Menu Rechercher

Contact et réservation +33(0)1 53 59 39 29 ou contactez-nous en ligne

Le chèque cadeau
Vos billets dans le monde entier
Filtrer par Mois :

Interprètes
Plus

Compositeurs
Chefs d'orchestre

Metteurs en scène

Chorégraphe

0€ - 0€

Vos billets pour la saison 2018 du Teatro alla Scala de Milan

 

A ne pas manquer en Février : De nombreux grands événements jalonnent le mois de février à la Scala de Milan. La divine soprano Sonya Yoncheva donne un récital avec des airs de Puccini. La légende du piano Maurizio Pollini vient également en récital. Autre légende, côté opéra, l’époustouflant Leo Nucci incarne sur scène Simon Boccanegra avec Krassimira Stoyanova, Dalibor Jenis et la direction de Myung-Whun Chung. Un autre événement de taille, Juan Diego Flórez a perdu son Euridyce et vient le chanter à la Scala dans le célèbre Orphée et Eurydice de Gluck. A signaler également, Riccardo Chailly éminent spécialiste de Mahler dirige l’Orchestre et le Chœur du Teatro alla Scala pour interpréter la Symphonie No. 3.​

 

 

VUE D’ENSEMBLE DE LA SAISON 2017-2018 du TEATRO ALLA SCALA

Le 7 décembre est la date la plus connue des mélomanes du monde entier car ils savent bien qu’il s’agit de l’ouverture du célèbre Teatro alla Scala de Milan. Ceci ne veut pas dire pour autant que la salle fasse relâche de septembre à novembre. Il y a même de très beaux spectacles à l’affiche.  Un superbe Tamerlano de Haendel est annoncé avec Plácido Domingo. Der Freischütz, le chef-d’œuvre de Weber pourtant très populaire se fait plus rare ces dernières années. Une très belle occasion est donnée de l’entendre à La Scala dirigé par Myung-Whun Chung avec un exceptionnel trio de chanteurs, Michael König, Julia Kleiter et Günther Groissböck.

 

Le célèbre Teatro alla Scala de Milan est une étape obligée pour les grands chanteurs. Il n’est pas étonnant de croiser Jonas Kaufmann qui est annoncé en récital tout comme Sonya Yoncheva, Olga Peretyatko ou Ildar Abdrazakov ou bien encore dans un autre domaine, la légende vivante du piano Maurizio Pollini. La saison des concerts classiques et du ballet est tout aussi prestigieuse avec la venue des formations comme la Sächsische Staatskapelle Dresden dirigée par Christian Thielemann ou le Wiener Philharmoniker par Zubin Mehta. D’autres concerts tout aussi somptueux sont dirigés par Herbert Blomstedt, Mariss Jansons, Yannick Nézet-Séguin ou ce gala de zarzuela par Plácido Domingo. Côté danse, Roberto Bolle et Svetlana Zakharova sont des habitués de la scène scaligère. Cette saison 2017-2018, ils dansent ensemble dans L’Histoire de Manon et dans La Dame aux Camélias. De grands ballets classiques se succèdent comme Le Corsaire et La Bayadère ou l’époustouflant Boléro de Maurice Béjart élevé au rang de Chef-d’œuvre (avec Roberto Bolle pour 5 représentations).

 

Mais bien évidemment, le Teatro alla Scala de Milan ce sont d’abord et avant tout les opéras. Cette saison 2017-2018 s’annonce encore comme un festival impressionnant de grandes stars. Le spectacle dont on entend le plus parler est celui d’ouverture. La superstar Anna Netrebko incarne Maddalena dans Andrea Chénier de Giordano dirigé par Riccardo Chailly. Le directeur musical renommé a choisi de mettre en avant un beau répertoire italien. Il est au pupitre pour le Don Pasquale de Donizetti (avec l’impayable Ambrogio Maestri). Myung-Whun Chung, Nello Santi et Fabio Luisi dirigent respectivement Simon Boccanegra, Aida de Verdi et le passionnant Francesca da Rimini de Zandonai. D’autres grands événements sont attendus. Juan Diego Flórez incarne l’Orphée de Gluck et l’une des grandes Aida de sa génération, Krassimira Stoyanova revient dans la production de référence signée Franco Zeffirelli tandis que Sonya Yoncheva, la belle artiste aborde le rôle bel cantiste d’Imogene dans Il Pirata de Bellini. Le répertoire allemand n’est pas oublié à la Scala, le temple de l’opéra. Ainsi une joyeuse Fledermaus de Strauss est dirigée par le grand chef Zubin Mehta. Un autre grand nom, Daniel Harding défend un répertoire moins fréquenté mais tout aussi enthousiasmant. Pour Fierrabras de Schubert, La Scala a réuni une distribution de haut vol avec Bernard Richter et Dorothea Röschmann entre autres. La mise en scène de Fidelio, grand chef-d’œuvre de Beethoven confiée à Deborah Warner constitue elle aussi un temps-fort de la saison. Un autre événement est à signaler enfin, la mise en scène de Patrice Chéreau de l’Elektra de Strauss est une expérience à vivre tout comme cette merveilleuse saison 2017-2018 de la Scala de Milan.

 

Réservez des Concerts, Opéras, Ballets : Teatro alla Scala

 | 2 Résultats
Autres salles à Milan

Informations sur Teatro alla Scala

Temple de l’opéra où résonnent encore les notes de Verdi, Toscanini et les voix de Callas et de tant d’autres grands artistes qui ont fait et qui continuent à faire sa légende, la Scala est une merveilleuse salle et un lieu incontournable pour tout amateur de musique classiqueRéservez vos billets !

 

Il aura fallu douze jours, pas un de plus, aux aristocrates milanais pour élaborer les plans d'un nouveau théâtre et les envoyer à l'Impératrice Marie-Thérèse, après l'incendie du Théâtre Ducal. Deux ans plus tard, en 1778, le nouvel opéra est inauguré, sur l'emplacement de l'église Santa Maria alla Scala et le Teatro alla Scala se distingue rapidement par la qualité de ses productions : l'Europe entière vient admirer la richesse des costumes, un choeur à l'effectif imposant, et des chanteurs qui se distinguent par la justesse de leur jeu dramatique.

Le spectacle est aussi dans la salle : on se réunit dans les loges, on échange les dernières nouvelles, on soupe, on joue même aux cartes. La tradition s'est heureusement perdue, mais le public de La Scala sait encore, de nos jours, se manifester bruyamment, qu'il désapprouve quelque trille, ou qu'il consacre définitivement la carrière d'une prima donna.

 

Toutefois, au XIXème siècle, la concurrence du Teatro di San Carlo de Naples qui attire les plus grandes voix de la péninsule, oblige la Scala à se renouveler, mais avec quel panache ! Les noms de Rossini, Bellini et Verdi se lieront pour toujours à celui de la salle milanaise, et l'histoire de la musique italienne, de la musique tout court, est inscrite dans ses murs. C'est ici que sont créés NORMA, LE TURC EN ITALIE, NABUCCO ou FALSTAFF ; c'est ici que triomphent Isabella Colbran ou Maria Malibran.

 

Le règne de Verdi à peine terminé, c'est celui de Toscanini qui commence. Au milieu des orages déclenchés par ses célèbres colères, le chef italien saura constituer un orchestre et une troupe de chanteurs permanents qui imposent de nouveaux critères de qualité pour le monde entier. En ces années-là, on ne chante au MET de New-York qu'à la condition d'avoir été applaudi à la Scala ...

 

La Scala sera détruite en 1943, mais, très vite reconstruite selon les plans d'origine, elle a su garder son âme, grâce à des artistes comme Giulini, Callas, Tebaldi, Karajan ou Visconti, qui ont su, eux aussi, trembler à l'idée de se produire sous le grand lustre en cristal de Murano.