À partir de 91 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

©2019 Teatro la Fenice

Verdi Il Trovatore

Du 25 septembre Au 13 octobre 2020
Teatro La Fenice - Venezia
Programme

Verdi : Il Trovatore

2 h 45 Chanté en : Italien
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Daniele Callegari
  • Metteur en scène
    Lorenzo Mariani
  • Interprètes
    Manrico: Piero Pretti
    Leonora: Roberta Mantegna
    Il Conte di Luna: Luca Micheletti
    Azucena: N.N.
Description

Il trovatore est un opéra italien en quatre actes. La musique a été écrite par Giuseppe Verdi. L'histoire et les mots ont été écrits par Salvatore Cammarano. Il est basé sur El Trobador d’Antonio Garcia Gutiérrez. L'opéra a été joué pour la première fois à Rome le 19 janvier 1853. Ce fut un succès instantané.

Source © Teatro La Fenice

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis
  • Vidéos

Teatro La Fenice - Venezia Location Campo San Fantin, 1965 - 30124 Venezia Italie

  • Capacité de la salle : 1000

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Un écrin au bord du canal, la Fenice est à l’image de sa ville, une salle exceptionnelle. Les dimensions intimes renforcent l’impression de beauté distillée par le décor néo-classique minutieusement reconstruit.

Comme les décors arrivent toujours par bateaux, le nombre de représentations est réduit.

 

A votre disposition dans le théâtre un bar qui propose de quoi grignoter pendant l'entracte.

Il est possible de visiter le Teatro la Fenice pendant la journée, des visites avec audioguide en français sont disponibles, il n'est pas nécessaire de réserver. Pendant la journée, vous pouvez déjeuner au bar du théâtre, des plats vous sont proposés, vous déjeunerez dans les magnifiques Salles Apollines !

 

Dans l'histoire de l'opéra, Venise occupe une place particulièrement éminente, puisque c'est dans la Cité des Doges que s'est ouvert, en 1637, le premier théâtre lyrique public et payant. Rompant ainsi avec les spectacles de cour, l'opéra vénitien va conquérir les faveurs de ce nouveau public en présentant des oeuvres qui n'hésitent pas à alterner scènes comiques et tragiques et qui, par dessus tout, mettent en valeur la "prima donna", et, très vite, ce "primo uomo" que sera le castrat. De nombreuses salles ouvriront ensuite à Venise, où triomphent au XVIIème siècle Hàndel et Alessandro Scarlatti.

 

C'est en 1787 que "La Nobile Società", propriétaire d'un théâtre dont elle venait d'être expulsée, décide de construire une nouvelle salle, dédiée aux plaisirs de l'oeil et de l'oreille du spectateur. Cette élégante maison à deux entrées, l'une sur le canal, l'autre sur une place, subira ensuite quelques transformations notamment après l'incendie de 1836 : mais elle renaîtra alors de ses cendres, comme le Phénix dont elle porte le nom.

Dans la nuit du 29 janvier 1996, pour la deuxième fois de son histoire, le feu ravage le théâtre. L'intérieur est complètement détruit, seules les fondations résistent.


Le théâtre sera alors complètement reconstruit à l’identique et il ré-ouvre le 14 décembre 2003 avec une semaine d’inauguration et de grands concerts. La saison d’opéra se poursuivra dans les deux autres salles et sera accueillie de nouveau dans le théâtre à l'automne 2004 avec La Traviata de Verdi qui fut crée dans ce même théâre.

 

A tous il semble donc essentiel que se poursuive l'extraordinaire histoire d'une salle qui, non contente d'être une des plus belles d'Italie, a aussi été un lieu d'incessantes créations. De Rossini (TANCREDI, 1813) à Luigi Nono (INTOLLERANZA, 1960), tous les grands compositeurs italiens ont ici donné la primeur de plusieurs de leurs œuvres au public vénitien. Verdi a ainsi créé cinq de ses opéras à Venise : ERNANI, ATTILA, RIGOLETTO, LA TRAVIATA, et SIMON BOCCANEGRA. De plus, depuis l'époque où La Fenice offrait les premières italiennes de RIENZI et du RING de Wagner, la salle vénitienne est aussi devenue une scène de création internationale, celle où, par exemple, trois des plus importants opéras de notre siècle ont vu le jour en quelques années : Le RAKE'S PROGRESS de Stravinski (1951), LE TOUR D'ECROU de Britten (1954), et L'ANGE DE FEU de Prokofiev (1955).

 

Teatro La Fenice

Synopsis

Il Trovatore

Pourtant coutumier des airs à très grand succès, Verdi a certainement écrit dans ce Trouvère les pages les plus élégantes et les plus belles de tous ses opéras. Entre la partie vaillante du ténor et les airs élégiaques de la soprano, le compositeur campe des personnages inoubliables.

L’opéra en quatre actes, sur un livret de Salvatore Cammarano s’inspire du drame espagnol à succès d'Antonio Garcia Gutiérrez, El trovador. Crée le 19 janvier 1853 au Teatro Apollo de Rome, il a rapidement acquis une immense popularité. Le succès fut tel que le directeur de l’opéra de Paris passe commande à Verdi d’une version française. Cette nouvelle partition avec ballet façon Grand Opéra, se joue pour la première fois à La Monnaie de Bruxelles puis à Paris, dans la Salle Le Peletier, le 12 janvier 1857. De nos jours, la version italienne d’origine s’est imposée sur les scènes internationales.
Cette œuvre majeure exige une performance remarquable de la part des chanteurs qui interprètent des caractères complexes et contrastés. L’écriture vocale de Verdi met en lumière son immense maturité de dramaturge lyrique et romantique.

HISTOIRE
La scène se déroule sur fond de guerre civile en Aragon, au XVe siècle. Autrefois, la mère de la gitane Azucena, accusée de sorcellerie, a été condamnée au bûcher par la noble famille di Luna. Depuis, la gitane fomente sa vengeance. Dans le secret, elle a élevé l’enfant qu’elle avait enlevé à la famille di Luna. Manrico est aujourd’hui un trouvère dont Leonora, une dame d’honneur, est éperdument amoureuse. De son côté, le Comte di Luna est épris de la jeune femme et n’aura de cesse de précipiter la perte de Manrico. C’est au prix de sa vie que Leonora tentera de sauver le trouvère mais en vain. La haine du Comte est trop forte. Il exécute Manrico devant les yeux de sa mère, la gitane Azucena qui exulte car sa vengeance est accomplie. Manrico était en fait, le jeune frère du comte.

Acte 1
Le Comte di Luna, épris de Leonora, cherche à faire arrêter un trouvère qui chante sous les fenêtres de la belle jeune femme. Celle-ci confie à sa suivante qu’elle est amoureuse de ce Manrico. Croyant le reconnaître, elle part à sa rencontre mais elle retrouve le comte et le jeune homme qui se livrent à un duel.

Acte 2
Dans le camps des gitans, Azucena raconte à Manrico, son fils, comment sa mère a été brûlée sur ordre du comte Luna et comment elle l'a vengée. En voyant sa mère sur le bûcher, elle jeta dans les flammes l'enfant qui était à côté d'elle, croyant tuer le fils du comte. Manrico la presse de question pour savoir de qui il est le fils. Un message apprend que Leonora s’est cloîtrée dans un couvent pensant que Manrico était mort. Il part en hâte la retrouver.

Acte 3
Leonora a été mise en sûreté tandis que Azucena est arrêtée. Croyant tenir en elle l'assassin de son frère et la mère de son ennemi mortel, Luna décide de sa mort. Manrico apprenant la capture de sa mère, vole à son secours.

Acte 4
Manrico est fait prisonnier et enfermé avec Azucena. Léonore décide de le sauver en promettant de se donner au comte s'il laisse la vie sauve à celui qu’elle aime. Pour ne pas trahir ce dernier, elle absorbe un poison mortel et expire dans ses bras, sous les yeux de Luna. Furieux, ce dernier ordonne d'exécuter Manrico. Azucena révèle au comte qu'il vient de tuer son propre frère. La vengeance est accomplie.

PRINCIPAUX ROLES

Il Conte di Luna, noble du royaume d'Aragon (Baryton)
Manrico, trouvère (Ténor)
Azucena, gitane, mère présumée de Manrico (Mezzo-soprano)
Leonora, dame d'honneur, amoureuse de Manrico, courtisée par Il Conte di Luna (Soprano)

Teatro La Fenice

Video

Vous pouvez aussi être interessé par…

0