À partir de 89 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

3Options

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email votre voucher à imprimer et à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Stanislas de Barbeyrac © copyright DavGemini

Berlioz La Damnation de Faust

Le 21 mars 2024
Théâtre des Champs-Elysées - Paris
Programme

Berlioz : La Damnation de Faust 125 mn

Distribution
  • Orchestre National de France
  • Choeur de Radio France
  • Chef d'orchestre
    Cristian Macelaru
  • Metteur en scène
    Concert Version
  • Interprètes
    Faust: Stanislas de Barbeyrac
    Marguerite: Stéphanie d'Oustrac
    Mephistophélès: Jean Teitgen
    Brander: Frédéric Caton
Description

L’Orchestre National de France et son chef Cristian Măcelaru, accompagnés du Chœur de Radio France, se déplacent au Théâtre des Champs-Elysées pour une Damnation de Faust de Berlioz avec une distribution diaboliquement tentante : Stanislas de Barbeyrac, Stéphanie d’Oustrac et Jean Teitgen nous entrainent dans le vice fatal de Méphisto.

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Théâtre des Champs-Elysées - Paris Location 15 Avenue Montaigne - 75008 Paris France

  • Capacité de la salle : 1985

Initialement prévu pour être construit sur la légendaire avenue dont il porte le nom, le Théâtre des Champs-Elysées est en fait situé... avenue Montaigne. C'est en 1913 que les Parisiens purent découvrir cette salle, étonnante synthèse de tradition et de modernité, avec ses balcons qui rappellent le théâtre à l'italienne mais soutenus par du béton armé, et sa décoration à la fois sobre et luxueuse. En fait d'éclectisme, la première saison fut d'ailleurs étonnante. On y donna aussi bien LE BARBIER DE SEVILLE que BORIS GODOUNOV, et puis la création du SACRE DU PRINTEMPS de Stravinski, avec le scandale et les hurlements que l'on sait : Nijinski comptait, en russe et dans les coulisses, pour les danseurs ; Pierre Monteux battait une autre mesure pour les musiciens ; tandis que Stravinski passait de la salle à la scène pour tenter de sauver le spectacle.

Avec de tels événements, le Théâtre des Champs-Elysées s'impose rapidement auprès du public parisien, et Marcel Proust saluera, en Gabriel Astruc, le directeur de la salle « qui a monté BORIS GODOUNOV et, en général, suppléa aux défaillances de l'Opéra Comique et de l'Opéra ».

Après la 1ère Guerre Mondiale, la programmation fait alterner concerts, opéras et ballets, une solide tradition qui dure encore de nos jours. En ce qui concerne les opéras, on notera la récurrence de cycles Mozart, avec la venue en 1924, 1947, 1949 et 1951 de l'Opéra de Vienne, mais aussi une affinité particulière avec Wagner, comme en témoignent la venue en 1929 de la troupe de Bayreuth (avec Lauritz Melchior) qui y donne la TETRALOGIE complète, ou celle de Furtwangler qui dirige LA WALKYRIE en 1937.

Enfin, depuis ce BORIS GODOUNOV qui avait enthousiasmé Marcel Proust, le Théâtre des Champs-Elysées entretient une relation privilégiée avec le répertoire russe. Après Chaliapine, et les Opéras de Belgrade ou Sofia, c'est au tour du Théâtre Kirov de Saint-Pétersbourg de faire actuellement les riches heures de la scène parisienne.

On a pu ainsi redécouvrir récemment des opéras quelque peu oubliés de Rimski-Korsakov, au sein d'une programmation qui mêle habilement les jeunes talents et la grande tradition de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, dans une salle entièrement rénovée en 1986 et 1987. Désormais dotée d'une machinerie scénique des plus modernes, elle a retrouvé tout son faste de 1913. 

Le 23 septembre 1987, le Théâtre des Champs-Elysées est entièrement rénové.

Théâtre des Champs-Elysées

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

La Damnation de Faust

Écouter la playlist Music & Opera : 

La Damnation de Faust est une légende dramatique en quatre parties d’Hector Berlioz, créée à l’Opéra Comique en 1846. Inspiré de la célèbre oeuvre de Goethe dans la traduction de Gérard de Nerval, le livret est une adaptation française d’Almire Grandonnière et de Berlioz lui-même.

La genèse du chef-d’oeuvre de Berlioz a connu de nombreux rebonds, comme souvent avec le génial compositeur. Fasciné par la traduction de Gérard de Nerval, il compose en 1828, Huit scènes de Faust qui seront reprises intégralement, amplifiées ou parfois complètement remaniées. Berlioz souhaitait assurément que son oeuvre soit jouée mais la première se fera en version de concert et c’est un échec. Il faudra attendre le succès en 1893 avec la première représentation scénique. L’organisation des scènes pose souvent problème aux metteurs en scène car elles se succèdent parfois sans réel enchaînement dramatique. Les numéros restent pourtant d’une force incroyable faisant de l’opéra, un des rares (voir le seul) exemples du romantisme français.

HISTOIRE
L’action reprend le fameux mythe du Faust de Goethe. Le vieil érudit médite sur le sens de sa vie lorsque Méphistophélès, l’incarnation du diable, apparaît. En échange de son âme, le démon lui propose les jouissances terrestres, incarnées par la belle Marguerite. En signant le pacte, Faust court à sa perte entraînant avec lui la jeune fille…

Acte 1
En plein coeur des plaines de Hongrie, Faust admire le paysage et écoute les chants plaintifs et mélancoliques des paysans tandis que l'armée se prépare à aller au combat (marche hongroise).

Acte 2
De retour en Allemagne, dans son cabinet de travail, Faust s'ennuie et veut mettre fin à sa vie. Au loin, il entend les chants de Pâques, ce qui réveille un peu sa foie. Méphistophélès lui apparaît et lui redonne espoir en la vie. Le démon l'entraîne dans une taverne de Leipzig mais Faust est insensible aux chants paillards et à l'ivresse. Alors Méphistophélès le conduit sur les rives de l'Elbe où il fait apparaître Marguerite. Faust en tombe amoureux et conclue un pacte avec Méphistophélès qui le conduira à sa belle s'il se mêle aux étudiants.

Acte 3
Le même soir, Faust est dans la chambre de Marguerite et observe la jeune femme chanter une chanson gothique du roi de Thulé. En songe, elle avait vu son bien-aimé. Méphistophélès chante la Sérénade avec les feux-follets et lance les deux jeunes gens dans une danse effrénée qui se reconnaissent au premier regard. Mais le démon réveille toute la maison et Faust est obligé de fuir. Il promet de revenir. Il est emmené par le Démon.

Acte 4
Marguerite espère le retour de Faust qui s'est réfugié dans la forêt, en proie à la folie. Méphistophélès le prévient que Marguerite est condamnée à mort après avoir été accusée à tort du meurtre de sa mère, morte après avoir bu un philtre donné par Faust lui-même. Le démon lui promet de sauver sa vie à condition que le jeune homme accepte de le servir dans l'autre vie. Faust signe le pacte et se retrouve immédiatement aux Enfers, alors que Marguerite est accueillie par les anges au Paradis.

PRINCIPAUX ROLES
Faust, le ténor
Méphistophélès, la basse ou le baryton
Marguerite, la mezzo-soprano
Brander,les basses, Chœurs

Paris - Théâtre des Champs Elysées - Intérieur

Vous pouvez aussi être interessé par…