À partir de 107 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vos billets vous parviendront par courrier postale. Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Jonas Kaufmann © Dietmar Scholz - Scholzshootspeople

Puccini Tosca

Du 20 avril Au 30 avril 2022
Teatro di San Carlo - Napoli
Programme

Puccini : Tosca 125 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Juraj Valcuha
  • Metteur en scène
    Edoardo De Angelis
  • Interprètes
    Floria Tosca: Oksana Dyka
    Mario Cavaradossi: Jonas Kaufmann
    Il Barone Scarpia: Ildar Abdrazakov

Un joyau ! Le Teatro di San Carlo de Naples est l’un des plus anciens théâtres lyriques du monde. La salle rouge et or est bâtie sur le plan typiquement italien du fer à cheval.

Le Teatro San Carlo de Naples est sans nul doute, le plus beau théâtre d’opéra d’Italie (sans oublier, bien sûr, le Teatro La Fenice de Venise ou la Scala de Milan). Une visite dans la capitale de la Campanie ne peut se solder que par la réservation de places d’opéra pour assister à une représentation dans ce lieu de légende. La saison est suffisamment garnie pour trouver le ballet, l’opéra ou le concert qui conviendra.

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro di San Carlo - Napoli Location Via San Carlo, 98F - 80132 Napoli Italie

  • Capacité de la salle : 1386

Le «San Carlo» est le plus vieux théâtre lyrique encore en activité. Dès 1737, année de son inauguration, on y admire l'excellent orchestre de 42 musiciens, mais aussi les chanteuses connues par leur surnom, «la Parruchierrina» ou «la Bastarella», et plus que tout, les castrats du Conservatoire de Naples, dont le fameux Farinelli. Enfin, il se dégage de son architecture somptueuse, avec ses six étages de loges, un charme qui ravira encore Stendhal, où même Paul Klee, fasciné par ce «théâtre superbe, lourd et obscur».

On comprend donc que Ferdinand de Bourbon ait vite fait reconstruire l'édifice, et à l'identique, après l'incendie de 1816 : Naples, privée d'opéra, en deuil, menaçait de retirer sa confiance au souverain. Il faut ajouter qu'avait alors brillamment commencé le règne de Domenico Barbaja, un véritable personnage de roman qualifié de «prince des imprésarios» par Alexandre Dumas. Dès 1815, cet ancien garçon de café milanais, à qui Von attribue parfois l'invention de la crème fouettée, avait eu l'idée géniale de prendre pour directeur artistique Gioacchino Rossini en personne. Cette collaboration exceptionnelle, pendant laquelle Rossini composa une dizaine d'opéras et s'enticha de la voix et de la personne d'Isabella Colbran, se termina précipitamment, en 1822, puisque la Colbran était également la maîtresse de Barbaja... Ce dernier engage alors Donizzetti (qui composera notamment LUCIA DI LAMMERMOOR pour le San Carlo), tout en lançant, en 1826, un jeune compositeur nommé Vincenzo Bellini. La scène napolitaine est alors le lieu où se font et se défont les réputations des chanteurs : c'est ainsi que le célèbre ténor français Adolphe Nourrit, s'esti-mant peu applaudi, se suicidera après une représentation au San Carlo. C'est ensuite le compositeur Saverio Mercadante qui gagnera les faveurs du terrible public du San Carlo, à tel point qu'un Verdi ne s'y sentira pas tout de suite à l'aise. Mais il finira par y triompher en 1872, où il assure la direction d'une saison entière, et fait construire une fosse d'orchestre.

Toutefois, auXXème siècle, l'étoile de la Scala de Milan fait parfois pâlir celle de l'opéra de Naples, une rivalité ancestrale qui dure toujours, dans un pays où les mélomanes doivent savoir choisir leur camp. Mais la scène napolitaine sait se défendre en enrichissant, de nos jours encore, le plus vaste répertoire au monde d'oeuvres créées dans un théâtre lyrique ; et les plus grands chanteurs, comme Beniamino Gigli qui s'y est produit de 1915 à 1953, restent exceptionnellement fidèles au public averti du Teatro di San Carlo, qui est aussi le plus chaleureux qu'on puisse imaginer.

Teatro di San Carlo

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Tosca

Avec La Bohême et Madama Butterfly, Tosca est l’opéra le plus célèbre de Puccini,

Représentée pour la première fois à Rome en 1900, l'oeuvre n'a cessé depuis lors de connaître les faveurs du public. Le ton héroïque, le cadre historique et l'invention musicale exubérante, avec plus de 60 thèmes originaux, ont largement contribué à son succès.
Les motifs musicaux traversent l'oeuvre à la manière de leitmotiv qui servent à caractériser les personnages et les situations. Avec sa séduction propre, l’oeuvre se révèle être une réussite flamboyante, tout à fait caractéristique de l'écriture musicale de Puccini.

HISTOIRE
L'action se déroule à Rome, en juin 1800. La cité souffre sous la tyrannie d'un régime qui s'appuie sur la police secrète du sinistre Scarpia. Un groupe de rebelles cherche à rétablir la République romaine, instaurée en 1798 par les Français. Le peintre Mario Caravadossi et la cantatrice Floria Tosca sont entraînés malgré eux par les événements tragiques qui les conduiront au drame.

Acte 1
Dans l'église Sant'Andrea della Valle, le peintre Mario Caravadossi achève une toile représentant Marie-Madeleine. Arrive la grande cantatrice Floria Tosca, sa maîtresse. Elle lui fait une scène de jalousie à la vue du tableau, en croyant reconnaître une autre qu’elle. Caravadossi la rassure en lui jurant amour et fidélité. Après son départ, Angelotti, un prisonnier politique en fuite qui s’était réfugié dans l'église, sort de sa cachette et est emmené par le peintre dans la campagne de Rome. Le sacristain annonce la défaite des troupes napoléoniennes à la foule qui se rassemble pour la messe. Le baron Scarpia, amoureux de Floria qui ne cesse de le repousser, attise la jalousie de la cantatrice. Son but ? Se débarrasser de son rival, en le faisant exécuter pour trahison.

 Acte 2
Au Palais Farnèse, le terrible baron Scarpia, attablé, attend que Floria lui cède. Il la confronte à Caravadossi, qui vient d'être arrêté. Le peintre est accusé de trahison et est sommé de révéler la cachette d'Angelotti. Malgré la torture, il ne révèle rien. Floria scelle un marché avec Scarpia. Elle se donnera à lui en échange de la vie de son amant. Scarpia semble accepter le marché et lui promet une exécution factice. Mais au moment où il embrasse la cantatrice le tue en le poignardant puis s'enfuit avec les sauf-conduits.

Acte 3
Au château Saint-Ange, Caravadossi doit être exécuté. Ses dernières pensées vont vers Floria. Cette dernière, pensant que Scarpia a ordonné une exécution factice, rassure son amant. Il devra faire semblant de tomber sous les balles, comme sur la scène d’un théâtre. Mais Caravadossi est réellement fusillé, Scarpia avait donné des ordres contraires. Au même moment, l'assassinat de Scarpia est découvert. Dans un acte désespéré, Floria se jette alors dans le vide, tandis que les troupes françaises arrivent pour libérer Rome.

PRINCIPAUX ROLES
Tosca : Cantatrice (soprano)
Caravadossi : Artiste peintre (ténor)
Scarpia : Chef de la police secrète (baryton)
Angelotti: Ancien Consul de la République, (basse)
Spoletta : Agent de Scarpia, (ténor)
Le sacristain : (basse)

Teatro di San Carlo

Vous pouvez aussi être interessé par…