À partir de 42 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email votre voucher à imprimer et à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Donizetti L’Elisir d’Amore

Du 26 février Au 12 mars 2022
Staatsoper Unter den Linden - Berlin
Programme

Donizetti : L’Elisir d’Amore 130 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Speranza Scappucci
  • Metteur en scène
    Percy Adlon
  • Interprètes
    Nemorino: Bogdan Volkov
    Adina: Hera Hyesang Park
    Belcore: Adam Kutny
    Dulcamara: Erwin Schrott
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper Unter den Linden - Berlin Location Unter den Linden 7 - 10117 Berlin Allemagne

Lorsqu'en 1742, l'opéra situé sur la Lindenallee est inauguré, Frédéric II entend en faire le symbole culturel de sa capitale idéale, situé au centre du « Forum Fridericianum ». Ce « palais enchanté », selon les propres mots du despote éclairé, est effectivement devenu un des rares vestiges de l'ancienne ville encore visible aujourd'hui, concentrant en lui une grande partie de l'héritage de la culture musicale allemande : l'orchestre rattaché à l'opéra, la Staatskapelle de Berlin, avait été fondé en 1570, et dans la liste de ses chefs permanents, on trouve les noms de Meyerbeer, Mendelssohn, Richard Strauss, Furtwangler, Klemperer ou Karajan !

Durant le XIXème siècle, l'opéra de Berlin reste un opéra de cour, où l'on crée le FREISCHÜTZ de Weber, mais les activités de la Staatskapelle de Berlin se développent sous la responsabilité de Spontini, qui fut le premier nommé "Preußischer Generalmusikdirektor". C'est dire la responsabilité de la formation berlinoise dans la vie musicale allemande de l'époque, qui ira croissante après la création, en 1842, des SINFONIE-SOIREEN ouvertes au public par souscriptions.

En 1919, l'Opéra Royal devient Opéra d'État, et prend activement part à la folle activité créatrice de l'Allemagne des années vingt : Erich Kleiber y présente au monde le WOZZECK de Berg, et dans ce temple de l'art lyrique résonnent les harmonies d'inspiration populaire d'un Kurt Weill, avant que le nazisme ne mette fin à cette intense période de créativité. Pendant la guerre, Karajan saura y forger sa réputation, sous les bombes qui détruisent le bâtiment, partiellement en 1941, et définitivement en 1945.

De par sa situation géographique, le Staatsoper deviendra en 1949 l'Opéra de Berlin-Est. En 1955, l'administration de la RDA réinstallera la troupe dans l'illustre salle rebâtie selon les plans d'origine, où se produiront les Peter Schreier et autres Theo Adam qui ont su faire vivre une véritable école de chant est-allemande.

Avec la réunification, l'institution est profondément réorganisée, sous l'impulsion notamment de Daniel Barenboim qui prend le titre de Directeur Général de la Musique en 1992. Fier de son impressionnante histoire, l'actuel Opéra Unter den Linden n'hésite plus à se souvenir de ses origines baroques, et l'on y ressuscite plus qu'ailleurs les opéras antérieurs à ceux de Mozart, comme ce CLEOPATRA E CESARE de Graun qui avait ouvert la première saison de 1742. Mais on y passe aussi des commandes à Pierre Boulez, tout en défendant évidemment le répertoire traditionnel, dans lequel Wagner tient une large place. A juxtaposer ainsi la tradition et l'innovation, il se présente désormais comme une des institutions les plus représentatives du nouveau dynamisme berlinois. 

Staatsoper Unter den Linden

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

L’Elisir d’Amore

« Una furtiva lagrima » est un tube interplanétaire et un des plus beaux airs de ténor jamais écrit. L’opéra à succès de Donizetti ne se limite pas à cet aria, il compte également un bon nombre de pépites qui font mouche pour le plus grand plaisir du mélomane.

Lors des toutes premières répétitions, la partition de L'elisir d'amore n'était pas terminée. Gaetano Donizetti, son compositeur, était donc très pessimiste quant à l'avenir de son opéra. Pourtant, dès sa première représentation, il obtint un succès triomphal qui n’a jamais faibli ensuite. Le compositeur a dédié son opéra « Al Bel Sesso di Milano » sans que l’on sache vraiment à qui il faisait allusion.

HISTOIRE
L’action se déroule dans un village basque où la capricieuse Adina est courtisée par tous. Le jeune villageois naïf Nemorino est désespérément amoureux lui aussi et grâce aux vertus supposées d’un élixir et suite à diverses péripéties, Adina jette finalement son dévolu sur lui.

Acte 1
Tout commence avec l’évocation des tendres sentiments du timide Nemorino, pour Adina, une fermière riche et instruite qui n'a cure de l’affection du jeune homme.
Pendant que celle-ci lit des passages de Tristan et Iseut, Nemorino rêve de se procurer un philtre d'amour qui lui ouvrirait le cœur de sa belle. Arrive le sergent Belcore qui entreprend une cour rapide et efficace auprès d'Adina qui ne le repousse pas. Lorsqu'un docteur ambulant passe au village, Nemorino lui demande un philtre d'amour. Le docteur Dulcamara lui offre une bouteille de vin de Bordeaux. Nemorino la boit d'un coup et se sent tout de suite plus sûr de lui. Il affiche l'indifférence vis-à-vis d'Adina qui, déçue et vexée, accepte la demande de Belcore. Nemorino, paniqué, la conjure de ne pas céder aux avances du sergent et de ne pas se marier. En vain.

Acte 2
Les noces débutent en l'absence de Nemorino. Adina ne souhaite pas signer tout de suite le contrat de mariage afin de pouvoir savourer sa vengeance. Le jeune homme, désespéré, retourne consulter le docteur Dulcamara qui lui offre une autre bouteille du fameux "élixir". Comme le jeune homme n'a plus d'argent, il décide, en échange de vingt écus, de s'enrôler dans la troupe du sergent Belcore. Au même moment, une rumeur enfle dans le village. Le vieil et riche oncle de Nemorino vient de mourir léguant toute sa fortune à son neveu. Nemorino, qui l'ignore encore, est devenu un parti avantageux et toutes les filles du village lui tournent autour, soudainement. Etonné, Nemorino s'empresse d'attribuer ces étranges effets à l'élixir du docteur. Adina, qui ne sait rien de l'héritage de Nemorino, observe la scène et laisse éclater sa jalousie. Le docteur Dulcamara lui raconte tout. Comprenant enfin son amour pour le jeune homme, Adina se flatte de pouvoir le reconquérir grâce à des regards et un sourire mais sans élixir. Nemorino s'apprête à partir avec la troupe de Belcore quand il aperçoit une larme dans les yeux d'Adina. C'est à ce moment qu'il comprend qu'elle l'aime. Pour le garder près de lui, Adina a racheté l'engagement de Nemorino à Belcore. Elle lui annonce qu'il n'a plus à partir et lui avoue enfin son amour.

LES ROLES PRINCIPAUX

Adina, la jeune fermière riche et instruite (soprano)
Nemorino, le jeune paysan cherchant désespérément à conquérir le cœur d'Adina, (ténor)
Belcore, Sergent (baryton)
Docteur Dulcamara, charlatan (basse)

Staatsoper Unter den Linden

Vous pouvez aussi être interessé par…