À partir de 107 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vos billets vous parviendront par courrier postale. Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Nina Stemme (c) Tanja Niemann

Wagner Tristan und Isolde

Du 27 octobre Au 05 novembre 2022
Teatro di San Carlo - Napoli
Programme

Wagner : Tristan und Isolde 240 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Constantin Trinks
  • Metteur en scène
    Lluís Pasqual
  • Interprètes
    Isolde: Nina Stemme
    Tristan: Stuart Skelton
    Brangäne: Okka von der Damerau
    Kurwenal: Brian Mulligan
    König Marke: René Pape
    Melot: Gabriele Ribis
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro di San Carlo - Napoli Location Via San Carlo, 98F - 80132 Napoli Italie

  • Capacité de la salle : 1386

Le «San Carlo» est le plus vieux théâtre lyrique encore en activité. Dès 1737, année de son inauguration, on y admire l'excellent orchestre de 42 musiciens, mais aussi les chanteuses connues par leur surnom, «la Parruchierrina» ou «la Bastarella», et plus que tout, les castrats du Conservatoire de Naples, dont le fameux Farinelli. Enfin, il se dégage de son architecture somptueuse, avec ses six étages de loges, un charme qui ravira encore Stendhal, où même Paul Klee, fasciné par ce «théâtre superbe, lourd et obscur».

On comprend donc que Ferdinand de Bourbon ait vite fait reconstruire l'édifice, et à l'identique, après l'incendie de 1816 : Naples, privée d'opéra, en deuil, menaçait de retirer sa confiance au souverain. Il faut ajouter qu'avait alors brillamment commencé le règne de Domenico Barbaja, un véritable personnage de roman qualifié de «prince des imprésarios» par Alexandre Dumas. Dès 1815, cet ancien garçon de café milanais, à qui Von attribue parfois l'invention de la crème fouettée, avait eu l'idée géniale de prendre pour directeur artistique Gioacchino Rossini en personne. Cette collaboration exceptionnelle, pendant laquelle Rossini composa une dizaine d'opéras et s'enticha de la voix et de la personne d'Isabella Colbran, se termina précipitamment, en 1822, puisque la Colbran était également la maîtresse de Barbaja... Ce dernier engage alors Donizzetti (qui composera notamment LUCIA DI LAMMERMOOR pour le San Carlo), tout en lançant, en 1826, un jeune compositeur nommé Vincenzo Bellini. La scène napolitaine est alors le lieu où se font et se défont les réputations des chanteurs : c'est ainsi que le célèbre ténor français Adolphe Nourrit, s'esti-mant peu applaudi, se suicidera après une représentation au San Carlo. C'est ensuite le compositeur Saverio Mercadante qui gagnera les faveurs du terrible public du San Carlo, à tel point qu'un Verdi ne s'y sentira pas tout de suite à l'aise. Mais il finira par y triompher en 1872, où il assure la direction d'une saison entière, et fait construire une fosse d'orchestre.

Toutefois, auXXème siècle, l'étoile de la Scala de Milan fait parfois pâlir celle de l'opéra de Naples, une rivalité ancestrale qui dure toujours, dans un pays où les mélomanes doivent savoir choisir leur camp. Mais la scène napolitaine sait se défendre en enrichissant, de nos jours encore, le plus vaste répertoire au monde d'oeuvres créées dans un théâtre lyrique ; et les plus grands chanteurs, comme Beniamino Gigli qui s'y est produit de 1915 à 1953, restent exceptionnellement fidèles au public averti du Teatro di San Carlo, qui est aussi le plus chaleureux qu'on puisse imaginer.

Teatro di San Carlo

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Tristan und Isolde

Chef-d’œuvre des chefs-d’œuvre, l’opéra de Wagner a révolutionné à tout jamais le monde de la musique classique. L’histoire d’amour universelle et mythique sur une musique incroyable fut un choc esthétique sans précédent. L’ouvrage suscite toujours la même émotion ; plus qu’un opéra c’est une expérience.

Inspiré de la légende celtique, Tristan und Isolde a été composé par Richard Wagner et créé en 1865. Le livret est de la main même du compositeur qui a adapté le poème du XIIIème siècle de Gottfried von Strassburg.
Cet opéra est considéré comme l'un des plus importants de tout le théâtre lyrique et reste le chef-d’œuvre absolu de Wagner. Musicalement, le plus remarquable est sans doute l’enchaînement des accords non résolus qui font monter une tension physique dont l’auditeur ne sera délivré que lors de la toute dernière phrase dans le Liebestod d’Isolde. Le prélude du premier acte et le chant d'amour d'Isolde comptent d’ailleurs, parmi les œuvres les plus bouleversantes ayant jamais été composées.

HISTOIRE
Isolde, promise au roi Marke, éprouve des sentiments troubles à l’égard de Tristan. Un philtre d’amour scellera une passion réciproque et les deux êtres vivront cet amour caché qui ne sera consommé que dans la mort.

Acte 1
Sur un bateau, escortée par Tristan, le neveu du roi, Isolde, promise au Roi Marke, apprend à sa suivante Brangäne les événements passés, comment elle sauva Tristan pour qui elle éprouve des sentiments. Résignée à refuser ce mariage et honteuse de son amour, elle décide de mettre fin à ses jours par empoisonnement. Tristan qui partage ce sentiment trouble veut la rejoindre dans la mort. Isolde demande à Brangäne de leur préparer un poison, mais celle-ci prépare un philtre d'amour. Tristan et Isolde tombent alors éperdument amoureux l'un de l'autre.

Acte 2
Le Roi Marke fraîchement marié à Isolde part pour une journée de chasse. Tristan et Isolde laissent éclater leur passion. Conscient de l’impossibilité de leur amour, ils appellent de leurs vœux la mort et l’éternité. Malgré la mise en garde de Brangäne, les deux amants sont surpris par Melot. Le Roi Marke prévenu, éprouve plus d’affliction que de colère. Cependant, il déshérite Tristan et le bannit du royaume sous l'escorte de Melot. Les deux hommes se battent, et Melot blesse grièvement Tristan.

Acte 3
Soigné de ses blessures par son écuyer Kurwenal, Tristan ne croit plus en l'arrivée de son amante jusqu'à ce qu'on lui annonce l'approche des voiles du bateau d'Isolde. Tristan réunit alors ses dernières forces pour courir vers elle et meurt dans ses bras. Marke, mis au courant à propos du philtre d'amour par Brangäne et prêt à apporter sa bénédiction aux deux héros, les rejoint avec ses hommes dont Melot. Kurwenal, croyant à une attaque, tue Melot et meurt à son tour.
Déjà hors du monde, Isolde s’avance vers la mort pour rejoindre dans l’éternité Tristan.

LES ROLES PRINCIPAUX
Tristan, neveu du roi Marke (ténor)
Isolde, princesse d'Irlande (soprano)
Marke, roi de Cornouailles (basse)
Kurwenal, écuyer de Tristan (baryton)
Brangäne, suivante d'Isolde (mezzo)
Melot, un courtisan (ténor ou baryton)

Teatro di San Carlo

Vous pouvez aussi être interessé par…