loading ...

Aucun résultat

loading ...

Aucun résultat

  • International Vos billets dans le monde entier
  • Agence de réservations Spécialiste de la musique classique depuis plus de 20 ans
  • +48.000 spectacles Opéras, Concerts et ballets dans les plus grandes institutions
  • Conseils Des experts à votre écoute au +33 1 53 59 39 29
Opéra

Iphigénie en Tauride

Durée approximative

IPHIGENIE EN TAURIDE, UNE TRAGEDIE AUSTERE

 

Opéra en quatre actes, Iphigénie en Tauride est l'œuvre du compositeur allemand Christoph Willibald Gluck. Rencontrant un franc succès dès sa première représentation, cet opéra en a connu 89 autres avant la mort de son auteur. À l'époque, Marie-Antoinette en personne s'était déplacée pour la première représentation, le 18 mai 1779. Inscrite au répertoire de l'Académie Royale de Musique, l'Iphigénie en Tauride a été diffusée dans le monde entier, lors d'une représentation en date du 8 novembre 2007. Ce qui en fait une œuvre intemporelle, qui a su défier le temps, et séduire plusieurs sensibilités d'époques tout à fait différentes.

L'HISTOIRE

Tout commence avec le livret d'Alphonse du Congé Dubreuil qui, après avoir travaillé sur le sujet d'Iphigénie en Tauride, sollicita Gluck pour une composition musicale. Déjà demandé sur un projet similaire, celui-ci déclina la proposition de Dubreuil. Travaillant la pièce avec acharnement, Gluck eu le bonheur d'avoir la Reine de France, Marie-Antoinette à la première représentation de l'Iphigénie en Tauride.

Acte 1 : c'est une symphonie allegro moderato qui est servie au spectateur à l'ouverture de la partition, une façon de tout de suite l'immerger dans l'intrigue de la pièce. Celle-ci prend une tournure plus grave et plus solennelle, avec les notes de piano annonçant une « tempête au loin ». L'orage passé, Iphigénie fait son entrée avec un récitatif exprimant une tourmente intérieure. Thoas, roi des Scythes suit Iphigénie en chantant « De noirs pressentiments, mon âme intimidée... ».

Acte 2 : Oreste et Pylade, dans l'attente d'une mise à mort, échangent dans un récitatif ténébreux, le premier implorant les dieux de mettre fin à ses jours. Dans une aria da capo, Pylade, répond, exprimant la peine que lui cause de tels propos. Après la séparation des deux amis, Iphigénie fait son entrée devant Oreste qui croit voir Clytemnestre. À la fin de l'acte, c'est un chœur de son Iphigénie en Aulide qui est servie, avec gaieté et solennité.

Acte 3 : « D'une image, hélas ! Trop chéri » est l'air sur lequel Iphigénie fait son entrée. Dans un entretien avec Oreste et Pylade, elle déclare pouvoir sauver l'un des deux amis. Une dispute survient entre les deux pour le choix de celui qui sauvera l'autre en mourant. Pylade est finalement celui qui s'en sort, chargé par Iphigénie de porter une lettre à sa sœur Electre. Refusant de s'en aller, il chante les dieux, espérant un dénouement heureux.

Acte 4 : Dans le temple de Diane, Iphigénie doit accomplir son devoir, en sacrifiant Oreste, mais elle demeure perplexe, chantant un air pour trouver courage à accomplir sa tâche. Sur un propos très pathétique d'Oreste, Iphigénie s'affale dans ses bras et ne le sacrifie point. Pylade revient avec une armée et exécute Thoas qui venait s'assurer de la mort d'Oreste. Dans une apparition, la déesse Diane accorde son pardon à Oreste et l'invite à succéder à Agamemnon, à Mycènes.
L'opéra prend fin dans un air euphorique, au son de trompettes et timbales.

LES ROLES PRINCIPAUX

Iphigénie, prêtresse de Diane, soprano
Oreste, frère d'Iphigénie, roi d'Argos et de Mycènes, baryton
Pylade, ami d'Oreste, roi de Phocis, ténor
Thoas, roi de Tauride, basse
Diane, déesse, soprano

Lire la suite Lire la suite
Aucun spectacle ne correspond à votre recherche. Merci de modifier vos critères.