À partir de 96 €
×

1 Choisissez votre date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

La Traviata © Monika Rittershaus

Verdi La Traviata

Du 06 février Au 16 février 2020
Staatsoper - Hamburg
Programme

Verdi : La Traviata

2 h 40
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Giampaolo Bisanti
  • Metteur en scène
    Johannes Erath
  • Interprètes
    Violetta Valery: Christina Poulitsi (Soprano)
    Alfredo Germont: Liparit Avetisyan (Tenor)
    Giorgio Germont: Markus Brück (Baryton)
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper - Hamburg Location Grosse Theaterstrasse 25 - 20354 Hamburg Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Au cours de leurs fréquents voyages à Venise, les marchands de Hambourg ont pu constater le succès obtenu par le premier Opéra public d'Europe, ouvert en 1637. En 1678, quelques uns de ces riches bourgeois fondent donc, sur le Marché aux Oies, un Opéra permanent, une première en Allemagne dont les Hambourgeois sont très fiers.

 

Le sentiment national qui veut ignorer avec superbe les opéras italiens et français se doublant d'un sens commercial manifeste, l'Opern-Theatrum de Hambourg se consacre immédiatement à la défense de l'art lyrique allemand et touche ainsi un large public, malgré les protestations des pasteurs, et des débats qui agiteront jusqu'à l'Université d'Iéna. On y entend notamment des œuvres de Telemann ou Händel, ce dernier ayant été embauché à l'Opéra à l'âge de 18 ans, comme violoniste et claveciniste. Händel défraiera d'ailleurs la chronique artistico-judi-ciaire de Hambourg quelques années plus tard, en se battant en duel avec un compositeur rival, Johann Mattheson.

En 1738, la salle fait faillite, ruinée par les faveurs nouvelles de l'opéra italien. Un nouveau bâtiment sera construit en 1765, où alternent pièces de théâtre et spectacles chantés.

 

Le site actuel de l'Opéra de Hambourg ne sera occupé par un théâtre lyrique qu'en 1827. L'Allemand Weber, l'Italien Rossini et le Français Auber s'y partagent d'abord l'affiche, avant que Wagner et Verdi (joué ici dès 1845, et pour la première fois en Allemagne) n'en deviennent les vedettes incontestées. Il faudra ensuite attendre 1891 et l'engagement de Gustav Mahler pour que la scène hambourgeoise abandonne une certaine routine (et s'équipe au passage de l'électricité). Mahler embauchera le jeune Bruno Walter comme répétiteur, avant qu'un autre de ses protégés, Otto Klemperer ne prenne la direction musicale de l'établissement, en 1910.

 

Touché par la crise économique après la Première Guerre Mondiale, et partiellement détruit durant la Seconde, l'Opéra rouvre difficilement en 1946, accueillant 600 spectateurs autour de ce qui subsiste de la scène. Mais la troupe, qui a compté Hans Hotter dans ses rangs, et qui engage des Martha Modi, Hermann Prey, Elisabeth Grummer ou Astrid Varnay, acquiert rapidement une reconnaissance internationale.

Dans le nouveau Staatsoper, reconstruit en 1955, de brillants intendants comme Rolf Liebermann (1959-1973, il reviendra en 1985), feront également de Hambourg un des hauts lieux de la création lyrique contemporaine, recevant Stravinski qui vient y diriger pour ses 80 ans, mais aussi Penderecki, Messiaen, Kagel, Xenakis, ou Helmut Lachenmann.

Staatsoper

Synopsis

La Traviata

D’où vient la popularité mondiale du chef d’œuvre des chefs-d’œuvre qu’est La Traviata ? De cette poignante histoire d’un amour inconvenant avec ses scènes d’une force incroyable, de la partie vocale complexe et néanmoins sublime du rôle titre, des airs que tout le monde fredonne ou tout simplement du génie de son compositeur ? Un peu de tout cela à la fois, sans nul doute...

Faisant partie de la trilogie populaire de Verdi (avec Rigoletto et Il Trovatore), la Traviata est aujourd'hui une œuvre figurant parmi les opéras les plus joués dans le monde. Véritable drame romantique qui percuta le public en plein cœur dès sa création, l’oeuvre est un monument culturel du patrimoine musical mondial. Les envolées lyriques de l’opéra de Verdi doivent leur renommée à des interprètes aussi talentueux que Maria Callas, Renata Scotto, Ileana Cotrubas, Monserrat Caballé ou plus récemment Angela Gheorghiu, Patrizia Ciofi, Anna Netrebko ou Diana Damrau.

HISTOIRE

L’action se déroule à Paris, aux alentours des années 1850 et raconte l'histoire d'amour entre une courtisane, Violetta Valéry et un jeune homme issu d'une famille bourgeoise, Alfredo Germont. Eperdument amoureux l'un de l'autre, Violetta va jusqu'à abandonner sa vie mondaine pour Alfredo. Furieux que son fils entache la réputation de sa famille, le père Germont pousse Violetta à sacrifier son amour. Dans un complet désœuvrement, Violetta, gravement atteinte d'une tuberculose, ne survivra pas à ce déchirement.

 Acte 1

Tout commence dans un salon parisien où Violetta, jeune courtisane en vue, donne une somptueuse fête, en compagnie de ses amis. On retrouve parmi eux son protecteur et amant, le baron Douphol. Au cours de la soirée Gastone, un ami de Violetta, lui présente Alfredo, jeune homme fraîchement arrivé de province et amoureux transi de la belle. Après lui avoir déclaré sa flamme, elle se laisse aller à l'idée qu'un amour véritable serait possible avec lui.

 Acte 2

Alfredo et Violetta s'installent ensemble près de Paris et vivent un amour parfait. Un jour, Violetta reçoit la visite du père d'Alfredo. Celui-ci, très conservateur, l'accuse d'union immorale et lui avoue que sa relation avec Alfredo jette le discrédit sur toute sa famille. Affirmant avec véhémence que tous deux ne pourront jamais se marier, monsieur Germont implore Violetta de renoncer à Alfredo pour le bien de tous. La jeune courtisane décide de se plier à la volonté du père d'Alfredo et écrit une lettre de rupture à son amant.
Violetta reprend alors sa vie de courtisane et apparaît de nouveau à Paris, au bras de son protecteur. Alfredo aveuglé par la rage et la jalousie s’est rendu lui aussi à la fête. Après avoir gagné aux jeux, il humilie Traviata en lui jetant son argent au visage, « pour lui payer tout ce qu’il lui devait », provoquant la stupeur des convives.

Acte 3

Depuis longtemps atteinte de tuberculose, Violetta voit son mal empirer avec le temps. Quand elle reçoit une lettre du père d'Alfredo, dans lequel il confesse avoir tout avouer à son fils, elle se surprend à espérer une nouvelle vie avec Alfredo. Le jeune amant se fait annoncer amis il a à peine le temps de retrouver son aimée qu’elle expire dans ses bras, épuisée par la maladie.

LES PRINCIPAUX RÔLES

Violetta Valéry, courtisane et amante d'Alfredo (soprano)
Alfredo Germont, amant de Violetta (ténor)
Giorgio Germont, père d'Alfredo (baryton)
puis
Flora Bervoix, amie de Violetta (mezzo-soprano)
Annina, camériste de Violetta (soprano)
Gastone, ami de Violetta et d'Alfredo (ténor)
Le baron Douphol, protecteur de Violetta (baryton)

Staatsoper

Vous pouvez aussi être interessé par…

0