À partir de 107 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vos billets vous parviendront par courrier postale. Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Donizetti Lucia di Lammermoor

Du 15 janvier Au 29 janvier 2022
Teatro di San Carlo - Napoli
Programme

Donizetti : Lucia di Lammermoor

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Carlo Montanaro
  • Metteur en scène
    Gianni Amelio
  • Interprètes
    Lucia Ashton: Nadine Sierra
    Sir Edgardo di Ravenswood: Pene Pati
    Lord Enrico Ashton: Gabriele Viviani
    Raimondo Bidebent: Alexandros Stavrakakis
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro di San Carlo - Napoli Location Via San Carlo, 98F - 80132 Napoli Italie

  • Capacité de la salle : 1386

Le «San Carlo» est le plus vieux théâtre lyrique encore en activité. Dès 1737, année de son inauguration, on y admire l'excellent orchestre de 42 musiciens, mais aussi les chanteuses connues par leur surnom, «la Parruchierrina» ou «la Bastarella», et plus que tout, les castrats du Conservatoire de Naples, dont le fameux Farinelli. Enfin, il se dégage de son architecture somptueuse, avec ses six étages de loges, un charme qui ravira encore Stendhal, où même Paul Klee, fasciné par ce «théâtre superbe, lourd et obscur».

On comprend donc que Ferdinand de Bourbon ait vite fait reconstruire l'édifice, et à l'identique, après l'incendie de 1816 : Naples, privée d'opéra, en deuil, menaçait de retirer sa confiance au souverain. Il faut ajouter qu'avait alors brillamment commencé le règne de Domenico Barbaja, un véritable personnage de roman qualifié de «prince des imprésarios» par Alexandre Dumas. Dès 1815, cet ancien garçon de café milanais, à qui Von attribue parfois l'invention de la crème fouettée, avait eu l'idée géniale de prendre pour directeur artistique Gioacchino Rossini en personne. Cette collaboration exceptionnelle, pendant laquelle Rossini composa une dizaine d'opéras et s'enticha de la voix et de la personne d'Isabella Colbran, se termina précipitamment, en 1822, puisque la Colbran était également la maîtresse de Barbaja... Ce dernier engage alors Donizzetti (qui composera notamment LUCIA DI LAMMERMOOR pour le San Carlo), tout en lançant, en 1826, un jeune compositeur nommé Vincenzo Bellini. La scène napolitaine est alors le lieu où se font et se défont les réputations des chanteurs : c'est ainsi que le célèbre ténor français Adolphe Nourrit, s'esti-mant peu applaudi, se suicidera après une représentation au San Carlo. C'est ensuite le compositeur Saverio Mercadante qui gagnera les faveurs du terrible public du San Carlo, à tel point qu'un Verdi ne s'y sentira pas tout de suite à l'aise. Mais il finira par y triompher en 1872, où il assure la direction d'une saison entière, et fait construire une fosse d'orchestre.

Toutefois, auXXème siècle, l'étoile de la Scala de Milan fait parfois pâlir celle de l'opéra de Naples, une rivalité ancestrale qui dure toujours, dans un pays où les mélomanes doivent savoir choisir leur camp. Mais la scène napolitaine sait se défendre en enrichissant, de nos jours encore, le plus vaste répertoire au monde d'oeuvres créées dans un théâtre lyrique ; et les plus grands chanteurs, comme Beniamino Gigli qui s'y est produit de 1915 à 1953, restent exceptionnellement fidèles au public averti du Teatro di San Carlo, qui est aussi le plus chaleureux qu'on puisse imaginer.

Teatro di San Carlo

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Lucia di Lammermoor

Voir cet Opera en Streaming

LUCIA DI LAMMERMOOR, SOMMET DE L'OPÉRA TRAGIQUE

 

Lucia di Lammermoor est un opéra tragique en trois actes composé en 1835 par Gaetano Donizetti. Premier drame tragique de Donizetti, cet opéra au succès inébranlable est souvent considéré comme le premier chef d'œuvre du romantisme italien. Il s'agit certainement de l'œuvre la plus achevée de son auteur, écrite alors que celui-ci était au sommet de sa gloire. Pièce maîtresse du registre tragique, Lucia di Lammermoor est tout autant une des plus grandes réalisations de l'opéra bel canto que du romantisme naissant. Le drame tragique est aussi le premier travail du prolifique librettiste Salvadore Cammarano, qui s'est inspiré pour l'occasion du travail de Walter Scott.

 

L'HISTOIRE

 

L'action se déroule dans la région des landes de Lammermuir en Écosse, à la fin du XVIème siècle. En toile de fond, le conflit entre catholiques et protestants, au premier plan, un amour impossible. La famille d'Ashton, protestante, a pris position dans le château ruiné des Ravenswood, famille rivale catholique. L'amour brûlant qui existe entre Lucia Ashton et Edgardo Ravenswood va totalement à l'encontre des loyautés familiales...

 

Acte 1

 

Enrico Ashton est averti par le capitaine des gardes qu'Edgardo Ravenswood cherche à s'introduire pour rendre visite à Lucia, sœur d'Enrico. Ce dernier affirme sa haine des Ravenswood et sa détermination à entraver cet amour. D'autant que la famille Ashton, au bord du désastre financier, serait sauvée si Lucia épousait le riche Arturo. Puis on assiste à la visite secrète d'Edgardo à Lucia. Il doit s'exiler pour la France, et caresse l'espoir d'épouser Lucia à son retour. Celle-ci affirme que c'est impossible : elle doit épouser Arturo.

 

Acte 2

 

Les préparatifs du mariage. Enrico craint que Lucia ne se dérobe. Il la trompe en lui montrant une lettre révélant qu'Edgardo courtiserait une autre femme. Finalement, Arturo et Lucia signent le contrat. Eduardo apparait alors dans la salle et tente d'interrompre la cérémonie. Lorsqu'il voit que l'acte a été signé, il conjure les mariés de se rendre leurs anneaux, en vain. Il est expulsé.

 

Acte 3 

 

Enrico vient provoquer Eduardo en duel. Ils se donnent rendez-vous pour se battre dans le cimetière. Alors que la fête bat son plein, le chaperon de Lucia, Raimundo, vient annoncer que Lucia a assassiné son époux Arturo. Elle fait son apparition et semble avoir sombré dans la folie. Elle imagine son mariage heureux et proche avec Eduardo. Puis s'évanouit. Edgardo, lui, jure de se tuer sur l'épée d'Enrico. Raimundo vient lui annoncer la mort de Lucia. Il se suicide avec son glaive et espère retrouver Lucia au ciel.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Lucia Ashton, soeur d'Enrico, soprano colorature

Enrico Ashton, seigneur de Lammermoor, baryton

Edgardo Ravenswook, amant de Lucia, ténor

Arturo Bucklaw, mari de Lucia, ténor

Raimundo Bidebent, chaperon de Lucia, basse

Alisa, dame de compagnie de Lucia, mezzo-soprano

Normanno, capitaine des gardes, ténor

Teatro di San Carlo

Vous pouvez aussi être interessé par…