À partir de 130 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Complet
Pas en vente

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Jonas Kaufmann © Dietmar Scholz - Scholzshootspeople

Giordano Andrea Chénier

Du 03 décembre Au 09 décembre 2022
Wiener Staatsoper - Wien
Programme

Giordano : Andrea Chénier

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Francesco Lanzillotta
  • Metteur en scène
    Otto Schenk
  • Interprètes
    Andrea Chénier: Jonas Kaufmann
    Maddalena di Coigny: Maria Agresta
    Carlo Gérard: Carlos Álvarez
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Wiener Staatsoper - Wien Location Opernring 2 - 1010 Wien Autriche

  • Capacité de la salle : 1709

Vienne est connue pour ses opéras et ses concerts. Peut-être plus grâce à sa programmation exceptionnelle et au haut niveau de ses distributions vocales que pour la beauté même de sa salle, l’opéra de Vienne est un incontournable des grands opéras dans le monde et un lieu bercé de tradition où l’excellence est toujours de mise.

Pour les Viennois, leur Opéra, le Wiener Staatsoper, est plus qu'une institution, c'est un symbole constitutif de l'identité de leur ville, une affaire d'État. Réservez vos billets de musique classique !

Dès le XVIIème siècle les Habsbourg avaient pris l'habitude de dépenser des sommes fabuleuses pour l'Opéra. Mieux encore, Ferdinand III et Leopold 1er n'hésitaient pas à composer pour la scène, tandis que Charles VI prenait plaisir à diriger l'orchestre, et que l'impératrice Marie-Thérèse se mêlait au corps de ballet.

Au XIXème siècle, le Kàrntnerthor-Theater est démoli, et l'on construit le bâtiment actuel sur le fameux Ring. C'est là que Mahler imposera son nouveau style, fait de précision dans l'interprétation - grâce à d'innombrables répétitions et d'audaces dans la mise en scène - avec l'aide du décorateur Alfred Roller. Après la chute des Habsbourg, c'est Richard Strauss qui prend en main les destinées de la nouvelle institution : le Wiener Staatsoper. Mais, curieusement, il n'y aura qu'un seul opéra de Strauss créé à Vienne : LA FEMME SANS-OMBRE. Plus tard, Clemens Krauss et Karl Bôhm poursuivront la tradition. Avec Bôhm se constitue la fameuse troupe qui sera un véritable modèle pour plusieurs générations de chanteurs. Même les bombes qui détruisent l'opéra en 1945 ne pourront empêcher les noms de Elisabeth Schwarzkopf, Irmgard Seefried, Sena Jurinac ou Erich Kunz d'entrer dans la légende.

Mais qu'on ne croie pas que les Viennois n'applaudissent que leurs stars : en 1955, dans l'édifice enfin reconstruit, quand Callas vient chanter LUCIA DI LAMMERMOOR sous la direction de Karajan, le public arrête la circulation automobile pour faire un triomphe à la diva, dans la rue ! C'est en effet Karajan qui a pris la succession de Karl Bôhm, et qui invitera les plus grandes voix du monde sur la scène viennoise. Désormais on chante systématiquement les œuvres dans leurs langues originales, et les coproductions avec La Scala permettent de découvrir des voix comme celle de Mirella Freni dans LA BOHEME.

Ioan Holender, est parvenu à faire cohabiter ces distributions internationales avec l'esprit de troupe. De plus, sous son impulsion, de nombreuses oeuvres qui n'avaient jamais été montées au Staatsoper font leur apparition au répertoire (JERUSALEM de Verdi ou OEDIPE d'Enesco), une politique déjà entamée sous la brillante direction de Claudio Abbado. Mais ici, quelles que soient les évolutions, on continuera toujours à proposer 300 représentations par an (un record du monde rendu possible par la présence d'une équipe technique de 250 personnes), et à applaudir le plus bel orchestre de fosse dont on puisse rêver : l'Orchestre Philharmonique de Vienne ! (le Wiener Philharmoniker)

Wiener Staatsoper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Andrea Chénier

ANDREA CHENIER, UN OPERA VERISTE A LA SENSIBILITE DEBRIDEE

Andrea Chénier est un opéra vériste composé par Umberto Giordano en quatre actes, sur un livret de Luigi Illica, crée le 28 mars 1896 à la Scala de Milan.
L'oeuvre s'inspire de la vie d'un poète helléniste français, André Chénier, guillotiné lors de la révolution française.
Cette histoire, romancée d'une mort authentique, regroupe des airs pour ténor d'une grande puissance et célèbres ainsi que des duos à la sensibilité débridés qui classent l'opéra parmi les plus prisés du monde théâtral. On se souvient de l'aria "La mamma morta" dans le film Philadelphia.

L'HISTOIRE

Acte 1

Au Château de Coigny, durant le printemps 1789, Gérard, un serviteur de la comtesse de Coigny, se moque de l'aristocratie. Maddalena, fille de la comtesse, arrive et le serviteur s'aperçoit qu'il l'aime. Une soirée se prépare au château et Maddalena, qui n'est pas encore apprêtée, se plaint auprès de Bersi, de la mode. Fléville et Andrea Chénier, deux invités arrivent au château. Maddalena demande à Andrea d'improviser un poème. Le poète se lance, alors, dans une critique pleine de rage et de honte sur le clergé et l'aristocratie, ce qui va scandaliser les convives.

Acte 2

A la cours de la Reine au printemps 1794.


La révolution bat son plein. L'Incroyable, un espion, remarque Chénier dans un Café de Paris, attendant son ami Roucher, qui lui tend un passeport pour quitter la France. Le poète lui dit que son destin est de trouver la femme qui lui envoie des lettres anonymes. L'Incroyable veut découvrir qui est cette femme mystérieuse. Gérard lui révèle qu'il s'agit de Maddalena. La jeune femme arrive au café et révèle à Chénier. Les deux jeunes gens s'engagent à s'aimer jusqu'à la mort. Puis, Gérard, qui voit la scène, est blessé par Chénier qui défend sa bien-aimée. Gérard demande, alors, de protéger la jeune femme.

Acte 3

Au tribunal révolutionnaire, el 24 juillet 1794


Gérard se lance dans une plaidoirie pour sa patrie. Madelon, une veille femme qui a perdu son fils et son petit-fils durant la guerre, offre, pour soldat, son dernier petit-fils. L'Incroyable convainc Gérard de livrer Chénier s'il veut avoir Maddalena. Gérard signe les accusations. Maddalena apparaît et pour sauver son amour, se donne à Gérard qui, touché, lui promet d'essayer de sauver Chénier. Le Tribunal se réunit. Même si Gérard reconnaît que l'accusation est fausse, Chénier est condamné à mort.

Acte 4

A la prison Saint-Lazare, le 25 juillet 1794


Chénier lit un dernier poème. Un goelier veut sauver Maddalena qui refuse et veut mourir avec Chénier. Gérard tente une dernière fois de convaincre de l'innocence de Chénier. Mais les deux amoureux seront emmenés sur la guillotine.

LES ROLES PRINCIPAUX

Andrea Chénier, ténor
Maddalena de Coigny, soprano
Gérard, baryton
L'Incroyable, un espion, ténor
Roucher, basse ou baryton

Wiener Staatsoper © Michael Poehn

Vous pouvez aussi être interessé par…