À partir de 247 €
×

1 Cliquer sur la date

Alerte Email
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez vos e-billets à imprimer par email vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Der Rosenkavalier © Wiener Staatsoper GmbH - Michael Pöhn

Strauss R. Der Rosenkavalier

Du 13 avril Au 19 avril 2020
Wiener Staatsoper - Wien
Programme

Strauss R. : Der Rosenkavalier 200 mn

Chanté en : Allemand
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Alain Altinoglu
  • Metteur en scène
    Otto Schenk
  • Interprètes
    Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg: Camilla Nylund
    Octavian: Sophie Koch
    Sophie: Chen Reiss
    Ochs auf Lerchenau: Lars Woldt
Description

Pour beaucoup, le plus bel de tous les opéras de Strauss: Der Rosenkavalier. Un mélange de mélancolie, de sagesse et de comédie, d'efficacité émotionnelle et de gestes narratifs grandioses. Le partenariat créatif entre des esprits apparentés Richard Strauss et Hugo von Hofmannsthal a donné naissance à une musique et à un texte dont la capacité de mouvement transcende ses thèmes humains et interpersonnels: inégalés et touchants. Et une production traditionnelle du Wiener Staatsoper exécutée 1000 fois!

Source © Wiener Staatsoper

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis
  • Vidéos

Wiener Staatsoper - Wien Location Opernring 2 - 1010 Wien Autriche

  • Capacité de la salle : 1709

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Vienne est connue pour ses opéras et ses concerts. Peut-être plus grâce à sa programmation exceptionnelle et au haut niveau de ses distributions vocales que pour la beauté même de sa salle, l’opéra de Vienne est un incontournable des grands opéras dans le monde et un lieu bercé de tradition où l’excellence est toujours de mise.

Pour les Viennois, leur Opéra, le Wiener Staatsoper, est plus qu'une institution, c'est un symbole constitutif de l'identité de leur ville, une affaire d'État. Réservez vos billets de musique classique !

 

Dès le XVIIème siècle les Habsbourg avaient pris l'habitude de dépenser des sommes fabuleuses pour l'Opéra. Mieux encore, Ferdinand III et Leopold 1er n'hésitaient pas à composer pour la scène, tandis que Charles VI prenait plaisir à diriger l'orchestre, et que l'impératrice Marie-Thérèse se mêlait au corps de ballet.

 

Au XIXème siècle, le Kàrntnerthor-Theater est démoli, et l'on construit le bâtiment actuel sur le fameux Ring. C'est là que Mahler imposera son nouveau style, fait de précision dans l'interprétation - grâce à d'innombrables répétitions et d'audaces dans la mise en scène - avec l'aide du décorateur Alfred Roller. Après la chute des Habsbourg, c'est Richard Strauss qui prend en main les destinées de la nouvelle institution : le Wiener Staatsoper. Mais, curieusement, il n'y aura qu'un seul opéra de Strauss créé à Vienne : LA FEMME SANS-OMBRE. Plus tard, Clemens Krauss et Karl Bôhm poursuivront la tradition. Avec Bôhm se constitue la fameuse troupe qui sera un véritable modèle pour plusieurs générations de chanteurs. Même les bombes qui détruisent l'opéra en 1945 ne pourront empêcher les noms de Elisabeth Schwarzkopf, Irmgard Seefried, Sena Jurinac ou Erich Kunz d'entrer dans la légende.

 

Mais qu'on ne croie pas que les Viennois n'applaudissent que leurs stars : en 1955, dans l'édifice enfin reconstruit, quand Callas vient chanter LUCIA DI LAMMERMOOR sous la direction de Karajan, le public arrête la circulation automobile pour faire un triomphe à la diva, dans la rue ! C'est en effet Karajan qui a pris la succession de Karl Bôhm, et qui invitera les plus grandes voix du monde sur la scène viennoise. Désormais on chante systématiquement les œuvres dans leurs langues originales, et les coproductions avec La Scala permettent de découvrir des voix comme celle de Mirella Freni dans LA BOHEME.

 

Ioan Holender, est parvenu à faire cohabiter ces distributions internationales avec l'esprit de troupe. De plus, sous son impulsion, de nombreuses oeuvres qui n'avaient jamais été montées au Staatsoper font leur apparition au répertoire (JERUSALEM de Verdi ou OEDIPE d'Enesco), une politique déjà entamée sous la brillante direction de Claudio Abbado. Mais ici, quelles que soient les évolutions, on continuera toujours à proposer 300 représentations par an (un record du monde rendu possible par la présence d'une équipe technique de 250 personnes), et à applaudir le plus bel orchestre de fosse dont on puisse rêver : l'Orchestre Philharmonique de Vienne ! (le Wiener Philharmoniker)

Wiener Staatsoper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Der Rosenkavalier

Considéré comme le chef-d’œuvre absolu de l’opéra allemand du XXe siècle, Der Rosenkavalier de Richard Strauss déroule un tapis de beautés orchestrales. Jamais auparavant, l’écriture vocale n’aura atteint ce degré de sublime avec les voix féminines. Et que dire de l’émouvant livret signé Hofmannsthal...

Composée par un des plus grands compositeurs allemands du XXème siècle, Richard Strauss, et porté par le livret d'Hugo von Hoffmanstahl, un immense poète viennois, Le Chevalier à la Rose est un chef d'œuvre de l'opéra où la finesse et la subtilité rivalisent avec une légèreté et une élégance sans égales.

HISTOIRE
L'histoire se déroule à Vienne au XVIIIème siècle et narre les amours d'un jeune homme et d'une jeune femme promise à un autre, sous le regard attendri mais résigné de la Maréchale, l’ancienne maîtresse du jeune homme.

Acte1
Dans sa chambre au lever du jour, la Maréchale et son jeune amant Octavian sortent d'une nuit passionnée et s'échangent quelques mots tendres quand surgit le Baron Ochs von Lerchenau, son cousin. Octavian a juste le temps de se déguiser en soubrette pour sauver les apparences. Ochs vient annoncer son prochain mariage avec la jeune Sophie, fille d’un riche commerçant et vient prendre conseil auprès de la Maréchale. Comme le veut la coutume, il cherche un chevalier digne d'aller porter une rose d'argent à sa nouvelle fiancée. La Maréchale amusée par le baron qui tente de séduire la soubrette Octavian, lui propose justement le jeune comte Octavian. Satisfait, le Baron s'en va discuter de son contrat avec le notaire et essaie d’obtenir un rendez-vous galant avec la soubrette, grâce à l’intermédiaire des intrigants Valzacchi et Annina. Prenant congés de tous ses gens, la Maréchale se laisse aller à la mélancolie. Elle ressent pour le première fois le poids du temps et voit sa jeunesse doucement lui échapper. Pressentant qu'Octavian ne tardera plus à la quitter, elle lui fait part de ses états d’âme et malgré ses dénégations, il la quitte sans un baiser.

Acte 2
Chez Monsieur de Faninal, père de la jeune conquête du Baron Ochs von Lerchenau, Octavian entre et offre la rose d'argent à Sophie de Faninal. Aussitôt, les deux jeunes gens sont attirés l'un par l'autre. Lorsque le Baron s'en vient réclamer son dû, la jeune Sophie est choquée par la grossièreté de son futur époux et pendant que celui-ci parle avec son père, la jeune fille implore Octavian de la protéger. Finalement mis au courant du tendre amour naissant entre les deux jeunes gens, le Baron se bat en duel avec Octavian. Monsieur de Faninal expulse finalement Octavian en criant au scandale et menace sa fille de l'envoyer au couvent si elle n'épouse par le Baron. Ce dernier reçoit un billet doux de la fausse soubrette.

Acte 3
Octavian ne s'avoue pas vaincu et grâce aux deux intriguants, il met en place toute une machination. Déguisé en soubrette, il a invité le Baron pour le confondre. Dans une confusion la plus totale, une fausse épouse abandonnée avec ses prétendus enfants surgissent et le scandale éclate. La police intervient bientôt rejointe par Faninal et Sophie. La Maréchale apparaît alors. Ayant compris toute la situation, elle invite le Baron acculé à s’effacer dignement. A son tour, elle se retire discrètement avec Faninal pour laisser Octavian et Sophie tout à leur bonheur.

PRINCIPAUX RÔLES
Die Feldmarschallin Fürstin Werdenberg, La Maréchale (Soprano)
Der Baron Ochs auf Lerchenau, Le baron (Basse)
Octavian, le jeune amant de la Maréchale (Mezzo)
Herr von Faninal, un riche marchand récemment anobli (Baryton)
Sophie, sa fille (Soprano)
Valzacchi, un Intrigant (Ténor)
Annina, sa complice (Contralto)
Un Chanteur (Tenor)
Un Notaire (Bass)

Wiener Staatsoper

Video

Vous pouvez aussi être interessé par…

0