À partir de 96 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Ida Aldrian

Verdi Falstaff

Du 19 janvier Au 08 février 2020
Staatsoper - Hamburg
Programme

Verdi : Falstaff

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Axel Kober
  • Metteur en scène
    Calixto Bieito
  • Interprètes
    Sir John Falstaff: Ambrogio Maestri
    Alice Ford: Maija Kovalevska
    Ford: Markus Brück
    Mrs Quickly: Nadezhda Karyazina
    Nannetta: Elbenita Kajtazi
    Fenton: Oleksiy Palchykov
    Meg Page: Ida Aldrian
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper - Hamburg Location Grosse Theaterstrasse 25 - 20354 Hamburg Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Au cours de leurs fréquents voyages à Venise, les marchands de Hambourg ont pu constater le succès obtenu par le premier Opéra public d'Europe, ouvert en 1637. En 1678, quelques uns de ces riches bourgeois fondent donc, sur le Marché aux Oies, un Opéra permanent, une première en Allemagne dont les Hambourgeois sont très fiers.

 

Le sentiment national qui veut ignorer avec superbe les opéras italiens et français se doublant d'un sens commercial manifeste, l'Opern-Theatrum de Hambourg se consacre immédiatement à la défense de l'art lyrique allemand et touche ainsi un large public, malgré les protestations des pasteurs, et des débats qui agiteront jusqu'à l'Université d'Iéna. On y entend notamment des œuvres de Telemann ou Händel, ce dernier ayant été embauché à l'Opéra à l'âge de 18 ans, comme violoniste et claveciniste. Händel défraiera d'ailleurs la chronique artistico-judi-ciaire de Hambourg quelques années plus tard, en se battant en duel avec un compositeur rival, Johann Mattheson.

En 1738, la salle fait faillite, ruinée par les faveurs nouvelles de l'opéra italien. Un nouveau bâtiment sera construit en 1765, où alternent pièces de théâtre et spectacles chantés.

 

Le site actuel de l'Opéra de Hambourg ne sera occupé par un théâtre lyrique qu'en 1827. L'Allemand Weber, l'Italien Rossini et le Français Auber s'y partagent d'abord l'affiche, avant que Wagner et Verdi (joué ici dès 1845, et pour la première fois en Allemagne) n'en deviennent les vedettes incontestées. Il faudra ensuite attendre 1891 et l'engagement de Gustav Mahler pour que la scène hambourgeoise abandonne une certaine routine (et s'équipe au passage de l'électricité). Mahler embauchera le jeune Bruno Walter comme répétiteur, avant qu'un autre de ses protégés, Otto Klemperer ne prenne la direction musicale de l'établissement, en 1910.

 

Touché par la crise économique après la Première Guerre Mondiale, et partiellement détruit durant la Seconde, l'Opéra rouvre difficilement en 1946, accueillant 600 spectateurs autour de ce qui subsiste de la scène. Mais la troupe, qui a compté Hans Hotter dans ses rangs, et qui engage des Martha Modi, Hermann Prey, Elisabeth Grummer ou Astrid Varnay, acquiert rapidement une reconnaissance internationale.

Dans le nouveau Staatsoper, reconstruit en 1955, de brillants intendants comme Rolf Liebermann (1959-1973, il reviendra en 1985), feront également de Hambourg un des hauts lieux de la création lyrique contemporaine, recevant Stravinski qui vient y diriger pour ses 80 ans, mais aussi Penderecki, Messiaen, Kagel, Xenakis, ou Helmut Lachenmann.

Staatsoper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Falstaff

FALSTAFF, LE DERNIER TRIOMPHE DE VERDI


Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Arrigo Boito, créé à la Scala de Milan en 1893. Verdi désirait depuis plus de quarante ans écrire un opéra comique. Après le succès d'Otello, Falstaff couronne sa carrière, unanimement reconnu comme un chef d'œuvre d'orchestration et de modernité. On y suit les frasques d'un gros seigneur désargenté qui veut tromper les femmes et se retrouve trompé à son tour. Le final se termine dans un énorme éclat de rire qui fait dire à Verdi « tout n'est que farce dans ce monde ! »


L'HISTOIRE


Largement inspiré d'Henri IV et des Joyeuses commères de Windsor de Shakespeare, l'action se déroule dans la campagne anglaise de Windsor au début du XVe siècle. Elle met en scène un personnage truculent, vieux seigneur ruiné qui se prend encore pour un irrésistible Don Juan et ne pense qu'à séduire les riches bourgeoises de la ville.


Acte 1


 Dans une auberge, Sir John Falstaff révèle à ses deux acolytes, Bardolfo et Pistola, ses projets amoureux. Il veut séduire Alice Ford et Meg Page et leur demande de porter à chacune une lettre d'amour. Ceux-ci refusent, il les congédie et confie les missives à un page. Les deux femmes, s'apercevant qu'elles ont reçu exactement la même lettre décident à leur tour de tromper Sir John avec l'aide de miss Quickly et de Nanetta, la fille d'Alice. De leur côté, les hommes trament aussi un complot.


Acte 2


Quickly organise un rendez-vous entre Alice Ford et Sir John le jour même tandis que Nanetta est désespérée à l'idée que son père veuille qu'elle épouse Cajus. Sir John va être interrompu dans sa déclaration amoureuse envers Alice par l'arrivée de Meg Page. Il est alors obligé de se cacher derrière un paravent. Sur ce, les hommes, très en colère, font irruption, Ford, le mari d'Alice, en tête. Tandis qu'ils fouillent la pièce, Sir John n'a pas d'autre choix que de se cacher dans la corbeille à linge sale. Alice, profitant d'un moment de répit, la fera jeter à la Tamise.


Acte 3


 Sir John, ruisselant, retourne à l'auberge où Quickly lui promet un autre rendez-vous avec Alice, à minuit, dans la forêt, où il devra porter des cornes de cerf car la jeune femme aime le mystère ! A l'heure dite, Sir John, surmonté de ses cornes, tente de séduire Alice mais celle-ci s'enfuit au cri de Meg, prétextant avoir peur des fantômes. Le bohnomme, couché à terre, croyant entendre des fées, est alors pris à parti par les hommes qui le tyrannisent. S'apercevant qu'il a été dupé à son tour, il se repend.


EPILOGUE


Dans le chaos général et à la faveur des déguisement, Ford s'aperçoit trop tard qu'il a marié sa fille à Fenton, comme elle le désirait, et non à Cajus. Finalement, toute la bande décide joyeusement de faire un banquet.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Sir John Falstaff, vieux seigneur ruiné

Ford, riche bourgeois, époux d'Alice

Alice Ford, jeune bourgeoise, épouse de Ford

Meg Page, jeune femme bourgeoise

Mrs Quickly, servante

Nannette, fille d'Alice Ford

Bardolfo, serviteur de Sir John Pistola, autre serviteur de Sir John

Fenton, jeune gentilhomme

L'hôtelier de la Jarretière Choeur, bourgeois, gens du peuple, serviteurs de Ford, mascarade de follets, de fées, de sorcières

Staatsoper

Vous pouvez aussi être interessé par…

0