À partir de 271 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Alerte Email

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Les Contes d’Hoffmann © Wiener Staatsoper GmbH / Michael Pöhn

Offenbach Les Contes d’Hoffmann

Le 25 mai 2021
Wiener Staatsoper - Wien
Programme

Offenbach : Les Contes d’Hoffmann

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Axel Kober
  • Metteur en scène
    Andrei Serban
  • Interprètes
    Hoffmann: Juan Diego Flórez
    Lindorf/Coppélius/ Dr. Miracle/Dapertutto: Erwin Schrott
    Olympia: Sabine Devieilhe
    Antonia: Tamuna Gochashvili
    Giulietta: Louise Alder
    La Muse/Nicklausse: Virginie Verrez
    Andrès, Cochenille, Frantz, Pitichinaccio: Thomas Ebenstein
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Wiener Staatsoper - Wien Location Opernring 2 - 1010 Wien Autriche

  • Capacité de la salle : 1709

Vienne est connue pour ses opéras et ses concerts. Peut-être plus grâce à sa programmation exceptionnelle et au haut niveau de ses distributions vocales que pour la beauté même de sa salle, l’opéra de Vienne est un incontournable des grands opéras dans le monde et un lieu bercé de tradition où l’excellence est toujours de mise.

Pour les Viennois, leur Opéra, le Wiener Staatsoper, est plus qu'une institution, c'est un symbole constitutif de l'identité de leur ville, une affaire d'État. Réservez vos billets de musique classique !

Dès le XVIIème siècle les Habsbourg avaient pris l'habitude de dépenser des sommes fabuleuses pour l'Opéra. Mieux encore, Ferdinand III et Leopold 1er n'hésitaient pas à composer pour la scène, tandis que Charles VI prenait plaisir à diriger l'orchestre, et que l'impératrice Marie-Thérèse se mêlait au corps de ballet.

Au XIXème siècle, le Kàrntnerthor-Theater est démoli, et l'on construit le bâtiment actuel sur le fameux Ring. C'est là que Mahler imposera son nouveau style, fait de précision dans l'interprétation - grâce à d'innombrables répétitions et d'audaces dans la mise en scène - avec l'aide du décorateur Alfred Roller. Après la chute des Habsbourg, c'est Richard Strauss qui prend en main les destinées de la nouvelle institution : le Wiener Staatsoper. Mais, curieusement, il n'y aura qu'un seul opéra de Strauss créé à Vienne : LA FEMME SANS-OMBRE. Plus tard, Clemens Krauss et Karl Bôhm poursuivront la tradition. Avec Bôhm se constitue la fameuse troupe qui sera un véritable modèle pour plusieurs générations de chanteurs. Même les bombes qui détruisent l'opéra en 1945 ne pourront empêcher les noms de Elisabeth Schwarzkopf, Irmgard Seefried, Sena Jurinac ou Erich Kunz d'entrer dans la légende.

Mais qu'on ne croie pas que les Viennois n'applaudissent que leurs stars : en 1955, dans l'édifice enfin reconstruit, quand Callas vient chanter LUCIA DI LAMMERMOOR sous la direction de Karajan, le public arrête la circulation automobile pour faire un triomphe à la diva, dans la rue ! C'est en effet Karajan qui a pris la succession de Karl Bôhm, et qui invitera les plus grandes voix du monde sur la scène viennoise. Désormais on chante systématiquement les œuvres dans leurs langues originales, et les coproductions avec La Scala permettent de découvrir des voix comme celle de Mirella Freni dans LA BOHEME.

Ioan Holender, est parvenu à faire cohabiter ces distributions internationales avec l'esprit de troupe. De plus, sous son impulsion, de nombreuses oeuvres qui n'avaient jamais été montées au Staatsoper font leur apparition au répertoire (JERUSALEM de Verdi ou OEDIPE d'Enesco), une politique déjà entamée sous la brillante direction de Claudio Abbado. Mais ici, quelles que soient les évolutions, on continuera toujours à proposer 300 représentations par an (un record du monde rendu possible par la présence d'une équipe technique de 250 personnes), et à applaudir le plus bel orchestre de fosse dont on puisse rêver : l'Orchestre Philharmonique de Vienne ! (le Wiener Philharmoniker)

Wiener Staatsoper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Les Contes d’Hoffmann

LES CONTES D'HOFFMAN: LE CHEF D'OEUVRE D'OFFENBACH

 

Les contes d'Hoffmann, opéra fantastique en trois actes, est le chef d'oeuvre d'un compositeur plus habitué du monde de l'opérette. Il s'agit d'un hommage à l'écrivain allemand E.T. Hoffmann, qu'admirait Offenbach. L'oeuvre ne fut représentée qu'après la mort de son compositeur. Cet opéra testament se caractérise par des morceaux d'une grande fraîcheur, qui marquent le renouveau de l'opéra comique. Une importance particulière est accordée par Offenbach à la création de personnages lyriques aux caractères plus humains, plus nuancés.

 

L'HISTOIRE

 

L'opéra évoque trois épisodes de la vie sentimentale du poète E.T. Hoffmann :

le héros romantique y est emporté par ses sentiments aussi bien que par sa quête de l'idéal féminin. Les personnages se meuvent dans une atmosphère fantastique, dans laquelle évoluent non seulement Hoffmann, mais aussi les quatre figures maléfiques qui le poussent vers le malheur. L'histoire se développe en un prologue, trois actes et un épilogue.

 

Prologue :

 

Les contes d'Hoffmann débutent dans la taverne de maître Luther, à Nuremberg. Le conseiller Lindorf, ennemi juré du poète Hoffmann, cherche à brouiller sa relation avec la cantatrice Stella en interceptant une lettre de rendez-vous. Lorsque Hoffmann arrive à la taverne, les étudiants qui y font la fête lui demandent son avis sur l'amour.

Le poète se met à raconter l'histoire merveilleuse de ses relations amoureuses.

 

Acte 1

 

Hoffmann courtise Olympia, qu'il croit être la fille du physicien Spalanzani. En réalité, il s'agit d'un automate construit par Spalanzani et son collaborateur, Coppelius. Au cours d'un bal, Hoffmann déclare son amour. Coppelius brise alors la poupée et Hoffmann est la risée de la haute société.

 

Acte 2

 

A Venise, Hoffmann est amoureux de Giulietta, une courtisane, tombée aux mains du diabolique Dapertutto. Giulietta a volé l'ombre de son amant Schlemil, sur ordre de Dapertutto et Hoffmann doit bientôt connaître le même sort. Le poète tue Schlemil en duel, mais lorsqu'il veut rejoindre Giulietta, elle a fui avec un autre.

 

Acte 3

 

A Munich, Hoffmann courtise la fille du luthier Crespel, Antonia. La mère de cette dernière est morte d'avoir trop chanté, raison pour laquelle Crespel interdit le chant à sa fille. Le docteur Miracle fascine Antonia en jouant du violon et la pousse à chanter, malgré les mises en garde d'Hoffmann. Antonia meurt d'épuisement.

 

Epilogue:

 

Retour à la taverne de Nuremberg. Hoffmann est convaincu que Stella l'a trompé et boit pour oublier ses peines de coeur.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Hoffmann, poète, Tenor

Le conseille Lindor,baryton basse

Coppelius, aide de Spalanzani,baryton basse

Dapertutto, baryton basse

Le docteur Miracle, baryton basse

Spalanzani, physicien, tenor

 

 

Wiener Staatsoper

Vous pouvez aussi être interessé par…