À partir de 247 €
×

1 Cliquer sur la date

Alerte Email

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez vos e-billets à imprimer par email vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Falstaff © Wiener Staatsoper GmbH - Michael Pöhn

Verdi Falstaff

Du 13 mars Au 19 mars 2020
Wiener Staatsoper - Wien
Programme

Verdi : Falstaff

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Daniel Harding
  • Metteur en scène
    David McVicar
  • Interprètes
    Sir John Falstaff: Ambrogio Maestri
    Alice Ford: Olga Bezsmertna
    Ford: Simon Keenlyside
    Mrs Quickly: Marie-Nicole Lemieux
    Nannetta: Hila Fahima
    Fenton: Yijie Shi
Description

Falstaff est le dernier opéra de Giuseppe Verdi. Avec lui, le compositeur âgé s’essayait une nouvelle fois à l’opéra-comique, un genre qu’il n’avait pas touché depuis son opéra raté Un giorno di regno près de 50 ans plus tôt. Falstaff a été créé en 1893 à la Scala de Milan, quelques semaines à peine avant la première du premier succès véritablement retentissant du jeune Giacomo Puccini, Manon Lescaut. Ainsi, une sorte de transfert de composition vers la génération suivante avait eu lieu. L’opéra raconte l’histoire de Falstaff, le chevalier corpulent et découragé, qui espère recevoir une récompense financière et amoureuse de la part de deux femmes mariées. Il les courtise maladroitement et est finalement dirigé par eux dans une danse joyeuse. L’opéra se termine par une fugue colossale restée gravée dans l’histoire de la musique, résumant dans cette musique la leçon tirée de l’œuvre: tout dans le monde est une plaisanterie. La nouvelle production actuelle de Sir David McVicar a été créée en décembre 2016 sous la direction de Zubin Mehta.


Source © Wiener Staatsoper

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis
  • Vidéos

Wiener Staatsoper - Wien Location Opernring 2 - 1010 Wien Autriche

  • Capacité de la salle : 1709

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Vienne est connue pour ses opéras et ses concerts. Peut-être plus grâce à sa programmation exceptionnelle et au haut niveau de ses distributions vocales que pour la beauté même de sa salle, l’opéra de Vienne est un incontournable des grands opéras dans le monde et un lieu bercé de tradition où l’excellence est toujours de mise.

Pour les Viennois, leur Opéra, le Wiener Staatsoper, est plus qu'une institution, c'est un symbole constitutif de l'identité de leur ville, une affaire d'État. Réservez vos billets de musique classique !

 

Dès le XVIIème siècle les Habsbourg avaient pris l'habitude de dépenser des sommes fabuleuses pour l'Opéra. Mieux encore, Ferdinand III et Leopold 1er n'hésitaient pas à composer pour la scène, tandis que Charles VI prenait plaisir à diriger l'orchestre, et que l'impératrice Marie-Thérèse se mêlait au corps de ballet.

 

Au XIXème siècle, le Kàrntnerthor-Theater est démoli, et l'on construit le bâtiment actuel sur le fameux Ring. C'est là que Mahler imposera son nouveau style, fait de précision dans l'interprétation - grâce à d'innombrables répétitions et d'audaces dans la mise en scène - avec l'aide du décorateur Alfred Roller. Après la chute des Habsbourg, c'est Richard Strauss qui prend en main les destinées de la nouvelle institution : le Wiener Staatsoper. Mais, curieusement, il n'y aura qu'un seul opéra de Strauss créé à Vienne : LA FEMME SANS-OMBRE. Plus tard, Clemens Krauss et Karl Bôhm poursuivront la tradition. Avec Bôhm se constitue la fameuse troupe qui sera un véritable modèle pour plusieurs générations de chanteurs. Même les bombes qui détruisent l'opéra en 1945 ne pourront empêcher les noms de Elisabeth Schwarzkopf, Irmgard Seefried, Sena Jurinac ou Erich Kunz d'entrer dans la légende.

 

Mais qu'on ne croie pas que les Viennois n'applaudissent que leurs stars : en 1955, dans l'édifice enfin reconstruit, quand Callas vient chanter LUCIA DI LAMMERMOOR sous la direction de Karajan, le public arrête la circulation automobile pour faire un triomphe à la diva, dans la rue ! C'est en effet Karajan qui a pris la succession de Karl Bôhm, et qui invitera les plus grandes voix du monde sur la scène viennoise. Désormais on chante systématiquement les œuvres dans leurs langues originales, et les coproductions avec La Scala permettent de découvrir des voix comme celle de Mirella Freni dans LA BOHEME.

 

Ioan Holender, est parvenu à faire cohabiter ces distributions internationales avec l'esprit de troupe. De plus, sous son impulsion, de nombreuses oeuvres qui n'avaient jamais été montées au Staatsoper font leur apparition au répertoire (JERUSALEM de Verdi ou OEDIPE d'Enesco), une politique déjà entamée sous la brillante direction de Claudio Abbado. Mais ici, quelles que soient les évolutions, on continuera toujours à proposer 300 représentations par an (un record du monde rendu possible par la présence d'une équipe technique de 250 personnes), et à applaudir le plus bel orchestre de fosse dont on puisse rêver : l'Orchestre Philharmonique de Vienne ! (le Wiener Philharmoniker)

Wiener Staatsoper

Synopsis

Falstaff

FALSTAFF, LE DERNIER TRIOMPHE DE VERDI


Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Arrigo Boito, créé à la Scala de Milan en 1893. Verdi désirait depuis plus de quarante ans écrire un opéra comique. Après le succès d'Otello, Falstaff couronne sa carrière, unanimement reconnu comme un chef d'œuvre d'orchestration et de modernité. On y suit les frasques d'un gros seigneur désargenté qui veut tromper les femmes et se retrouve trompé à son tour. Le final se termine dans un énorme éclat de rire qui fait dire à Verdi « tout n'est que farce dans ce monde ! »


L'HISTOIRE


Largement inspiré d'Henri IV et des Joyeuses commères de Windsor de Shakespeare, l'action se déroule dans la campagne anglaise de Windsor au début du XVe siècle. Elle met en scène un personnage truculent, vieux seigneur ruiné qui se prend encore pour un irrésistible Don Juan et ne pense qu'à séduire les riches bourgeoises de la ville.


Acte 1


 Dans une auberge, Sir John Falstaff révèle à ses deux acolytes, Bardolfo et Pistola, ses projets amoureux. Il veut séduire Alice Ford et Meg Page et leur demande de porter à chacune une lettre d'amour. Ceux-ci refusent, il les congédie et confie les missives à un page. Les deux femmes, s'apercevant qu'elles ont reçu exactement la même lettre décident à leur tour de tromper Sir John avec l'aide de miss Quickly et de Nanetta, la fille d'Alice. De leur côté, les hommes trament aussi un complot.


Acte 2


Quickly organise un rendez-vous entre Alice Ford et Sir John le jour même tandis que Nanetta est désespérée à l'idée que son père veuille qu'elle épouse Cajus. Sir John va être interrompu dans sa déclaration amoureuse envers Alice par l'arrivée de Meg Page. Il est alors obligé de se cacher derrière un paravent. Sur ce, les hommes, très en colère, font irruption, Ford, le mari d'Alice, en tête. Tandis qu'ils fouillent la pièce, Sir John n'a pas d'autre choix que de se cacher dans la corbeille à linge sale. Alice, profitant d'un moment de répit, la fera jeter à la Tamise.


Acte 3


 Sir John, ruisselant, retourne à l'auberge où Quickly lui promet un autre rendez-vous avec Alice, à minuit, dans la forêt, où il devra porter des cornes de cerf car la jeune femme aime le mystère ! A l'heure dite, Sir John, surmonté de ses cornes, tente de séduire Alice mais celle-ci s'enfuit au cri de Meg, prétextant avoir peur des fantômes. Le bohnomme, couché à terre, croyant entendre des fées, est alors pris à parti par les hommes qui le tyrannisent. S'apercevant qu'il a été dupé à son tour, il se repend.


EPILOGUE


Dans le chaos général et à la faveur des déguisement, Ford s'aperçoit trop tard qu'il a marié sa fille à Fenton, comme elle le désirait, et non à Cajus. Finalement, toute la bande décide joyeusement de faire un banquet.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Sir John Falstaff, vieux seigneur ruiné

Ford, riche bourgeois, époux d'Alice

Alice Ford, jeune bourgeoise, épouse de Ford

Meg Page, jeune femme bourgeoise

Mrs Quickly, servante

Nannette, fille d'Alice Ford

Bardolfo, serviteur de Sir John Pistola, autre serviteur de Sir John

Fenton, jeune gentilhomme

L'hôtelier de la Jarretière Choeur, bourgeois, gens du peuple, serviteurs de Ford, mascarade de follets, de fées, de sorcières

Wiener Staatsoper

Video

Vous pouvez aussi être interessé par…

0