À partir de 73 €
×

1 Choisissez votre date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Après réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vos billets vous parviendront par courrier (au plus tard 1 mois avant la date du spectacle).
Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Teatro di San Carlo

Bizet Carmen

Du 18 juillet Au 26 juillet 2020
Teatro di San Carlo - Napoli
Programme

Bizet : Carmen

2 h 50 Chanté en : Français
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Emmanuel Villaume
  • Metteur en scène
    Michele Sorrentino Mangini
  • Interprètes
    Carmen: Clémentine Margaine (Mezzo-Soprano)
    Carmen: Carmen Topciu (Mezzo-Soprano)
    Don José: Saimir Pirgu (Tenor)
    Don José: Luciano Ganci (Tenor)
    Escamillo: Alessandro Luongo (Baryton-Basse Baryton)
    Escamillo: Samuel Youn (Baryton-Basse Baryton)
    Micaela: Karen Gardeazabal (Soprano)
    Frasquita: Sandra Pastrana
    Frasquita: Giulia Bolcato
    Mercédès: Mireille Lebel
    Mercédès: Alessandra Visentin
    Zuniga: Costantino Finucci
    Le Dancaïre: Fabio Previati
    Le Remendado: Francesco Pittari
    Moralès: Roberto Accurso
Description

L'Espagne créée par Bizet est, même avant un lieu géographique (jamais visité par l'auteur), le lieu de la psychologie humaine, de la passion et de l'instinct, des conflits primaires: Amour et Haine, Liberté et Relations, Masculin et Féminin. Et c'est dans ces dualismes, dans cette double connotation que l'universalité de l'œuvre et des deux personnages de Don José et Carmen doit être recherchée. Malheureusement, cette complexité psychologique est rarement mise en évidence dans la pratique théâtrale actuelle. En fait, la gitane errante et rapace est préférée au personnage de Lucifer caché dans le protagoniste. En définissant la couleur de l'Espagne, Bizet ne part pas du folklore réel et approprié, mais de la musique espagnole. Le compositeur ne prend que quelques rythmes (une Habanera et une Seguidilla). L '«espagnol» de Carmen n'est pas une couleur pure, il exerce au contraire une fonction dramatique précise et même un réalisme environnemental qui oriente l'ensemble des travaux sur un plan dont le rapport à la réalité est beaucoup plus direct et immédiat que celui dont l'histoire de l'opéra a jamais connu.
Source © Teatro San Carlo

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Teatro di San Carlo - Napoli Location Via San Carlo, 98F - 80132 Napoli Italie

  • Capacité de la salle : 1386

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Le «San Carlo» est le plus vieux théâtre lyrique encore en activité. Dès 1737, année de son inauguration, on y admire l'excellent orchestre de 42 musiciens, mais aussi les chanteuses connues par leur surnom, «la Parruchierrina» ou «la Bastarella», et plus que tout, les castrats du Conservatoire de Naples, dont le fameux Farinelli. Enfin, il se dégage de son architecture somptueuse, avec ses six étages de loges, un charme qui ravira encore Stendhal, où même Paul Klee, fasciné par ce «théâtre superbe, lourd et obscur».

 

On comprend donc que Ferdinand de Bourbon ait vite fait reconstruire l'édifice, et à l'identique, après l'incendie de 1816 : Naples, privée d'opéra, en deuil, menaçait de retirer sa confiance au souverain. Il faut ajouter qu'avait alors brillamment commencé le règne de Domenico Barbaja, un véritable personnage de roman qualifié de «prince des imprésarios» par Alexandre Dumas. Dès 1815, cet ancien garçon de café milanais, à qui Von attribue parfois l'invention de la crème fouettée, avait eu l'idée géniale de prendre pour directeur artistique Gioacchino Rossini en personne. Cette collaboration exceptionnelle, pendant laquelle Rossini composa une dizaine d'opéras et s'enticha de la voix et de la personne d'Isabella Colbran, se termina précipitamment, en 1822, puisque la Colbran était également la maîtresse de Barbaja... Ce dernier engage alors Donizzetti (qui composera notamment LUCIA DI LAMMERMOOR pour le San Carlo), tout en lançant, en 1826, un jeune compositeur nommé Vincenzo Bellini. La scène napolitaine est alors le lieu où se font et se défont les réputations des chanteurs : c'est ainsi que le célèbre ténor français Adolphe Nourrit, s'esti-mant peu applaudi, se suicidera après une représentation au San Carlo. C'est ensuite le compositeur Saverio Mercadante qui gagnera les faveurs du terrible public du San Carlo, à tel point qu'un Verdi ne s'y sentira pas tout de suite à l'aise. Mais il finira par y triompher en 1872, où il assure la direction d'une saison entière, et fait construire une fosse d'orchestre.

 

Toutefois, auXXème siècle, l'étoile de la Scala de Milan fait parfois pâlir celle de l'opéra de Naples, une rivalité ancestrale qui dure toujours, dans un pays où les mélomanes doivent savoir choisir leur camp. Mais la scène napolitaine sait se défendre en enrichissant, de nos jours encore, le plus vaste répertoire au monde d'oeuvres créées dans un théâtre lyrique ; et les plus grands chanteurs, comme Beniamino Gigli qui s'y est produit de 1915 à 1953, restent exceptionnellement fidèles au public averti du Teatro di San Carlo, qui est aussi le plus chaleureux qu'on puisse imaginer.

Teatro di San Carlo

Synopsis

Carmen

Carmen est certainement l’opéra le plus populaire car il regorge d’airs connus fredonnés partout dans le monde. La musique de Bizet, sous une apparente évidence, possède des charmes plus complexes qu’il n’y paraît. De plus, le caractère fouillé de l’héroïne sert le drame à merveille.

L’opéra français de Bizet, créé en 1875, est l'un des plus joué au monde. Il narre le destin tragique d'une jeune bohémienne, belle et rebelle à travers la passion impossible d'un soldat. L’oeuvre majeure a révolutionné l'histoire de l'opéra grâce à la modernité du langage musical. On retient aisément les airs, les duos, les danses et les choeurs qui rythment les ravages de l'amour sous le ciel andalou.

HISTOIRE

L'intrigue se déroule à Séville et dans ses environs, au début du 19ème siècle. Elle raconte l'histoire de la chute de Don José, un brigadier passionnément amoureux de la bohémienne Carmen, cigarière au tempérament de feu. Ayant quitté sa fiancée et son devoir sous le coup de sa passion torride, le jeune homme est délaissé sans états d’âme par la fougueuse Carmen qui lui préfère le toréador Escamillo. Fou de jalousie, Don José poignarde celle qui le rejette, avant de se livrer aux autorités.

Acte 1
Sur la place de Séville, le brigadier Don José, le fiancé de Micaëla, est séduit par Carmen, la brûlante bohémienne qui lui jette une fleur, en chantant une Habanera « L’amour est un oiseau rebelle ». Une bagarre éclate ensuite entre les cigarières et se termine par l'arrestation de la gitane, accusée d'avoir frappé une ouvrière au visage. Prisonnière de Don José, elle lui promet l’amour contre sa libération. Ce dernier accepte et après avoir aidé l’évasion de Carmen, il se retrouve emprisonné.

Acte 2
Sur les tables de la taverne de Lillas Pastia, la bohémienne chante et danse pour distraire les soldats et repousse gentiment les avances d'Escamillo, jeune toréador tombé lui aussi, sous son charme. Elle attend Don José et décide et rejoindre plus tard ses amis contrebandiers, réfugiés dans la montagne. Le jeune amoureux, fraîchement sorti de prison, vient enfin la rejoindre. Tiraillé entre son sens du devoir et son amour, il est contraint de se rallier aux bandits pour rester auprès de celle qu’il aime.

Acte 3
Dans la montagne, Carmen ne cesse d’être tourmentée par la jalousie de Don José. Elle pressent dans les cartes, un funeste destin et sa mort prochaine. De son côté, Micaëla ayant bravé sa peur, réussit à retrouver son ancien promis. Elle doit lui annoncer que sa mère est au plus mal. Don José croise le chemin d’Escamillo, venu retrouver Carmen. Une rixe éclate entre les deux hommes interrompue par Carmen qui congédie l’ancien brigadier.

Acte 4
A Séville, la corrida se prépare. Le superbe toréador Escamillo parade sous les bravos de la belle bohémienne, avant de rentrer dans l'arène, acclamé par la foule. Sous le feu de sa passion dévastatrice Don José intercepte Carmen et la supplie de revenir auprès de lui. Affirmant sa liberté et son amour pour Escamillo, elle lui jette la bague qu'il lui avait offerte. Pris d'un accès de folie, Don José poignarde à mort celle qu’il aime avant de se constituer prisonnier.

PRINCIPAUX ROLES

Carmen : Bohémienne et cigarière (mezzo-soprano)
Don José : Brigadier (ténor)
Micaëla : Jeune navarraise, fiancée de Don José (soprano)
Escamillo : Toréador (baryton ou baryton-basse)

Teatro di San Carlo

Vous pouvez aussi être interessé par…

0