Vos billets dans le monde entier
Filtrer par Mois :

Interprètes
Plus

Compositeurs
Plus

Chefs d'orchestre
Plus

Metteurs en scène
Plus

Chorégraphe
Plus

0€ - 0€

Vos billets pour la saison 2016-2017 du Teatro alla Scala de Milan
 
Quelques temps forts en octobre au Teatro alla Scala : En octobre à la Scala de Milan, Le Nozze di Figaro incroyable à la Scala dirigé par Franz Welser-Möst, le grand chef viennois. La distribution est parfaite avec Diana Damrau, Markus Werba, Carlos Àlvarez et Marianne Crebassa en tête. L’oeuvre est moins connue mais le même soin a été apporté à la production du Turn of the Screw de Britten avec Christoph Eschenbach à la direction et Kasper Holten à la mise en scène. Ian Bostridge et Miah Persson sont juste un idéal dans ce répertoire.
Sans oublier Giselle, l’émouvant ballet où sont attendus les grandes étoiles Svetlana Zakharova et Roberto Bolle pour quelques représentations seulement.
 

La saison 2016-2017 :

Comme chacun sait, le 7 décembre est une date incontournable de la saison lyrique internationale puisqu’on inaugure la nouvelle saison du Teatro alla Scala de Milan. Les dernières productions de septembre à novembre sont aussi dignes d’éloge. L’incoronazione di Poppea de Claudio Monteverdi dans la mise en scène de Bob Wilson est dirigée par Rinaldo Alessandrini, grand chef baroque. La Comtesse des nozze di Figaro de Mozart est incarnée par la divine soprano allemande Diana Damrau. Ian Bostridge chante du Britten et Alan Gilbert remplace Nikolaus Harnoncourt pour diriger Porgy and Bess de Gershwin. Excusez du peu !
La véritable saison sera inaugurée par son génial directeur musical Riccardo Chailly qui a choisi Madama Butterfly. Les choix musicaux du maestro portent sur une belle tradition, surtout italienne avec une reprise de La Bohème dans la mise en scène de référence de Franco Zeffirelli. Verdi est chez lui à la Scala et cette saison 2016-2017 on peut acheter ses billets pour assister aux représentations de La traviata, Don Carlo ou Falstaff. Le bel canto n’est pas oublié avec Anna Bolena de Donizetti. Deux opéras de Mozart sont joués cette saison, Die Entführung aus dem Serail et Don Giovanni, le chef-d’œuvre des chefs-d’œuvres ainsi que Wagner avec Die Meistersinger von Nürnberg. Du côté des ballets, la Scala est également une référence où l’étoile Roberto Bolle a souvent brillé. Il sera présent cette saison aux côtés d’une autre incroyable étoile, Svetlana Zakharova, dans Giselle notamment. Les grands titres du ballet vont ponctuer cette saison comme Le songe d’une nuit d’été ou le Lac des Cygnes. 
Ce qui a toujours participé au renom de la Scala, ce sont ses distributions exemplaires. Anna Netrebko, la superstar, chante Violetta de Traviata, Sonya Yoncheva et Ailyn Pérez alternent dans La Bohème. L’inénarrable Ambrogio Maestri, le Falstaff de sa génération est bien sûr distribué dans le chef d’œuvre de Verdi. Autre grand baryton, Thomas Hampson reprend un rôle marquant de sa prodigieuse carrière, celui de Don Giovanni tandis que le remarquable wagnérien Michael Volle incarne Hans Sachs dans les Meistersinger. La Scala donne également sa chance aux jeunes chanteurs comme Federica Lombardi qui assure toutes les représentations d’Anna Bolena de Donizetti. Autres débuts remarqués, ceux de Sabine Devieilhe dans Die Entführung aus dem Serail de Mozart entourée d’une très belle distribution (Lenneke Ruiten, Mauro Peter, Tobias Kehrer).  Autant de raisons de réserver ses billets dès que possible !

 

Réservez des Concerts, Opéras, Ballets : Teatro alla Scala

 | 49 Résultats

Autres salles à Milan

Informations sur Teatro alla Scala

Temple de l’opéra où résonnent encore les notes de Verdi, Toscanini et les voix de Callas et de tant d’autres grands artistes qui ont fait et qui continuent à faire sa légende, la Scala est une merveilleuse salle et un lieu incontournable pour tout amateur de musique classiqueRéservez vos billets !

 

Il aura fallu douze jours, pas un de plus, aux aristocrates milanais pour élaborer les plans d'un nouveau théâtre et les envoyer à l'Impératrice Marie-Thérèse, après l'incendie du Théâtre Ducal. Deux ans plus tard, en 1778, le nouvel opéra est inauguré, sur l'emplacement de l'église Santa Maria alla Scala et le Teatro alla Scala se distingue rapidement par la qualité de ses productions : l'Europe entière vient admirer la richesse des costumes, un choeur à l'effectif imposant, et des chanteurs qui se distinguent par la justesse de leur jeu dramatique.

Le spectacle est aussi dans la salle : on se réunit dans les loges, on échange les dernières nouvelles, on soupe, on joue même aux cartes. La tradition s'est heureusement perdue, mais le public de La Scala sait encore, de nos jours, se manifester bruyamment, qu'il désapprouve quelque trille, ou qu'il consacre définitivement la carrière d'une prima donna.

 

Toutefois, au XIXème siècle, la concurrence du Teatro di San Carlo de Naples qui attire les plus grandes voix de la péninsule, oblige la Scala à se renouveler, mais avec quel panache ! Les noms de Rossini, Bellini et Verdi se lieront pour toujours à celui de la salle milanaise, et l'histoire de la musique italienne, de la musique tout court, est inscrite dans ses murs. C'est ici que sont créés NORMA, LE TURC EN ITALIE, NABUCCO ou FALSTAFF ; c'est ici que triomphent Isabella Colbran ou Maria Malibran.

 

Le règne de Verdi à peine terminé, c'est celui de Toscanini qui commence. Au milieu des orages déclenchés par ses célèbres colères, le chef italien saura constituer un orchestre et une troupe de chanteurs permanents qui imposent de nouveaux critères de qualité pour le monde entier. En ces années-là, on ne chante au MET de New-York qu'à la condition d'avoir été applaudi à la Scala ...

 

La Scala sera détruite en 1943, mais, très vite reconstruite selon les plans d'origine, elle a su garder son âme, grâce à des artistes comme Giulini, Callas, Tebaldi, Karajan ou Visconti, qui ont su, eux aussi, trembler à l'idée de se produire sous le grand lustre en cristal de Murano.