Vos billets dans le monde entier
Filtrer par Mois :

Interprètes
Plus

Compositeurs
Chefs d'orchestre

Metteurs en scène

Chorégraphe

0€ - 0€

Consultez le programme de la saison 2018-2019 du Teatro alla Scala et réservez vos billets dès maintenant.

 

A ne pas manquer au mois de Janvier 2019:

Au mois de janvier au Teatro alla Scala de Milan, les representations d’Attila de Verdi se poursuivent avec Ildar Abdrazakov et Riccardo Chailly à la baguette, comme les representations traditionnelles deThe Nutcracker. Deux événements toutefois, la superbe Traviata avec Marina Rebeka et le double Winterreise de Schubert magnifiquement chanté par Christian Gerhaher et à l’affiche d’un spectacle de danse chorégraphié par la grand Angelin Preljocaj.

 

 

Le 7 décembre est la date la plus connue des mélomanes du monde entier car ils savent bien qu’il s’agit de l’ouverture du célèbre Teatro alla Scala de Milan. Ceci ne veut pas dire pour autant que la salle fasse relâche de septembre à novembre. Il y a même de très beaux spectacles à l’affiche. La sensationnelle Elektra de Strauss dans la mise en scène profonde de Patrice Chéreau est l’opéra à réserver d’urgence.

 

Deux autres productions sont à signaler car l’on n’a pas souvent l’occasion d’applaudir La Finta Giardiniera de Mozart (magnifiquement distribuée à Milan) ou cet Ernani de Verdi, un chef-d’œuvre trop peu visité. Deux grands récitals de Sonya Yoncheva et de Jonas Kaufmann afficheront vite complet. Le célèbre Teatro alla Scala de Milan est une étape obligée pour les grands chanteurs. Il n’est pas étonnant de croiser Jonas Kaufmann tout comme Krassimira Stoyanova, Jessica Pratt, Marianne Crebassa, Christian Gerhaher ou Günther Groissböck en récital.

 

Le 23 juin 2019, ceux qui auront la chance de réserver un billet de spectacle pour La Scala de Milan, assisteront à l’événement de la saison : un Concert de Gala avec Sonya Yoncheva, Jonas Kaufmann, Plácido Domingo, Juan Diego Flórez et la pianiste Yuja Wang. Cerise sur le gâteau, le Wiener Philharmoniker est dirigé par Gustavo Dudamel.

 

La saison des concerts classiques et du ballet est prestigieuse avec la venue des formations comme le Lucerne Festival Orchestra, le Monteverdi Choir et les English Baroque Soloists pour une version de concert de Semele de Haendel dirigée par le parfait John Eliot Gardiner. L’iconoclaste Teodor Currentzis se produit à Milan. D’autres concerts tout aussi somptueux du Filarmonica della Scala sont dirigés par Riccardo Chailly, le directeur artistique de Teatro alla Scala de Milan bien entendu mais également par Zubin Mehta, Myung-Whun Chung ou Christoph von Dohnányi.

 

Côté danse, le Bolshoi Ballet et le Tokyo Ballet sont les compagnies invitées de prestige. Roberto Bolle et Svetlana Zakharova, les étoiles superstars sont des habitués de la scène scaligère. Cette saison 2018-2019, ils dansent ensemble dans L’Histoire de Manon puis séparément. Elle danse Giselle tandis que lui incarne Onegin. D’autres grands ballets classiques sont à l’affiche comme Sleeping Beauty ou The Nutcracker (il faut réserver ses billets rapidement). A noter que la modernité fait une belle apparition avec deux chorégraphes de renom, Angelin Preljocaj et Wayne McGregor.

 

Mais bien évidemment, le Teatro alla Scala de Milan ce sont d’abord et avant tout les opéras. Cette saison 2018-2019 s’ouvre sur un événement. Avec Attila, Riccardo Chailly a en effet choisi un Verdi de jeunesse assez rare (incarné par Ildar Abdrazakov). Comme toujours, la saison affiche une succession impressionnante et ininterrompue de grandes stars. Sonya Yoncheva et Marina Rebeka sont deux superbes Traviata qui charment Francesco Meli et Benjamin Bernheim (avec également Leo Nucci ou Plácido Domingo, excusez du peu !). Un incroyable Giulio Cesare de Hanedel réunit Cecilia Bartoli, Bejun Mehta et Philippe Jaroussky dans une mise en scène du génial Robert Carsen.

 

 Valery Gergiev dirige les représentations de Khovanshchina de Mussorgsky et Christoph von Dohnányi, un passionnant Idomeneo de Mozart avec une distribution parfaite (Bernard Richter, Michèle Losier…). Strauss et Korngold ont les honneurs de la scène avec Ariadne auf Naxos et un duo féminin idyllique (Krassimira Stoyanova, Sabine Devieilhe) , taillé sur mesure pour Klaus Florian Vogt et Asmik Grigorian. D’autres spectacles sont tout autant dignes d’intérêt comme cette Cenerentola de Rossini avec Marianne Crebassa, Gianni Schicchi de Puccini avec l’inenarrable Ambrogio Maestri ou encore Leo Nucci immortel Rigoletto.

 

Et puisque nous sommes à Milan, on se doit de réserver ses billets d’opéra pour le repertoire historique de l’illustre salle comme Manon Lescaut de Puccini (avec María José Siri et Marcelo Álvarez), I Masnadieri de Verdi (avec Lisette Oropesa) dans la mise en scène de David McVicar ou L’Elisir d’Amore de Donizetti, un chef-d’œuvre avec Vittorio Grigòlo et René Barbera en alternance. Une saison magnifique, à tous points de vue…

Réservez des Concerts, Opéras, Ballets : Teatro alla Scala

 | 3 Résultats

Informations sur Teatro alla Scala

Temple de l’opéra où résonnent encore les notes de Verdi, Toscanini et les voix de Callas et de tant d’autres grands artistes qui ont fait et qui continuent à faire sa légende, la Scala est une merveilleuse salle et un lieu incontournable pour tout amateur de musique classiqueRéservez vos billets !

 

Il aura fallu douze jours, pas un de plus, aux aristocrates milanais pour élaborer les plans d'un nouveau théâtre et les envoyer à l'Impératrice Marie-Thérèse, après l'incendie du Théâtre Ducal. Deux ans plus tard, en 1778, le nouvel opéra est inauguré, sur l'emplacement de l'église Santa Maria alla Scala et le Teatro alla Scala se distingue rapidement par la qualité de ses productions : l'Europe entière vient admirer la richesse des costumes, un choeur à l'effectif imposant, et des chanteurs qui se distinguent par la justesse de leur jeu dramatique.

Le spectacle est aussi dans la salle : on se réunit dans les loges, on échange les dernières nouvelles, on soupe, on joue même aux cartes. La tradition s'est heureusement perdue, mais le public de La Scala sait encore, de nos jours, se manifester bruyamment, qu'il désapprouve quelque trille, ou qu'il consacre définitivement la carrière d'une prima donna.

 

Toutefois, au XIXème siècle, la concurrence du Teatro di San Carlo de Naples qui attire les plus grandes voix de la péninsule, oblige la Scala à se renouveler, mais avec quel panache ! Les noms de Rossini, Bellini et Verdi se lieront pour toujours à celui de la salle milanaise, et l'histoire de la musique italienne, de la musique tout court, est inscrite dans ses murs. C'est ici que sont créés NORMA, LE TURC EN ITALIE, NABUCCO ou FALSTAFF ; c'est ici que triomphent Isabella Colbran ou Maria Malibran.

 

Le règne de Verdi à peine terminé, c'est celui de Toscanini qui commence. Au milieu des orages déclenchés par ses célèbres colères, le chef italien saura constituer un orchestre et une troupe de chanteurs permanents qui imposent de nouveaux critères de qualité pour le monde entier. En ces années-là, on ne chante au MET de New-York qu'à la condition d'avoir été applaudi à la Scala ...

 

La Scala sera détruite en 1943, mais, très vite reconstruite selon les plans d'origine, elle a su garder son âme, grâce à des artistes comme Giulini, Callas, Tebaldi, Karajan ou Visconti, qui ont su, eux aussi, trembler à l'idée de se produire sous le grand lustre en cristal de Murano.