À partir de 108 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

3Options

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email votre voucher à imprimer et à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Wagner Das Rheingold

Le 23 avril 2022
Théâtre des Champs-Elysées - Paris
Programme

Wagner : Das Rheingold

Distribution
  • Rotterdam Philharmonic Orchestra
  • Chef d'orchestre
    Yannick Nézet-Séguin
  • Metteur en scène
    Concert Version
  • Interprètes
    Wotan: Michael Volle
    Fricka: Karen Cargill
    Loge: Gerhard Siegel
    Erda: Denyce Graves
    Alberich: Samuel Youn
    Fafner: Mikhail Petrenko
    Fasolt: Stephen Milling
    Mime: Thomas Ebenstein
    Freia: Christiane Karg
    Donner: Alan Held
    Froh: Andrew Staples
    Flosshilde: Maria Barakova
    Wellgunde: Iris van Wijnen
    Woglinde: N.N.
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Théâtre des Champs-Elysées - Paris Location 15 Avenue Montaigne - 75008 Paris France

  • Capacité de la salle : 1985

Initialement prévu pour être construit sur la légendaire avenue dont il porte le nom, le Théâtre des Champs-Elysées est en fait situé... avenue Montaigne. C'est en 1913 que les Parisiens purent découvrir cette salle, étonnante synthèse de tradition et de modernité, avec ses balcons qui rappellent le théâtre à l'italienne mais soutenus par du béton armé, et sa décoration à la fois sobre et luxueuse. En fait d'éclectisme, la première saison fut d'ailleurs étonnante. On y donna aussi bien LE BARBIER DE SEVILLE que BORIS GODOUNOV, et puis la création du SACRE DU PRINTEMPS de Stravinski, avec le scandale et les hurlements que l'on sait : Nijinski comptait, en russe et dans les coulisses, pour les danseurs ; Pierre Monteux battait une autre mesure pour les musiciens ; tandis que Stravinski passait de la salle à la scène pour tenter de sauver le spectacle.

Avec de tels événements, le Théâtre des Champs-Elysées s'impose rapidement auprès du public parisien, et Marcel Proust saluera, en Gabriel Astruc, le directeur de la salle « qui a monté BORIS GODOUNOV et, en général, suppléa aux défaillances de l'Opéra Comique et de l'Opéra ».

Après la 1ère Guerre Mondiale, la programmation fait alterner concerts, opéras et ballets, une solide tradition qui dure encore de nos jours. En ce qui concerne les opéras, on notera la récurrence de cycles Mozart, avec la venue en 1924, 1947, 1949 et 1951 de l'Opéra de Vienne, mais aussi une affinité particulière avec Wagner, comme en témoignent la venue en 1929 de la troupe de Bayreuth (avec Lauritz Melchior) qui y donne la TETRALOGIE complète, ou celle de Furtwangler qui dirige LA WALKYRIE en 1937.

Enfin, depuis ce BORIS GODOUNOV qui avait enthousiasmé Marcel Proust, le Théâtre des Champs-Elysées entretient une relation privilégiée avec le répertoire russe. Après Chaliapine, et les Opéras de Belgrade ou Sofia, c'est au tour du Théâtre Kirov de Saint-Pétersbourg de faire actuellement les riches heures de la scène parisienne.

On a pu ainsi redécouvrir récemment des opéras quelque peu oubliés de Rimski-Korsakov, au sein d'une programmation qui mêle habilement les jeunes talents et la grande tradition de l'Orchestre Philharmonique de Vienne, dans une salle entièrement rénovée en 1986 et 1987. Désormais dotée d'une machinerie scénique des plus modernes, elle a retrouvé tout son faste de 1913. 

Le 23 septembre 1987, le Théâtre des Champs-Elysées est entièrement rénové.

Théâtre des Champs-Elysées

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Das Rheingold

L'OR DU RHIN: PROLOGUE DE LA TETRALOGIE

 

L'Anneau des Nibelungen est un cycle dramatique en trois journées et un prologue de Richard Wagner. L'Or du Rhin constitue le prologue de cette tétralogie qui marque l'apogée de l'écriture musicale du compositeur allemand. La première représentation de l'opéra eut lieu en 1869, à Munich. Dans cette oeuvre brève, en un acte, Wagner met en place les principaux thèmes de sa tétralogie, qui se poursuivra avec La Walkyrie, Siegfried et le Crépuscule des dieux. Ce cycle d'opéra fait largement appel aux sujets et aux personnages des mythologies germaniques.

 

L'HISTOIRE

 

L'histoire de l'Or du Rhin se passe dans les temps très anciens de la mythologie germanique, avant l'apparition de l'homme. Depuis le commencement du monde, l'or repose au fond du Rhin, où il est gardé par les trois filles de l'eau.

 

Le nain Alberich, un Nibelung, leur fait la cour, mais elles se moquent de lui. Il se rend cependant compte que le fond du fleuve est tapissé de matière précieuse. Il soutire par magie le secret de l'or aux filles du fleuve : celui qui s'emparera du métal précieux pourra forger un anneau d'or qui lui donnera la puissance absolue.

Alberich dérobe l'or du Rhin. Sur le Walhalla, les dieux découvrent le palais somptueux que leur ont construit les géants. En échange, Wotan leur a promis Freia, la déesse de la jeunesse.Soudain conscient que les dieux sont condamnés à vieillir et à mourir, Wotan se ravise.

Accompagné de Loge, il se rend dans le royaume des Nibelungen, où Alberich règne en tyran. Grâce à une ruse, ils lui dérobent l'anneau. Le nain lance alors une malédiction : l'anneau causera la mort de son propriétaire. Les géants viennent réclamer leur dû : Wotan leur donne l'or, ainsi que l'anneau.

La malédiction opère aussitôt et Fafner tue Fasolt. Freia est libérée, les dieux retrouvent leur jeunesse et leur sérénité. L'opéra se termine sur une vision majestueuse de leur règne sur le Walhalla.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Les dieux Wotan, père des dieux

Donner, dieu du tonnerre

Froh, dieu du soleil

Loge, dieu du feu Fricka, déesse du mariage et femme de Wotan

Freia, sa soeur, déesse de la jeunesse

Erda, déesse de la terre

Les Nibelungen Alberich, roi Mime, frère d'Alberich

Les Géants : Fasolt et Fafner

Les filles du Rhin: Woglinde,Wellgunde et Flosshilde

Théâtre des Champs-Elysées

Vous pouvez aussi être interessé par…