À partir de 52 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez vos e-billets à imprimer par email vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

OPERNHAUS

Rossini Il Barbiere di Siviglia

Le 08 mars 2020
Opernhaus - Leipzig
Programme

Rossini : Il Barbiere di Siviglia

3 h
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Stephan Zilias
  • Metteur en scène
    Claus Guth
  • Interprètes
    Figaro: Franz Schlecht
    Rosina: Sandra Maxheimer
    Il Conte d’Almaviva: Maqungo Siyabonga
    Dottore Bartolo: Martin Winkler
    Don Basilio: Sejong Chang
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opernhaus - Leipzig Location Augustusplatz 12 - 04109 Leipzig Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Nikolaus Adam Strungk possédait, comme bien des musiciens du XVIIème siècle, plusieurs cordes à son arc : il était certes compositeur, mais aussi violoniste et organiste. C'est pourtant comme fondateur, en 1693, du premier Opéra de Leipzig, qu'il restera dans l'histoire. Il en sera le premier directeur, et y fera d'ailleurs donner un bon nombre de ses propres œuvres, tout comme le prolifique Georg Philip Telemann qui sera son successeur, mais qui n'empêchera pas la faillite de l'institution en 1720. Leipzig accueillera ensuite des troupes italiennes, avant que la vogue des opéras allemands n'oblige la ville à se doter d'un nouveau théâtre en 1766.

 

Le Städtisches Theater sera, lui, inauguré en 1817. Sous l'impulsion d'actifs directeurs, dont le plus célèbre est certainement E.T.A. Hoffmann, on y joue un répertoire qui va de Mozart à Weber (création allemande d'OBERON après la création mondiale de Covent Garden). En 1840, alors que Mendelssohn dirige les activités de l'Orchestre du Gewandhaus, celui-ci deviendra l'orchestre défasse attitré de l'Opéra et le restera jusqu'à aujourd'hui.

 

En 1850, Schumann vient y diriger les premières représentations de son opéra GENOVEVA, et en 1867, un nouvel édifice est construit sur l'Augustusplatz, en face de l'emplacement où sera aussi bâti le Nouveau Gewandhaus. Ardent défenseur de l'art lyrique allemand, l'Opéra de Leipzig prendra rapidement fait et cause pour l'œuvre de Richard Wagner.

 

La troupe monte une des premières intégrales du RING avec les décors et costumes du festival de Bayreuth, et s'empresse d'aller faire découvrir la prodigieuse tétralogie hors d'Allemagne : Covent Garden, La Fenke ou La Monnaie accueilleront ses productions avec enthousiasme. Cette culture wagnérienne sera défendue par Arthur Nikisch et par son jeune assistant, Gustav Mahler, mais n'empêchera jamais l'institution d'innover, et même de devenir un des temples de la musique moderne dans la première moitié de notre siècle : on y entendra, entre autres premières mondiales, les accents jazzy du JONNY SPIELT AUF de Krenek (1927) et ceux plus grinçants de Kurt Weill et Bertolt Brecht dans GRANDEUR ET DECADENCE DE LA VILLE DE MAHAGONNY (1930).

 

L'Opéra sera détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale, et devra attendre 1960 pour être reconstruit, sinon à l'identique, du moins en respectant la forme classique de l'ancien théâtre.

Opernhaus

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Il Barbiere di Siviglia

Le truculent Rossini offre avec le Barbier un festival d’airs célèbres dans une allégresse communicative. Tout virevolte dans cette musique où seul compte, le divertissement. Chez ce génial compositeur de bel canto, les voix sont toujours à la fête.

Il barbiere di Siviglia, composé en 1816 par Rossini est considéré comme l'exemple le plus abouti d'opéra bouffe à l'italienne. Le livret est inspiré de la pièce éponyme de Beaumarchais, mais ses implications sociales sont plus diffuses que dans l'oeuvre du dramaturge français. Chronologiquement, l'intrigue précède celle des Noces de Figaro de Mozart. Assister à une représentation du Barbier de Séville, c'est retrouver quelques unes des pièces chantées les plus connues du répertoire classique, comme l'air de Basilio, la cavatine de Figaro ou celle de Rosina.

HISTOIRE
A Séville, le comte Almaviva cherche à séduire Rosina, la pupille du Docteur Bartholo. Ce dernier a des vues sur la jeune fille et la maintient enfermée dans sa demeure. Figaro, que l'on surnomme le barbier de Séville, devenu valet du comte, aide son maître à conquérir la femme aimée.

Acte 1
Pour séduire la belle Rosina, le comte Almaviva se fait passer pour Lindoro, un jeune homme pauvre. Au début de l'opéra, il lui donne la sérénade, sous le balcon de la demeure du docteur Bartholo. Figaro, un barbier de Séville, prend fait et cause pour le comte et lui promet de l'aider à conquérir Rosina. Prévenu par le maître de musique Basilio des intentions d'Almaviva, Bartolo veut avancer son mariage avec Rosina. Almaviva, déguisé en soldat, exige d'être logé dans la maison du docteur, en agitant un billet d'hébergement. Bartolo refuse de façon véhémente mais Almaviva est parvenu à glisser un mot à Rosina. Il se retire.

Acte 2
Bartolo s'interroge sur l'identité du soldat tandis qu'un nouveau venu se présente. Il s'agit d'Alonso, envoyé pour le remplacer par un Basilio souffrant. Il s'agit en réalité du comte déguisé.
Durant la leçon, la musique endort Bartolo et les deux amoureux en profitent pour échanger de douces parole. Figaro arrive pour raser Bartolo et parvient à intercepter Basilio. Il lui glisse une bourse bien remplie de la part du comte, pour le convaincre de rentrer chez lui et de jouer au malade.

Figaro dérobe à Bartolo la clé de la porte du balcon. Mais Bartolo finit par découvrir l'identité d'Alsonso et veut précipiter les noces avec Rosina. Arrivent le notaire et Basilio, qui sont requis comme témoins. Mais grâce à une nouvelle bourse d'or, ils acceptent de faire signer le contrat de mariage au comte et à Rosina. Bartolo est pris de court et ne peut que s'incliner devant les faits.

LES PRINCIPAUX ROLES

Figaro, barbier (baryton)
Rosina, pupille du docteur Bartolo (contralto)
Le comte Almaviva, amoureux de Rosina (ténor)
Bartolo, docteur (basse)
Basilio, maître de musique (basse)

OPERNHAUS

Vous pouvez aussi être interessé par…

0