Menu Rechercher

Contact et réservation +33(0)1 53 59 39 29 ou contactez-nous en ligne

Le chèque cadeau
Vos billets dans le monde entier
Filtrer par Mois :

Interprètes
Plus

Compositeurs
Plus

Chefs d'orchestre

Metteurs en scène
Chorégraphe

0€ - 0€

Vos billets pour la saison du Théâtre des Champs-Elysées 2018

 

 

A ne pas manquer au mois de Janvier 2019:

Au mois de janvier au Théâtre des Champs-Elysées, le joyeux début de l’année est dansé avec Casse-Noisette par le Ballet de Kiev. Il faut vite réserver ses places tout comme pour le L.A. Dance Project de Benjamin Millepied qui revient à la fin du mois. Une date à retenir, le 18 pour le Paris International Opera Competition car les grandes voix se bousculent au TCE. Sandrine Piau chante des airs baroques avec le Kammerorchester Basel, Nadine Sierra Bernstein et du Belcanto tandis que Patricia Petibon offre un récital avec orchestre taillé sur mesure. Côté opéras en version de concert, l’incandescente Anja Harteros incarne l’Arabella de Strauss et Erwin Schrott est Don Giovanni. 2019 démarre sur les chapeaux de roues au Théâtre des Champs Elysées !  


 

 

Même si le Palais Garnier reste l’opéra parisien le plus célèbre, le Théâtre des Champs-Elysées avec son histoire et la beauté de sa salle ne démérite pas, surtout concernant sa parfaite programmation. Cette saison 2018-2019 est une fois de plus exemplaire grâce aux grands artistes de la musique classique qui se produisent sur cette scène mythique.

 

Rappelons que le Théâtre des Champs-Elysées est l’une des rares salles à accueillir à la fois les opéras, les ballets et les concerts. Et qui d’autre que le plus grand ténor actuel pour ouvrir la saison ? Jonas Kaufmann donne un récital et il faut réserver ses places dès que possible.

 

L’art lyrique est au tout premier plan avec les récitals d’Elsa Dreisig, Roberto Alagna, Pretty Yende, Philippe Jaroussky… et seulement quatre opéras mis en scène cette saison mais de très nombreuses versions de concert de prestige. Le ténor Michael Spyres, un habitué des lieux chante Florestan dans Fidelio de Beethoven incarné par Adrianne Pieczonka. Une autre star parmi les ténors, Juan Diego Flórez continue son exploration du répertoire français avec cette fois Manon de Massenet. Après un Werther exceptionnel, il faut vite réserver ses billets d’opéra car l’événement est très attendu.

 

D’autres grands moments sont annoncés comme le Rigoletto incarné par Simon Keenlyside ou l’exceptionnel Leo Nucci dans Nabucco de Verdi avec également Anna Pirozzi, un nom désormais familier des grands mélomanes. D’ailleurs, côté sopranos, les beaux rendez-vous sont également pléthores avec notamment Sabine Devieilhe qui chante Cunégonde dans l’enthousiasmant Candide de Bernstein.

 

L’une des plus grandes stars actuelles, Anja Harteros incarne l’Arabella de Richard Strauss tandis que la superbe Véronique Gens est l’Armide de Lully (avec Reinoud Van Mechelen).  L’opéra baroque est particulièrement bien servi cette saison 2018-2019 du Théâtre des Champs Elysées avec de nombreux temps forts. Franco Fagioli chante le Serse de Haendel. Un autre contreténor dont on parle beaucoup, Jakub Jósef Orlinski est à l’affiche du Stabat Mater de Pergolèse avec la direction toujours éclairée de Julien Chauvin.

 

Les deux grands événements à réserver d’urgence sont Hippolyte et Aricie de Rameau dirigé par Emmanuelle Haïm et cette Agrippina de Haendel par Maxim Emelyanychev. Les distributions sont idéales avec Cyrille Dubois, Mélissa Petit, Stéphanie d’Oustrac, Jean-François Lapointe pour le Rameau et dans Agrippina, Franco Fagioli, Marie-Nicole Lemieux, Luca Pisaroni et surtout la grandiose Joyce DiDonato qui est également à l’affiche cette saison de Maria Stuarda de Donizetti. Le plateau du Théâtre des Champs-Elysées s’offre à l’immense metteure en scène Deborah Warner qui propose une nouvelle production de La Traviata avec une prise de rôle pour la jeune soprano française Vannina Santoni aux côtés de Saimir Pirgu et de Laurent Naouri.

 

Une affiche magnifique est également réunie pour le chef-d’œuvre de Gluck, Iphigénie en Tauride. A la mise en scène, Robert Carsen retrouve le théâtre avec deux véritables chanteurs-acteurs, Gaëlle Arquez et Stéphane Degout. Pour l’admirable Ariadne auf Naxos de Strauss, le TCE a fait appel à la passionnante Katie Mitchell pour la mise en scène et à la grande voix de Camilla Nylund pour incarner Ariadne.

 

Mais le Théâtre des Champs Elysées, ce sont aussi les concerts. Il est impossible de les passer tous en revue. Citons toutefois quelques grands chefs de toute génération comme comme Valery Gergiev, Mirga Grazinyte-Tyla, Philippe Herreweghe, Paavo Järvi, Mariss Jansons, Yannick Nézet-Séguin, Hervé Niquet, Esa-Pekka Salonen, Yuri Temirkanov, Robin Ticciati ou encore quelques grands instrumentistes comme Leif Ove Andsnes, Amandine Beyer, Fabio Biondi, Renaud Capuçon, Lucas Debargue, Isabelle Faust, Nelson Freire, Benjamin Grosvenor, Evgeny Kissin, Igor Levit, Daniel Lozakovitj, Nikolai Lugansky, Vadim Repin, Grigory Sokolov, Christian Tetzlaff, Arcadi Volodos, Yuja Wang et tant d’autres… pour comprendre à quel point cette nouvelle saison 2018-2019 est sensationnelle.

Réservez des Concerts, Opéras, Ballets : Théâtre des Champs-Elysées

 | 9 Résultats

Informations sur Théâtre des Champs-Elysées

Initialement prévu pour être construit sur la légendaire avenue dont il porte le nom, le Théâtre des Champs-Elysées est en fait situé... avenue Montaigne. C'est en 1913 que les Parisiens purent découvrir cette salle, étonnante synthèse de tradition et de modernité, avec ses balcons qui rappellent le théâtre à l'italienne mais soutenus par du béton armé, et sa décoration à la fois sobre et luxueuse. En fait d'éclectisme, la première saison fut d'ailleurs étonnante. On y donna aussi bien LE BARBIER DE SEVILLE que BORIS GODOUNOV, et puis la création du SACRE DU PRINTEMPS de Stravinski, avec le scandale et les hurlements que l'on sait : Nijinski comptait, en russe et dans les coulisses, pour les danseurs ; Pierre Monteux battait une autre mesure pour les musiciens ; tandis que Stravinski passait de la salle à la scène pour tenter de sauver le spectacle.

 

Avec de tels événements, le Théâtre des Champs-Elysées s'impose rapidement auprès du public parisien, et Marcel Proust saluera, en Gabriel Astruc, le directeur de la salle « qui a monté BORIS GODOUNOV et, en général, suppléa aux défaillances de l'Opéra Comique et de l'Opéra ».

 

Après la 1ère Guerre Mondiale, la programmation fait alterner concerts, opéras et ballets, une solide tradition qui dure encore de nos jours. En ce qui concerne les opéras, on notera la récurrence de cycles Mozart, avec la venue en 1924, 1947, 1949 et 1951 de l'Opéra de Vienne, mais aussi une affinité particulière avec Wagner, comme en témoignent la venue en 1929 de la troupe de Bayreuth (avec Lauritz Melchior) qui y donne la TETRALOGIE complète, ou celle de Furtwangler qui dirige LA WALKYRIE en 1937.

 

Enfin, depuis ce BORIS GODOUNOV qui avait enthousiasmé Marcel Proust, le Théâtre des Champs-Elysées entretient une relation privilégiée avec le répertoire russe. Après Chaliapine, et les Opéras de Belgrade ou Sofia, c'est au tour du Théâtre Kirov de Saint-Pétersbourg de faire actuellement les riches heures de la scène parisienne.

 

On a pu ainsi redécouvrir récemment des opéras quelque peu oubliés de Rimski-Korsakov, au sein d'une programmation qui mêle habilement les jeunes talents et la grande tradition de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, dans une salle entièrement rénovée en 1986 et 1987. Désormais dotée d'une machinerie scénique des plus modernes, elle a retrouvé tout son faste de 1913. 

 

Le 23 septembre 1987, le Théâtre des Champs-Elysées est entièrement rénové.