À partir de 137 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Diego Matheus©2018 Medea Arts

Barber - Bartók A Hand of Bridge - Bluebeard’s Castle

Du 17 janvier Au 25 janvier 2020
Teatro La Fenice - Venezia
Programme

Barber : A Hand of Bridge

Bartók : Bluebeard’s Castle

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Diego Matheuz
  • Metteur en scène
    Fabio Ceresa
  • Interprètes
    Duke Bluebeard: Gidon Saks
    Judith: Ausrine Stundyte
    Manuela Custer
Description

A Hand of Bridge

A Hand of Bridge, opus 35, est un opéra en un acte composé par Samuel Barber et un livret de Gian Carlo Menotti. Il s'agit probablement de l'opéra le plus court régulièrement présenté: il dure environ neuf minutes. Il a été créé pour la première fois dans le cadre du festival des deux mondes de Menotti à Spoleto le 17 juin 1959 au Teatro Caio Melisso. La première aux États-Unis a eu lieu l'année suivante. L'opéra est composé de deux couples mal mariés, jouant du bridge, au cours desquels chaque personnage dispose d'une arietta dans laquelle il professe ses désirs les plus profonds.

Andy Warhol, un bon ami de Barber’s, a conçu la couverture de la partition vocale de l’opéra.

Bluebeard’s Castle

Bluebeard’s Castle (hongrois: un kékszakállú herceg vára; littéralement: le château du duc à la barbe bleue) est un opéra expressionniste en un acte du compositeur hongrois Béla Bartók. Le livret a été écrit par Béla Balázs, poète et ami du compositeur. Il est écrit en hongrois et s'inspire du conte littéraire français La Barbe bleue de Charles Perrault. L'opéra ne dure qu'un peu plus d'une heure et il n'y a que deux personnages chantants sur la scène: Bluebeard (Kékszakállú) et sa nouvelle épouse Judith (Judit); Judith rentre pour la première fois au château de Bluebeard.

Source © Teatro La Fenice

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro La Fenice - Venezia Location Campo San Fantin, 1965 - 30124 Venezia Italie

  • Capacité de la salle : 1000

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Un écrin au bord du canal, la Fenice est à l’image de sa ville, une salle exceptionnelle. Les dimensions intimes renforcent l’impression de beauté distillée par le décor néo-classique minutieusement reconstruit.

Comme les décors arrivent toujours par bateaux, le nombre de représentations est réduit.

 

A votre disposition dans le théâtre un bar qui propose de quoi grignoter pendant l'entracte.

Il est possible de visiter le Teatro la Fenice pendant la journée, des visites avec audioguide en français sont disponibles, il n'est pas nécessaire de réserver. Pendant la journée, vous pouvez déjeuner au bar du théâtre, des plats vous sont proposés, vous déjeunerez dans les magnifiques Salles Apollines !

 

Dans l'histoire de l'opéra, Venise occupe une place particulièrement éminente, puisque c'est dans la Cité des Doges que s'est ouvert, en 1637, le premier théâtre lyrique public et payant. Rompant ainsi avec les spectacles de cour, l'opéra vénitien va conquérir les faveurs de ce nouveau public en présentant des oeuvres qui n'hésitent pas à alterner scènes comiques et tragiques et qui, par dessus tout, mettent en valeur la "prima donna", et, très vite, ce "primo uomo" que sera le castrat. De nombreuses salles ouvriront ensuite à Venise, où triomphent au XVIIème siècle Hàndel et Alessandro Scarlatti.

 

C'est en 1787 que "La Nobile Società", propriétaire d'un théâtre dont elle venait d'être expulsée, décide de construire une nouvelle salle, dédiée aux plaisirs de l'oeil et de l'oreille du spectateur. Cette élégante maison à deux entrées, l'une sur le canal, l'autre sur une place, subira ensuite quelques transformations notamment après l'incendie de 1836 : mais elle renaîtra alors de ses cendres, comme le Phénix dont elle porte le nom.

Dans la nuit du 29 janvier 1996, pour la deuxième fois de son histoire, le feu ravage le théâtre. L'intérieur est complètement détruit, seules les fondations résistent.


Le théâtre sera alors complètement reconstruit à l’identique et il ré-ouvre le 14 décembre 2003 avec une semaine d’inauguration et de grands concerts. La saison d’opéra se poursuivra dans les deux autres salles et sera accueillie de nouveau dans le théâtre à l'automne 2004 avec La Traviata de Verdi qui fut crée dans ce même théâre.

 

A tous il semble donc essentiel que se poursuive l'extraordinaire histoire d'une salle qui, non contente d'être une des plus belles d'Italie, a aussi été un lieu d'incessantes créations. De Rossini (TANCREDI, 1813) à Luigi Nono (INTOLLERANZA, 1960), tous les grands compositeurs italiens ont ici donné la primeur de plusieurs de leurs œuvres au public vénitien. Verdi a ainsi créé cinq de ses opéras à Venise : ERNANI, ATTILA, RIGOLETTO, LA TRAVIATA, et SIMON BOCCANEGRA. De plus, depuis l'époque où La Fenice offrait les premières italiennes de RIENZI et du RING de Wagner, la salle vénitienne est aussi devenue une scène de création internationale, celle où, par exemple, trois des plus importants opéras de notre siècle ont vu le jour en quelques années : Le RAKE'S PROGRESS de Stravinski (1951), LE TOUR D'ECROU de Britten (1954), et L'ANGE DE FEU de Prokofiev (1955).

 

Teatro La Fenice

Synopsis

A Hand of Bridge

Bluebeard’s Castle

BLUEBEARD'S CASTLE, L'UNIQUE OPÉRA DE BARTÓK

Béla Bartók était un pianiste et un compositeur hongrois, décédé en 1945. Durant sa carrière, il n'a cessé d'exprimer son attachement à sa terre natale, démontrant un vif intérêt pour les coutumes locales, les chants paysans ou encore les traditions slaves. S'il est essentiellement connu pour sa musique de chambre, ses pièces pour piano et ses œuvres chorales, il est également l'auteur de trois œuvres scéniques : les ballets Le prince de bois et Le mandarin merveilleux et l'opéra Bluebeard's castle, plus connu en France sous le titre du Château de Barbe-Bleue, composé au printemps et à l'été 1911.

L'HISTOIRE

L'opéra de Bartók ne dure qu'une heure et se compose d'un acte unique. L'argument est directement inspiré du conte écrit par Charles Perrault en 1697, une histoire évoquant la déloyauté, la curiosité et leurs funestes conséquences pour le couple. Il met en scène deux personnages. Le premier est Judith, une jeune femme qui souhaite échapper à sa famille et, pour cette raison, accepte la demande en mariage de Barbe-Bleue, un homme à la sinistre réputation pour son étrange physique mais surtout pour la disparition inexpliquée de ses trois épouses précédentes. L'acte se déroule dans le château du comte dont Judith découvre le lourd secret.

Acte 1

Le rideau se lève sur l'unique décor de l'opéra, la salle sombre d'un château dotée de sept portes. Judith demande au comte de la laisser explorer sa demeure et d'en ouvrir les portes et les fenêtres pour faire entrer la lumière. Barbe-Bleue finit par accepter mais lui recommande de ne pas tenter de passer la septième porte derrière laquelle se trouve une pièce secrète.
Au fil de l'acte, Judith ouvre une à une les portes découvrant les terribles secrets de son époux. S'offrent tour à tour à ses yeux terrifiés une véritable chambre des tortures, une salle remplie de poignards, des montagnes de bijoux couverts de sang, des nuages sanguinolents, un lac de larmes ou encore un magnifique jardin où les fleurs poussent sur une terre imprégnée de sang. Après avoir découvert ces tableaux terrifiants, Judith ne peut contenir sa curiosité et, malgré les supplications de son époux, pousse la dernière porte, derrière laquelle elle découvre les trois premières femmes de Barbe-Bleue, bien vivantes et couvertes de joyaux. Judith est couronnée et les rejoint avant de refermer la porte derrière elle, laissant Barbe-Bleue seul sur scène.
Si la fin de l'opéra est moins macabre que celle du conte puisque les épouses n'ont pas été assassinées, elles sont néanmoins figées dans une sorte d'instant parfait, dans lequel Judith les rejoint et devient donc prisonnière à son tour.

LES RÔLES PRINCIPAUX

Barbe-Bleu, baryton basse
Judith, soprano ou mezzo-soprano
Bluebeard's wives,silent

Teatro La Fenice

Vous pouvez aussi être interessé par…

0