À partir de 57 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos E-billets à imprimer ou à présenter sur votre smartphone.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

©Bettina Stöss / Opera Il Barbiere di Siviglia / Rossini

Rossini Il Barbiere di Siviglia

Du 27 décembre Au 05 janvier 2023
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Rossini : Il Barbiere di Siviglia 160 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Yi-Chen Lin
  • Metteur en scène
    Katharina Thalbach
  • Interprètes
    Figaro: Philipp Jekal
    Rosina: Arianna Manganello
    Il Conte d’Almaviva: Matthew Newlin
    Dottore Bartolo: Misha Kiria
    Don Basilio: Patrick Guetti
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Il Barbiere di Siviglia

Le truculent Rossini offre avec le Barbier un festival d’airs célèbres dans une allégresse communicative. Tout virevolte dans cette musique où seul compte, le divertissement. Chez ce génial compositeur de bel canto, les voix sont toujours à la fête.

Il barbiere di Siviglia, composé en 1816 par Rossini est considéré comme l'exemple le plus abouti d'opéra bouffe à l'italienne. Le livret est inspiré de la pièce éponyme de Beaumarchais, mais ses implications sociales sont plus diffuses que dans l'oeuvre du dramaturge français. Chronologiquement, l'intrigue précède celle des Noces de Figaro de Mozart. Assister à une représentation du Barbier de Séville, c'est retrouver quelques unes des pièces chantées les plus connues du répertoire classique, comme l'air de Basilio, la cavatine de Figaro ou celle de Rosina.

HISTOIRE
A Séville, le comte Almaviva cherche à séduire Rosina, la pupille du Docteur Bartholo. Ce dernier a des vues sur la jeune fille et la maintient enfermée dans sa demeure. Figaro, que l'on surnomme le barbier de Séville, devenu valet du comte, aide son maître à conquérir la femme aimée.

Acte 1
Pour séduire la belle Rosina, le comte Almaviva se fait passer pour Lindoro, un jeune homme pauvre. Au début de l'opéra, il lui donne la sérénade, sous le balcon de la demeure du docteur Bartholo. Figaro, un barbier de Séville, prend fait et cause pour le comte et lui promet de l'aider à conquérir Rosina. Prévenu par le maître de musique Basilio des intentions d'Almaviva, Bartolo veut avancer son mariage avec Rosina. Almaviva, déguisé en soldat, exige d'être logé dans la maison du docteur, en agitant un billet d'hébergement. Bartolo refuse de façon véhémente mais Almaviva est parvenu à glisser un mot à Rosina. Il se retire.

Acte 2
Bartolo s'interroge sur l'identité du soldat tandis qu'un nouveau venu se présente. Il s'agit d'Alonso, envoyé pour le remplacer par un Basilio souffrant. Il s'agit en réalité du comte déguisé.
Durant la leçon, la musique endort Bartolo et les deux amoureux en profitent pour échanger de douces parole. Figaro arrive pour raser Bartolo et parvient à intercepter Basilio. Il lui glisse une bourse bien remplie de la part du comte, pour le convaincre de rentrer chez lui et de jouer au malade.

Figaro dérobe à Bartolo la clé de la porte du balcon. Mais Bartolo finit par découvrir l'identité d'Alsonso et veut précipiter les noces avec Rosina. Arrivent le notaire et Basilio, qui sont requis comme témoins. Mais grâce à une nouvelle bourse d'or, ils acceptent de faire signer le contrat de mariage au comte et à Rosina. Bartolo est pris de court et ne peut que s'incliner devant les faits.

LES PRINCIPAUX ROLES
Figaro, barbier (baryton)
Rosina, pupille du docteur Bartolo (contralto)
Le comte Almaviva, amoureux de Rosina (ténor)
Bartolo, docteur (basse)
Basilio, maître de musique (basse)

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…