À partir de 105 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Donizetti L’Elisir d’Amore

Le 19 avril 2023
The Metropolitan Opera - New York, NY
Programme

Donizetti : L’Elisir d’Amore 130 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Michele Gamba
  • Metteur en scène
    Bartlett Sher
  • Interprètes
    Nemorino: Jonah Hoskins
    Adina: Aleksandra Kurzak
    Belcore: Joshua Hopkins
    Dulcamara: Alex Esposito
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

The Metropolitan Opera - New York, NY Location Lincoln Center Plaza - NY 10023 New York, NY États-Unis

  • Capacité de la salle : 3800
  • Autre : PRIX : Le MET Opera utilise un système de "Tarifs Dynamiques": les prix des spectacles varient en cours de saison en fonction des ventes. Il est donc possible que les prix aient variés depuis leur mise en ligne, vous en serez informés le plus rapidement possible, vous pourrez décider d'acheter les places au tarif mis à jour ou d'annuler votre commande (votre carte de crédit ne sera pas débitée).

Dès ses origines, qui remontent à 1883, le Metropolitan Opéra de New York a su attirer les voix les plus célèbres de l'époque. On y applaudit Lilli Lehmann qui, après ses débuts triomphaux en 1885, renoncera à ses succès berlinois pour rester au MET et y chanter jusqu'en 1891. Viendront ensuite Nellie Melba et le mythique Caruso qui donnera ici 600 représentations entre 1903 et 1920. A leurs côtés se révèle également une nouvelle génération de chanteurs européens (MartinelH, Gigli...), mais c'est aussi toute une école américaine de chant qui va ici éclore, avec Rosa Ponselle, Lawrence Tibbett ou Géraldine Farrar. Depuis lors, le Metropolitan s'est toujours enorgueilli de présenter de jeunes talents américains, aujourd'hui issus de son Young Artists Development Program.

Le renouvellement du répertoire est une autre constante de l'activité du Metropolitan Opéra. Certes, la première saison de la salle, alors située à l'angle de Broadway et de 39th Street, fut entièrement chantée en italien, tandis que de 1884 à 1891 ce fut la langue allemande qui fut utilisée; mais on y donne dès 1896 le premier PARSIFAL monté en dehors de Bayreuth, qui sera suivi d'un grand nombre de premières américaines. Le MET a aussi été le lieu de 28 créations mondiales, dont deux œuvres de Puccini, LA FANCIULLA DEL WEST en 1910, et le TRIPTYQUE en 1918. Et aujourd'hui, ce sont Philip Glass (THE VOYAGE, en 1992) ou John Harbison (THE GREAT GATSBY, prévu pour la saison 1999-2000) qui composent pour la salle moderne du Lincoln Center inaugurée en 1966.

Cette volonté d'innover se double bien évidemment d'une exigence artistique présente elle aussi dès les origines. Gustav Mahler (1907-1910) ou Arturo Toscanini (1908-1915) en furent les plus célèbres initiateurs, suivis par, entre autres, Monteux, Serafm, Beecham, Walter, Szell, Fritz Busch ou Reiner. Rudolf Bing, directeur de l'institution de 1950 à 1972, en modernisera les conditions de travail et les conceptions dramatiques, tandis que Mitropoulos, Solti, et bien sûr Léonard Bernstein assureront alors de grandes heures au Metropolitan Opéra.

Comme il en a toujours été dans cette maison illustre entre toutes, le nombre exceptionnel de vedettes internationales invitées sur le plateau, les capacités techniques et financières, l'ampleur du répertoire et la qualité des productions demeurent les fondements de la réputation du Metropolitan Opéra de New York.

The Metropolitan Opera

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

L’Elisir d’Amore

« Una furtiva lagrima » est un tube interplanétaire et un des plus beaux airs de ténor jamais écrit. L’opéra à succès de Donizetti ne se limite pas à cet aria, il compte également un bon nombre de pépites qui font mouche pour le plus grand plaisir du mélomane.

Lors des toutes premières répétitions, la partition de L'elisir d'amore n'était pas terminée. Gaetano Donizetti, son compositeur, était donc très pessimiste quant à l'avenir de son opéra. Pourtant, dès sa première représentation, il obtint un succès triomphal qui n’a jamais faibli ensuite. Le compositeur a dédié son opéra « Al Bel Sesso di Milano » sans que l’on sache vraiment à qui il faisait allusion.

HISTOIRE
L’action se déroule dans un village basque où la capricieuse Adina est courtisée par tous. Le jeune villageois naïf Nemorino est désespérément amoureux lui aussi et grâce aux vertus supposées d’un élixir et suite à diverses péripéties, Adina jette finalement son dévolu sur lui.

Acte 1
Tout commence avec l’évocation des tendres sentiments du timide Nemorino, pour Adina, une fermière riche et instruite qui n'a cure de l’affection du jeune homme.
Pendant que celle-ci lit des passages de Tristan et Iseut, Nemorino rêve de se procurer un philtre d'amour qui lui ouvrirait le cœur de sa belle. Arrive le sergent Belcore qui entreprend une cour rapide et efficace auprès d'Adina qui ne le repousse pas. Lorsqu'un docteur ambulant passe au village, Nemorino lui demande un philtre d'amour. Le docteur Dulcamara lui offre une bouteille de vin de Bordeaux. Nemorino la boit d'un coup et se sent tout de suite plus sûr de lui. Il affiche l'indifférence vis-à-vis d'Adina qui, déçue et vexée, accepte la demande de Belcore. Nemorino, paniqué, la conjure de ne pas céder aux avances du sergent et de ne pas se marier. En vain.

Acte 2
Les noces débutent en l'absence de Nemorino. Adina ne souhaite pas signer tout de suite le contrat de mariage afin de pouvoir savourer sa vengeance. Le jeune homme, désespéré, retourne consulter le docteur Dulcamara qui lui offre une autre bouteille du fameux "élixir". Comme le jeune homme n'a plus d'argent, il décide, en échange de vingt écus, de s'enrôler dans la troupe du sergent Belcore. Au même moment, une rumeur enfle dans le village. Le vieil et riche oncle de Nemorino vient de mourir léguant toute sa fortune à son neveu. Nemorino, qui l'ignore encore, est devenu un parti avantageux et toutes les filles du village lui tournent autour, soudainement. Etonné, Nemorino s'empresse d'attribuer ces étranges effets à l'élixir du docteur. Adina, qui ne sait rien de l'héritage de Nemorino, observe la scène et laisse éclater sa jalousie. Le docteur Dulcamara lui raconte tout. Comprenant enfin son amour pour le jeune homme, Adina se flatte de pouvoir le reconquérir grâce à des regards et un sourire mais sans élixir. Nemorino s'apprête à partir avec la troupe de Belcore quand il aperçoit une larme dans les yeux d'Adina. C'est à ce moment qu'il comprend qu'elle l'aime. Pour le garder près de lui, Adina a racheté l'engagement de Nemorino à Belcore. Elle lui annonce qu'il n'a plus à partir et lui avoue enfin son amour.

LES ROLES PRINCIPAUX

Adina, la jeune fermière riche et instruite (soprano)
Nemorino, le jeune paysan cherchant désespérément à conquérir le cœur d'Adina, (ténor)
Belcore, Sergent (baryton)
Docteur Dulcamara, charlatan (basse)

© The Metropolitan Opera

Vous pouvez aussi être interessé par…