À partir de 107 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vos billets vous parviendront par courrier postale. Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Maria Agresta

Verdi Otello

Du 07 décembre Au 14 décembre 2021
Teatro di San Carlo - Napoli
Programme

Verdi : Otello

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Michele Mariotti
  • Metteur en scène
    Mario Martone
  • Interprètes
    Otello: Yusif Eyvazov
    Desdemona: Maria Agresta
    Iago: Igor Golovatenko
    Cassio: Alessandro Liberatore
    Lodovico: Emanuele Cordaro
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro di San Carlo - Napoli Location Via San Carlo, 98F - 80132 Napoli Italie

  • Capacité de la salle : 1386

Le «San Carlo» est le plus vieux théâtre lyrique encore en activité. Dès 1737, année de son inauguration, on y admire l'excellent orchestre de 42 musiciens, mais aussi les chanteuses connues par leur surnom, «la Parruchierrina» ou «la Bastarella», et plus que tout, les castrats du Conservatoire de Naples, dont le fameux Farinelli. Enfin, il se dégage de son architecture somptueuse, avec ses six étages de loges, un charme qui ravira encore Stendhal, où même Paul Klee, fasciné par ce «théâtre superbe, lourd et obscur».

On comprend donc que Ferdinand de Bourbon ait vite fait reconstruire l'édifice, et à l'identique, après l'incendie de 1816 : Naples, privée d'opéra, en deuil, menaçait de retirer sa confiance au souverain. Il faut ajouter qu'avait alors brillamment commencé le règne de Domenico Barbaja, un véritable personnage de roman qualifié de «prince des imprésarios» par Alexandre Dumas. Dès 1815, cet ancien garçon de café milanais, à qui Von attribue parfois l'invention de la crème fouettée, avait eu l'idée géniale de prendre pour directeur artistique Gioacchino Rossini en personne. Cette collaboration exceptionnelle, pendant laquelle Rossini composa une dizaine d'opéras et s'enticha de la voix et de la personne d'Isabella Colbran, se termina précipitamment, en 1822, puisque la Colbran était également la maîtresse de Barbaja... Ce dernier engage alors Donizzetti (qui composera notamment LUCIA DI LAMMERMOOR pour le San Carlo), tout en lançant, en 1826, un jeune compositeur nommé Vincenzo Bellini. La scène napolitaine est alors le lieu où se font et se défont les réputations des chanteurs : c'est ainsi que le célèbre ténor français Adolphe Nourrit, s'esti-mant peu applaudi, se suicidera après une représentation au San Carlo. C'est ensuite le compositeur Saverio Mercadante qui gagnera les faveurs du terrible public du San Carlo, à tel point qu'un Verdi ne s'y sentira pas tout de suite à l'aise. Mais il finira par y triompher en 1872, où il assure la direction d'une saison entière, et fait construire une fosse d'orchestre.

Toutefois, auXXème siècle, l'étoile de la Scala de Milan fait parfois pâlir celle de l'opéra de Naples, une rivalité ancestrale qui dure toujours, dans un pays où les mélomanes doivent savoir choisir leur camp. Mais la scène napolitaine sait se défendre en enrichissant, de nos jours encore, le plus vaste répertoire au monde d'oeuvres créées dans un théâtre lyrique ; et les plus grands chanteurs, comme Beniamino Gigli qui s'y est produit de 1915 à 1953, restent exceptionnellement fidèles au public averti du Teatro di San Carlo, qui est aussi le plus chaleureux qu'on puisse imaginer.

Teatro di San Carlo

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Otello

OTELLO, UN DRAME LYRIQUE

 

Cet opéra est un drame lyrique de l'illustre compositeur italien Verdi qui fut composé en 1887 à la Scala de Milan d'après le drame homonyme de William Shakespeare. Cet opéra est né de la collaboration du célèbre compositeur et du poète musicien Arrigo Boito. L'histoire de l'opéra est une histoire tragique composée en quatre actes qui prit près de six ans à Verdi. Et pour cause, l'opéra renouvela complètement l'art lyrique en lui offrant ses notes de noblesse.

 

L'HISTOIRE

 

L'histoire se passe sur l'île de Chypre au moment où le chef de guerre éponyme retrouve sa femme Desdémone. Mais le jeune chef maure fera bientôt les frais de la haine vorace de son lieutenant, Iago, qui, peu à peu, instillera le poison du doute dans l'esprit de son chef, persuadant celui-ci que sa femme, Desdémone, le trompe avec son autre lieutenant, Cassio.

 

Acte 1

 

 Le jeune chef de guerre maure retourne sur l'île de Chypre après sa victoire sur les Sarrasins. Son lieutenant, Iago, véritable incarnation du mal, déclenche une bagarre afin de compromettre le lieutenant Cassio aux yeux de son chef. Mais son action se porte encore plus loin dans le temps puisqu'elle servira son dessein, celui de détruite son chef. Celui-ci retrouve sa jeune épouse Desdémone.

 

Acte 2

 

Lago est un personnage diabolique qui se met en tête de détruire son chef en lui faisant croire que Desdémone et Cassio sont amants. Et quand sa jeune femme prend la défense du lieutenant Cassio devant lui, les doutes ne sont plus permis pour le chef maure. Ses soupçons se transforment en certitudes et ne résistent pas aux preuves fabriquées de toutes pièces par Iago. La vengeance et la haine s'insinuent dans le cœur du guerrier.

 

Acte 3

 

Desdémone vient plaider la cause de Cassio sans savoir que cette intention ne fera que renforcer les soupçons de son époux. Celui-ci qui se met à l'injurier et la traite de courtisane. Sa jalousie explose en une colère impossible à contenir. Devant la foule venue accueillir l'ambassadeur Lodovico, il se voit signifier son rappel à Venise et se verra remplacer sur l'île par le lieutenant Cassio. Ivre de jalousie, fou de haine et de vengeance, le jeune chef perd le contrôle et éclate dans une colère noire devant tout le monde. Il insulte son épouse et la jette à terre.

 

Acte 4

 

Seule dans sa chambre, Desdémone se ronge les sangs et se pose mille questions. Elle ne sait rien de la machination de Iago. Le jeune chef rejoint sa femme discrètement. Après l'avoir accusé encore et encore d'être coupable d'adultère, il l'étouffe sur son lit. Apprenant bien plus tard, les machinations de Iago, qui réussit à s'échapper, le jeune chef maure se poignarde sur le cadavre de sa femme.

 

LES PRINCIPAUX ROLES

 

Otello, ténor, général maure de l'armée vénitienne

Desdémone, soprano, sa femme

Lago, baryton, lieutenant du général

Cassio, ténor, capitaine vénitien

Emilia, mezzo-soprano, femme de Iago

Roderigo, ténor, noble vénitien

Teatro di San Carlo

Vous pouvez aussi être interessé par…