À partir de 308 €
×

Complet

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Complet
Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos E-billets à imprimer ou à présenter sur votre smartphone.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Siegfried © Bernd Uhlig

Wagner Siegfried

Le 07 janvier 2022
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Wagner : Siegfried

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Donald Runnicles
  • Metteur en scène
    Stefan Herheim
  • Interprètes
    Siegfried: Clay Hilley
    Brünnhilde: Nina Stemme
    Wanderer: Iain Paterson
    Mime: Ya-Chung Huang
    Erda: Judit Kutasi
    Alberich: Jordan Shanahan
    Fafner: Tobias Kehrer
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Siegfried

SIEGFRIED, PIECE CENTRALE DU RING DE WAGNER

 

Il s'agit de l'opéra central de la tétralogie de Wagner, ou Ring (l'anneau des Nibelungen).

Le compositeur y explore une fois encore les légendes allemandes et met en scène la figure archétypale du héros germanique. Le protagoniste de cet opéra représente une vision idéalisée de l'homme, dans son affrontement avec les dieux. Sa victoire sur Wotan, divinité fatiguée et déchue, annonce le "crépuscule des dieux", que Wagner abordera dans le dernier opéra de sa tétralogie.

On retrouve ici les leitmotive chers au compositeur, son emploi quasi magique des détails musicaux et son talent à recréer l'atmosphère des temps mythologiques tout en caractérisant ses personnages.

 

 

L'HISTOIRE

 

L'intrigue prend place après que Sieglinde, dans La Walkyrie, ait donné lieu à un fils appelé à devenir un grand héros germanique. Pour avoir protégé la mère et l'enfant, Brunnhilde, fille de Wotan, a été déchue de sa divinité et plongée dans un profond sommeil sur lequel veille un cercle de feu. C'est alors que peut paraître, pour la sauver, le héros Siegfried, qui n'est autre que l'enfant de Sieglinde.

 

Acte 1 

 

Le héros a été élevé par le nain Mime, un forgeron, qui est son père adoptif. Ce dernier poursuit un sinistre projet : utiliser son fils adoptif pour tuer le dragon Fafner et récupérer deux objets magiques, le Tarnhelm, qui rend invisible, et l'anneau des Nibelungen. L'acte I est l'occasion de retrouver Wotan, père des dieux, qui parcourt la terre sous le déguisement du Voyageur et qui fait étape chez Mime. Siegfried se forge une épée à partir des restes brisés de celle de son père et brise l'enclume de Mime.

 

Acte 2

 

Alberich, frère de Mime, veille sur l'antre de Fafner. Il croise le Voyageur, en qui il reconnaît Wotan. Le héros, parvenu à la grotte en compagnie de Mime, réveille le dragon et l'affronte, tandis que le nain s'enfuit. Vainqueur, il lèche sur sa main le sang du dragon qui l'a brûlé, ce qui lui confère le pouvoir de comprendre le chant des oiseaux et les pensées des humains. Il s'empare du Tarnhelm et de l'anneau magique. Mime tente d'empoisonner son fils adoptif, mais ce dernier lit dans ses pensées et le tue. Le chant d'un oiseau révèle au héros le lieu où dort Brunnhilde.

 

Acte 3

 

Wotan et Erda ne comprennent plus le monde : aucun des plans des dieux n'a abouti et Wotan n'a pu récupérer l'anneau. Il commence à se résoudre à la fin des dieux, mais affronte cependant le héros alors qu'il veut s'approcher du cercle de flammes qui entoure Brunnhilde. Wotan est vaincu, le héros réveille Brunnhilde d'un baiser et les deux jeunes gens tombent amoureux l'un de l'autre. Assister à une représentation (lien)

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Wotan ou le Voyageur (baryton-basse)

Siegfried (ténor)

Brunnhilde, walkyrie déchue (soprano)

Alberich, un Niebelung (baryton)

Mime, frère d'Alberich (ténor)

Fafner, dragon (basse)

Erda, déesse mère (contralto)

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…