nouvel Opéra sur la place de la Bastille n'a pas échappé pas à cette règle, puisqu'elle fut prise par François Mitterrand, un peu moins d'un an après son accession à la Présidence de la République. Un concours international est alors organisé, et parmi les 750 projets présentés, c'est finalement celui de l'architecte uru-guayo-canadien Carlos Ott qui sera retenu.

Le nouveau bâtiment, qui marque de sa large emprise au sol la place où a débuté la Révolution française, sera inauguré pour la célébration du Bicentenaire de cette même Révolution, en 1989.

 

De la place de la Bastille, la façade de verre, avec son éclairage "aléatoire" imaginé par Yann Kersalé, laisse deviner la sobre modernité des intérieurs, d'autant qu'ils reprennent les mêmes matériaux que les extérieurs, par souci d'ouverture vers le public. Une fois dans les lieux, on découvrira aussi l'heureuse chaleur des bois clairs qui ornent la grande salle frontale de 2703 places. Mais qui a vu cela n'a presqu'encore rien vu : il faut imaginer les espaces scéniques de dégagements qui occupent à eux seuls 55% du volume total de l'édifice, les six sous-sols de locaux techniques, les ateliers où sont fabriqués et stockés les décors mobiles mais aussi les costumes, ou encore cette salle Gounod aux dimensions identiques à la scène principale et où se déroulent les répétitions. Car autour d'un axe de symétrie symbolisé par ces diapasons sculptés qui ornent les parties publiques, l'Opéra Bastille est aussi une formidable machine à fabriquer des spectacles, truffée d'informatique et où s'active la population d'une véritable ville dans la ville.

C'est le chef d'orchestre Myung-Whun Chung qui eut la lourde tâche de faire démarrer cette machine. Le public attentif découvrit alors des mises en scène de Bob Wilson ou de Peter Sellars qui ne firent pas toujours l'unanimité en son sein, mais aujourd'hui, en pleine possession de ses impressionnants moyens qui permettent la rotation des spectacles, la scène parisienne offre une grande diversité de productions. Sous la direction de Hugues Gall et de son conseiller musical James Conlon, les saisons alternent rapidement reprises, grand répertoire et créations, à un rythme qui ne laisse guère de répit aux spectateurs.

Opéra Bastille

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Il Barbiere di Siviglia

Le truculent Rossini offre avec le Barbier un festival d’airs célèbres dans une allégresse communicative. Tout virevolte dans cette musique où seul compte, le divertissement. Chez ce génial compositeur de bel canto, les voix sont toujours à la fête.

Il barbiere di Siviglia, composé en 1816 par Rossini est considéré comme l'exemple le plus abouti d'opéra bouffe à l'italienne. Le livret est inspiré de la pièce éponyme de Beaumarchais, mais ses implications sociales sont plus diffuses que dans l'oeuvre du dramaturge français. Chronologiquement, l'intrigue précède celle des Noces de Figaro de Mozart. Assister à une représentation du Barbier de Séville, c'est retrouver quelques unes des pièces chantées les plus connues du répertoire classique, comme l'air de Basilio, la cavatine de Figaro ou celle de Rosina.

HISTOIRE
A Séville, le comte Almaviva cherche à séduire Rosina, la pupille du Docteur Bartholo. Ce dernier a des vues sur la jeune fille et la maintient enfermée dans sa demeure. Figaro, que l'on surnomme le barbier de Séville, devenu valet du comte, aide son maître à conquérir la femme aimée.

Acte 1
Pour séduire la belle Rosina, le comte Almaviva se fait passer pour Lindoro, un jeune homme pauvre. Au début de l'opéra, il lui donne la sérénade, sous le balcon de la demeure du docteur Bartholo. Figaro, un barbier de Séville, prend fait et cause pour le comte et lui promet de l'aider à conquérir Rosina. Prévenu par le maître de musique Basilio des intentions d'Almaviva, Bartolo veut avancer son mariage avec Rosina. Almaviva, déguisé en soldat, exige d'être logé dans la maison du docteur, en agitant un billet d'hébergement. Bartolo refuse de façon véhémente mais Almaviva est parvenu à glisser un mot à Rosina. Il se retire.

Acte 2
Bartolo s'interroge sur l'identité du soldat tandis qu'un nouveau venu se présente. Il s'agit d'Alonso, envoyé pour le remplacer par un Basilio souffrant. Il s'agit en réalité du comte déguisé.
Durant la leçon, la musique endort Bartolo et les deux amoureux en profitent pour échanger de douces parole. Figaro arrive pour raser Bartolo et parvient à intercepter Basilio. Il lui glisse une bourse bien remplie de la part du comte, pour le convaincre de rentrer chez lui et de jouer au malade.

Figaro dérobe à Bartolo la clé de la porte du balcon. Mais Bartolo finit par découvrir l'identité d'Alsonso et veut précipiter les noces avec Rosina. Arrivent le notaire et Basilio, qui sont requis comme témoins. Mais grâce à une nouvelle bourse d'or, ils acceptent de faire signer le contrat de mariage au comte et à Rosina. Bartolo est pris de court et ne peut que s'incliner devant les faits.

LES PRINCIPAUX ROLES
Figaro, barbier (baryton)
Rosina, pupille du docteur Bartolo (contralto)
Le comte Almaviva, amoureux de Rosina (ténor)
Bartolo, docteur (basse)
Basilio, maître de musique (basse)

Opéra Bastille

Vous pouvez aussi être interessé par…