À partir de 159 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Complet
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email votre voucher à imprimer et à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Stéphane Degout © Jean-Baptiste Millot

Tchaikovsky Eugene Onegin

Du 05 février Au 12 février 2023
La Monnaie - Bruxelles
Programme

Tchaikovsky : Eugene Onegin

Distribution
  • Orchestre symphonique & Choeurs de la Monnaie
  • Chef d'orchestre
    Alain Altinoglu
  • Metteur en scène
    Laurent Pelly
  • Interprètes
    Eugene Onegin: Stéphane Degout
    Tatyana: Sally Matthews
    Vladmir Lenski: Bogdan Volkov
    Prince Gremin: Nicolas Courjal
    Olga: Lilly Jørstad
    Triquet: Christophe Mortagne
    Filipjewna: Cristina Melis
    Larina: Bernadetta Wiktoria Grabias
    Zaretzki: Kamil Ben Hsain Lachiri
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

La Monnaie - Bruxelles Location Place de la Monnaie - 1000 Bruxelles Belgique

  • Capacité de la salle : 1152

L'histoire de La Monnaie, la célèbre scène lyrique de Bruxelles, commence en 1695, lorsqu'une grande partie de la ville est bombardée par les Français et que le trésorier particulier du dernier gouverneur espagnol des Pays-Bas obtient alors l'autorisation de construire un théâtre sur l'emplacement d'un atelier détruit où se frappait la monnaie.

En 1700, une représentation de l'ATYS de Lully consacre donc l'inauguration de ce théâtre de La Monnaie, où alterneront les spectacles de théâtre et d'opéra, comme ce jour où Napoléon Bonaparte vient y entendre le célèbre Talma déclamer les vers de BRITANNICUS. C'est d'ailleurs l'Empereur des Français qui envisagera la construction d'un nouveau bâtiment situé juste en arrière du précédent. Mais Bruxelles passe sous la domination du roi des Pays-Bas, qui reprend le projet. Ce deuxième théâtre de La Monnaie, inauguré en 1819, vaudra pourtant bien des déboires au souverain néerlandais : à l'occasion d'une représentation de LA MUETTE DE PORTICI d'Auber, des spectateurs trop nombreux se trouvent rassemblés devant le théâtre. Dans la salle, on bisse le duo « Amour sacré de la patrie », et quand le héros lance « Aux armes! », la foule se précipite dans la ville. Ce 25 août 1830, la révolution qui allait donner son indépendance à la Belgique commençait.

 

La salle que nous connaissons actuellement date, elle, de 1856, la précédente ayant été ravagée par un de ces incendies qui rythment si souvent l'histoire des scènes lyriques européennes. A partir de ce moment, La Monnaie se forge une réputation de foyer de création et de modernité, dont la programmation audacieuse vient compenser le conservatisme de la scène parisienne. On y joue Verdi, mais aussi Wagner comme nulle par ailleurs hors d'Allemagne; on y applaudit encore la CARMEN de Bizet que les Français avaient commencé par bouder.

 

A notre siècle, La Monnaie ne craint pas d'afficher les noms de Stravinski, Berg, Britten ou Prokofiev à ses programmes, avant bien d'autres maisons d'opéra. A partir de 1960, le rayonnement de l'établissement bruxellois se trouve renforcé par la création du Ballet du XXème siècle de Maurice Béjart, et définitivement assuré sous la direction de Gérard Mortier (1981-1991). Celui-ci ne quittera La Monnaie que pour prendre la direction du Festival de Salzbourg et céder la place à Bernard Foccroulle.

 

En produisant des spectacles de Patrice Chéreau, Karl Ernst Hermann ou Klaus Michael Grùber, La Monnaie a pris une large part dans le mouvement européen de rénovation de la mise en scène lyrique, et agrandi le nombre des amateurs d'opéra au delà du cercle des traditionnels connaisseurs.

La Monnaie

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Eugene Onegin

EUGENE ONEGIN, LE LYRISME RUSSE

 

Eugene Onegin est le plus célèbre opéra du maître russe Piotr Ilitch Tchaïkovski, joué pour la première fois à Moscou en 1879.

 

C'est un chef d'œuvre du genre lyrique, pour lequel Tchaïkovski a enrichi d'une inspiration dramatique la puissance poétique des vers du barde national Alexandre Sergueïevitch Pouchkine.

Très proche du roman versifié du père du romantisme russe, cet opéra en trois actes de sept tableaux est un symbole du lyrisme russe et reste aujourd'hui l'un des opéras les plus joués dans le monde entier. Sa musique sombre exprime de manière sombre les tourments de ce jeune aristocrate russe qui par orgueil perd les deux êtres qui lui sont les plus chers.

 

L'HISTOIRE

 

L'action de passe à Saint-Pétersbourg, au début du XIXème siècle. Elle suit le destin d'un jeune aristocrate oisif et égocentrique. Ce jeune dandy éconduit la femme qui l'aime et pousse son meilleur ami à le provoquer en duel ; il le tuera.

 

Acte 1

 

Premier tableau : Le manoir de Madame Larine.

La fille de Madame Larine, Tatiana, lit un roman d'amour. Sa mère lui assure que la vie est tout autre... Des invités arrivent, dont Eugene Onegin, qui remarque Tatiana. Celle-ci est également séduite par Onegin.

 

Deuxième tableau : Tatiana confie à une amie son amour pour Onegin, à qui elle écrit une lettre enflammée.

 

Troisième tableau : Eugene vient rendre visite à Tatiana pour lui expliquer qu'il n'est pas homme à tomber amoureux. Elle vit cela comme une humiliation.

 

Acte 2

 

Premier tableau : C'est la fête de Tatiana, un bal est donné chez les Larine. Onegin en est. Il est agacé par les rumeurs qui courent sur lui et Tatiana et par la naïveté de son meilleur ami Vladimir Lenski, amoureux lui d'Olga, la sœur de Tatiana. Par nonchalance et pour bousculer autant les racontars que Lenski, il danse avec Olga et la séduit. Lenski les supplie d'interrompre leur danse ; Olga refuse. Tatiana est définitivement humiliée. Lenski provoque Onegin en duel, ce dernier est contraint d'accepter.

 

Deuxième tableau : Lenski chante son amour pour Olga sur le lieu du duel. Onegin survient. Les deux amis ne trouvent pas le moyen de désamorcer leur engrenage. Onegin tue Lenski.

 

Acte 3

 

Premier tableau : Des années plus tard, Onegin est rongé par le remord. Son ami le Prince Grémine lui rend visite avec son épouse, Tatiana. Onegin est subjugué et rêve de reconquérir son amour.

 

Deuxième tableau : Onegin vient voir Tatiana à qui il a envoyé une lettre d'amour. Celle-ci lui avoue qu' elle brûle toujours d'amour pour lui. Mais il est trop tard. Elle choisit de rester fidèle à son mari et laisse Onegin seul à son désespoir.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Eugene Onegin, jeune oisif, baryton

Tatiana, fille de Madame Larine, soprano

Vladimir Lenski, meilleur ami d'Onegin, Ténor

Olga Larine, sœur de Tatiana, Contralto

Madame Larine, mezzo-sporano

Filippievna, la gouvernante des Larine, mezzo-soprano

Le Prince Grémine, mari de Tatiana, basse

La Monnaie

Vous pouvez aussi être interessé par…