À partir de 88 €
×

1 Choisissez votre date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Staatsoper

Donizetti L’Elisir d’Amore

Du 16 mai Au 01 juin 2020
Staatsoper - Hamburg
Programme

Donizetti : L’Elisir d’Amore 130 mn

Chanté en : Italien
Distribution
  • Hamburger Symphoniker
  • Chef d'orchestre
    Carlo Rizzari
  • Metteur en scène
    Jean-Pierre Ponnelle
  • Interprètes
    Nemorino: Oleksiy Palchykov (Tenor)
    Adina: Rosa Feola (Soprano)
    Belcore: Zak Kariithi (Baryton)
    Dulcamara: Tigran Martirossian (Basse)
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper - Hamburg Location Grosse Theaterstrasse 25 - 20354 Hamburg Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Au cours de leurs fréquents voyages à Venise, les marchands de Hambourg ont pu constater le succès obtenu par le premier Opéra public d'Europe, ouvert en 1637. En 1678, quelques uns de ces riches bourgeois fondent donc, sur le Marché aux Oies, un Opéra permanent, une première en Allemagne dont les Hambourgeois sont très fiers.

 

Le sentiment national qui veut ignorer avec superbe les opéras italiens et français se doublant d'un sens commercial manifeste, l'Opern-Theatrum de Hambourg se consacre immédiatement à la défense de l'art lyrique allemand et touche ainsi un large public, malgré les protestations des pasteurs, et des débats qui agiteront jusqu'à l'Université d'Iéna. On y entend notamment des œuvres de Telemann ou Händel, ce dernier ayant été embauché à l'Opéra à l'âge de 18 ans, comme violoniste et claveciniste. Händel défraiera d'ailleurs la chronique artistico-judi-ciaire de Hambourg quelques années plus tard, en se battant en duel avec un compositeur rival, Johann Mattheson.

En 1738, la salle fait faillite, ruinée par les faveurs nouvelles de l'opéra italien. Un nouveau bâtiment sera construit en 1765, où alternent pièces de théâtre et spectacles chantés.

 

Le site actuel de l'Opéra de Hambourg ne sera occupé par un théâtre lyrique qu'en 1827. L'Allemand Weber, l'Italien Rossini et le Français Auber s'y partagent d'abord l'affiche, avant que Wagner et Verdi (joué ici dès 1845, et pour la première fois en Allemagne) n'en deviennent les vedettes incontestées. Il faudra ensuite attendre 1891 et l'engagement de Gustav Mahler pour que la scène hambourgeoise abandonne une certaine routine (et s'équipe au passage de l'électricité). Mahler embauchera le jeune Bruno Walter comme répétiteur, avant qu'un autre de ses protégés, Otto Klemperer ne prenne la direction musicale de l'établissement, en 1910.

 

Touché par la crise économique après la Première Guerre Mondiale, et partiellement détruit durant la Seconde, l'Opéra rouvre difficilement en 1946, accueillant 600 spectateurs autour de ce qui subsiste de la scène. Mais la troupe, qui a compté Hans Hotter dans ses rangs, et qui engage des Martha Modi, Hermann Prey, Elisabeth Grummer ou Astrid Varnay, acquiert rapidement une reconnaissance internationale.

Dans le nouveau Staatsoper, reconstruit en 1955, de brillants intendants comme Rolf Liebermann (1959-1973, il reviendra en 1985), feront également de Hambourg un des hauts lieux de la création lyrique contemporaine, recevant Stravinski qui vient y diriger pour ses 80 ans, mais aussi Penderecki, Messiaen, Kagel, Xenakis, ou Helmut Lachenmann.

Staatsoper

Synopsis

L’Elisir d’Amore

« Una furtiva lagrima » est un tube interplanétaire et un des plus beaux airs de ténor jamais écrit. L’opéra à succès de Donizetti ne se limite pas à cet aria, il compte également un bon nombre de pépites qui font mouche pour le plus grand plaisir du mélomane.

Lors des toutes premières répétitions, la partition de L'elisir d'amore n'était pas terminée. Gaetano Donizetti, son compositeur, était donc très pessimiste quant à l'avenir de son opéra. Pourtant, dès sa première représentation, il obtint un succès triomphal qui n’a jamais faibli ensuite. Le compositeur a dédié son opéra « Al Bel Sesso di Milano » sans que l’on sache vraiment à qui il faisait allusion.

HISTOIRE
L’action se déroule dans un village basque où la capricieuse Adina est courtisée par tous. Le jeune villageois naïf Nemorino est désespérément amoureux lui aussi et grâce aux vertus supposées d’un élixir et suite à diverses péripéties, Adina jette finalement son dévolu sur lui.

Acte 1
Tout commence avec l’évocation des tendres sentiments du timide Nemorino, pour Adina, une fermière riche et instruite qui n'a cure de l’affection du jeune homme.
Pendant que celle-ci lit des passages de Tristan et Iseut, Nemorino rêve de se procurer un philtre d'amour qui lui ouvrirait le cœur de sa belle. Arrive le sergent Belcore qui entreprend une cour rapide et efficace auprès d'Adina qui ne le repousse pas. Lorsqu'un docteur ambulant passe au village, Nemorino lui demande un philtre d'amour. Le docteur Dulcamara lui offre une bouteille de vin de Bordeaux. Nemorino la boit d'un coup et se sent tout de suite plus sûr de lui. Il affiche l'indifférence vis-à-vis d'Adina qui, déçue et vexée, accepte la demande de Belcore. Nemorino, paniqué, la conjure de ne pas céder aux avances du sergent et de ne pas se marier. En vain.

Acte 2
Les noces débutent en l'absence de Nemorino. Adina ne souhaite pas signer tout de suite le contrat de mariage afin de pouvoir savourer sa vengeance. Le jeune homme, désespéré, retourne consulter le docteur Dulcamara qui lui offre une autre bouteille du fameux "élixir". Comme le jeune homme n'a plus d'argent, il décide, en échange de vingt écus, de s'enrôler dans la troupe du sergent Belcore. Au même moment, une rumeur enfle dans le village. Le vieil et riche oncle de Nemorino vient de mourir léguant toute sa fortune à son neveu. Nemorino, qui l'ignore encore, est devenu un parti avantageux et toutes les filles du village lui tournent autour, soudainement. Etonné, Nemorino s'empresse d'attribuer ces étranges effets à l'élixir du docteur. Adina, qui ne sait rien de l'héritage de Nemorino, observe la scène et laisse éclater sa jalousie. Le docteur Dulcamara lui raconte tout. Comprenant enfin son amour pour le jeune homme, Adina se flatte de pouvoir le reconquérir grâce à des regards et un sourire mais sans élixir. Nemorino s'apprête à partir avec la troupe de Belcore quand il aperçoit une larme dans les yeux d'Adina. C'est à ce moment qu'il comprend qu'elle l'aime. Pour le garder près de lui, Adina a racheté l'engagement de Nemorino à Belcore. Elle lui annonce qu'il n'a plus à partir et lui avoue enfin son amour.

LES ROLES PRINCIPAUX

Adina, la jeune fermière riche et instruite (soprano)
Nemorino, le jeune paysan cherchant désespérément à conquérir le cœur d'Adina, (ténor)
Belcore, Sergent (baryton)
Docteur Dulcamara, charlatan (basse)

Staatsoper

Vous pouvez aussi être interessé par…

0