À partir de 72 €
×

1 Cliquer sur la date

Complet
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Jacopo Spirei © Teatro Massimo Di Palermo

Verdi Falstaff

Du 21 février Au 27 février 2020
Teatro Massimo - Palermo
Programme

Verdi : Falstaff

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Daniel Oren
  • Metteur en scène
    Jacopo Spirei
  • Interprètes
    Sir John Falstaff: Nicola Alaimo
    Sir John Falstaff: N.N.
    Alice Ford: N.N.
    Alice Ford: Roberta Mantegna
    Ford: Alessandro Luongo
    Ford: N.N.
    Mrs Quickly: Marianna Pizzolato
    Mrs Quickly: N.N.
    Nannetta: N.N.
    Nannetta: Damiana Mizzi
    Fenton: Giorgio Misseri
    Fenton: N.N.
offre M&O

Assistez à ce spectacle dans le cadre d'un voyage !

Assistez à ce spectacle dans le cadre d'un voyage !

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro Massimo - Palermo Location Piazza Verdi - 90138 Palermo Italie

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Non, malgré le nom que porte l'établissement lyrique sicilien, le fameux Teatro Massimo n'a toujours pas rouvert ses portes. Depuis sa fermeture en 1974, les spectacles sont donc donnés au Politeama Garibaldi, et aussi dans un grand nombres d'autres lieux de l'île : ainsi l'Opéra de Palerme est-il devenu un extraordinaire propagateur de l'art lyrique au sein de la population sicilienne.

 

Il est vrai que l'histoire de la construction du Teatro Massimo est à peu près aussi compliquée que celle de sa réouverture. Dès la fin du XVIIIème siècle, le marquis Domenico Caracciolo avait regretté que Palerme ne dispose pas d'un théâtre lyrique à la mesure de la ville natale d'Alessandro Scarlatti, l'homme qui a composé plus de cent opéras. On avait bien bâti le Teatro Carolino en 1801, mais celui-ci, trop exigu et rapidement vieilli, ne conviendra jamais aux mises en scènes de plus en plus fastueuses du siècle romantique. En 1844, le répertoire se limitait encore à Cimarosa, Mayr, Rossini, Donizetti et Bellini. Le "Carolino" sera d'ailleurs rebaptisé du nom de ce dernier compositeur. Tandis que le "Bellini", donc, n'en finit pas d'être démodé, on attendra 1851 pour évoquer la construction d'un nouveau bâtiment, 1860 pour que l'autorisation paraisse au journal officiel de Sicile, et 1864 pour lancer un concours d'architecture. C'est le projet de Giovanni Battista Filippo Basile qui est retenu : à la mort de l'architecte, en 1891, l'Opéra n'est toujours pas terminé! Il avait fallu exproprier des ecclésiastiques, résoudre des problèmes techniques, envisager de changer de projet, et entre-temps, on avait même construit le Politeama qui sert aujourd'hui aux représentations. Bref, ce n'est qu'en 1897 que le "Massimo" ouvre ses portes...

 

On y entendra alors un jeune ténor peu connu, Enrico Caruso, et puis les Gigli, Stabile et autres Gino Bechi qui font l'orgueil de l'école de chant italienne. Mais c'est après la Seconde Guerre Mondiale que le Teatro Massimo connaît ses plus grandes heures de gloire : le jeune Giulini, Klemperer ou Scherchen viennent y diriger, Callas y chante Brunnhilde et Norma, Sutherland s'y révèle dans Lucia, et l'on y joue aussi Szymanowski, Honegger, Dallapiccola et Stravinsky...

Teatro Massimo

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Falstaff

FALSTAFF, LE DERNIER TRIOMPHE DE VERDI


Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Arrigo Boito, créé à la Scala de Milan en 1893. Verdi désirait depuis plus de quarante ans écrire un opéra comique. Après le succès d'Otello, Falstaff couronne sa carrière, unanimement reconnu comme un chef d'œuvre d'orchestration et de modernité. On y suit les frasques d'un gros seigneur désargenté qui veut tromper les femmes et se retrouve trompé à son tour. Le final se termine dans un énorme éclat de rire qui fait dire à Verdi « tout n'est que farce dans ce monde ! »


L'HISTOIRE


Largement inspiré d'Henri IV et des Joyeuses commères de Windsor de Shakespeare, l'action se déroule dans la campagne anglaise de Windsor au début du XVe siècle. Elle met en scène un personnage truculent, vieux seigneur ruiné qui se prend encore pour un irrésistible Don Juan et ne pense qu'à séduire les riches bourgeoises de la ville.


Acte 1


 Dans une auberge, Sir John Falstaff révèle à ses deux acolytes, Bardolfo et Pistola, ses projets amoureux. Il veut séduire Alice Ford et Meg Page et leur demande de porter à chacune une lettre d'amour. Ceux-ci refusent, il les congédie et confie les missives à un page. Les deux femmes, s'apercevant qu'elles ont reçu exactement la même lettre décident à leur tour de tromper Sir John avec l'aide de miss Quickly et de Nanetta, la fille d'Alice. De leur côté, les hommes trament aussi un complot.


Acte 2


Quickly organise un rendez-vous entre Alice Ford et Sir John le jour même tandis que Nanetta est désespérée à l'idée que son père veuille qu'elle épouse Cajus. Sir John va être interrompu dans sa déclaration amoureuse envers Alice par l'arrivée de Meg Page. Il est alors obligé de se cacher derrière un paravent. Sur ce, les hommes, très en colère, font irruption, Ford, le mari d'Alice, en tête. Tandis qu'ils fouillent la pièce, Sir John n'a pas d'autre choix que de se cacher dans la corbeille à linge sale. Alice, profitant d'un moment de répit, la fera jeter à la Tamise.


Acte 3


 Sir John, ruisselant, retourne à l'auberge où Quickly lui promet un autre rendez-vous avec Alice, à minuit, dans la forêt, où il devra porter des cornes de cerf car la jeune femme aime le mystère ! A l'heure dite, Sir John, surmonté de ses cornes, tente de séduire Alice mais celle-ci s'enfuit au cri de Meg, prétextant avoir peur des fantômes. Le bohnomme, couché à terre, croyant entendre des fées, est alors pris à parti par les hommes qui le tyrannisent. S'apercevant qu'il a été dupé à son tour, il se repend.


EPILOGUE


Dans le chaos général et à la faveur des déguisement, Ford s'aperçoit trop tard qu'il a marié sa fille à Fenton, comme elle le désirait, et non à Cajus. Finalement, toute la bande décide joyeusement de faire un banquet.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Sir John Falstaff, vieux seigneur ruiné

Ford, riche bourgeois, époux d'Alice

Alice Ford, jeune bourgeoise, épouse de Ford

Meg Page, jeune femme bourgeoise

Mrs Quickly, servante

Nannette, fille d'Alice Ford

Bardolfo, serviteur de Sir John Pistola, autre serviteur de Sir John

Fenton, jeune gentilhomme

L'hôtelier de la Jarretière Choeur, bourgeois, gens du peuple, serviteurs de Ford, mascarade de follets, de fées, de sorcières

Teatro Massimo

Vous pouvez aussi être interessé par…

0