À partir de 96 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email votre voucher à imprimer et à échanger au théâtre.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Hulkar Sabirova

Strauss J. Die Fledermaus

Du 28 décembre Au 08 janvier 2021
Staatsoper - Hamburg
Programme

Strauss J. : Die Fledermaus 170 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Jonathan Darlington
  • Metteur en scène
    Renaud Doucet
  • Interprètes
    Gabriel von Eisenstein: Bo Skovhus
    Rosalinde: Hulkar Sabirova
    Adele: Katharina Konradi
    Prinz Orlovsky: Kristina Stanek
    Alfred: Oleksiy Palchykov
    Frank: Thorsten Grümbel
    Dr. Falke: Bernhard Hansky
    Ida: Gabriele Rossmanith
    Dr. Blind: Peter Galliard
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Staatsoper - Hamburg Location Grosse Theaterstrasse 25 - 20354 Hamburg Allemagne

Au cours de leurs fréquents voyages à Venise, les marchands de Hambourg ont pu constater le succès obtenu par le premier Opéra public d'Europe, ouvert en 1637. En 1678, quelques uns de ces riches bourgeois fondent donc, sur le Marché aux Oies, un Opéra permanent, une première en Allemagne dont les Hambourgeois sont très fiers.

Le sentiment national qui veut ignorer avec superbe les opéras italiens et français se doublant d'un sens commercial manifeste, l'Opern-Theatrum de Hambourg se consacre immédiatement à la défense de l'art lyrique allemand et touche ainsi un large public, malgré les protestations des pasteurs, et des débats qui agiteront jusqu'à l'Université d'Iéna. On y entend notamment des œuvres de Telemann ou Händel, ce dernier ayant été embauché à l'Opéra à l'âge de 18 ans, comme violoniste et claveciniste. Händel défraiera d'ailleurs la chronique artistico-judi-ciaire de Hambourg quelques années plus tard, en se battant en duel avec un compositeur rival, Johann Mattheson.

En 1738, la salle fait faillite, ruinée par les faveurs nouvelles de l'opéra italien. Un nouveau bâtiment sera construit en 1765, où alternent pièces de théâtre et spectacles chantés.

Le site actuel de l'Opéra de Hambourg ne sera occupé par un théâtre lyrique qu'en 1827. L'Allemand Weber, l'Italien Rossini et le Français Auber s'y partagent d'abord l'affiche, avant que Wagner et Verdi (joué ici dès 1845, et pour la première fois en Allemagne) n'en deviennent les vedettes incontestées. Il faudra ensuite attendre 1891 et l'engagement de Gustav Mahler pour que la scène hambourgeoise abandonne une certaine routine (et s'équipe au passage de l'électricité). Mahler embauchera le jeune Bruno Walter comme répétiteur, avant qu'un autre de ses protégés, Otto Klemperer ne prenne la direction musicale de l'établissement, en 1910.

Touché par la crise économique après la Première Guerre Mondiale, et partiellement détruit durant la Seconde, l'Opéra rouvre difficilement en 1946, accueillant 600 spectateurs autour de ce qui subsiste de la scène. Mais la troupe, qui a compté Hans Hotter dans ses rangs, et qui engage des Martha Modi, Hermann Prey, Elisabeth Grummer ou Astrid Varnay, acquiert rapidement une reconnaissance internationale.

Dans le nouveau Staatsoper, reconstruit en 1955, de brillants intendants comme Rolf Liebermann (1959-1973, il reviendra en 1985), feront également de Hambourg un des hauts lieux de la création lyrique contemporaine, recevant Stravinski qui vient y diriger pour ses 80 ans, mais aussi Penderecki, Messiaen, Kagel, Xenakis, ou Helmut Lachenmann.

Staatsoper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Die Fledermaus

LA CHAUVE SOURIS

Composée en quarante deux jours seulement par le grand compositeur viennois, Johann Strauss, en 1874, c'est une opérette qui ne connut pas le succès dès le début. Il fallu attendre 1904 pour que l'opérette rencontre son public. D'un raffinement et d'une innovation musicale qui la rendirent célèbres, l'opérette offre aux spectateurs quelques grandioses moments comme l'ouverture de la joyeuse farce ou la valse de l'acte 2.

HISTOIRE
L’action se déroule au cours d'une nuit de folie, à Vienne. Autrefois humilié par son ami et époux volage Eisenstein, le Docteur Falke a fomenté un plan pour se venger. Il l’invitera à une soirée chez le Prince Orlofsky pour le jeter dans les bras d’une jolie femme masquée qui n’est autre que la propre épouse d’Eisenstein.

Acte 1
Gabriel von Eisenstein, homme impulsif et jaloux, se lamente car il est condamné à passer huit jours en prison, pour avoir injurier un agent public. Sa femme, Rosalinde, profite de son absence pour frayer avec Alfred, un de ces anciens courtisans. Au même moment et par supercherie, Adèle la jeune servante, obtient de pouvoir se rendre au bal du prince Orlofsky. Le docteur Falke qui en veut toujours à son ami Gabriel de l'avoir ridiculisé autrefois, en l'obligeant à traverser toute la ville déguisé en chauve-souris, propose à ce dernier de l'accompagner déguisé, à la fête du prince Orlofsky. Il pourra se rendre à la prison au petit matin. Une fois Adèle, Eisenstein et Falke partis, Alfred l’amant de Rosalinda, s’installe. S’ensuit un quiproquo et il est emmené à la prison par Franck le gouverneur, qui l’a pris pour le mari.

Acte 2
Au bal du prince Orlofsky, Franck le gouverneur de la prison, rejoint le bal et se lie d'amitié avec Esenstein qui reconnaît Adèle sa servante. Mais elle se moque de lui, comment une jeune femme aussi bien mise pourrait être une domestique ! Falke présente au prince et à l’ensemble des convives une mystérieuse comtesse hongroise qui n’est autre que Rosalinda, masquée. Eisenstein tombe immédiatement sous le charme de la superbe femme et entreprend de la séduire. Elle parvint à lui soutirer sa montre, en gage d’amour, avant que tous ne quittent la fête au petit matin.

Acte 3
De retour dans la prison qu’il dirige, Franck, passablement éméché retrouve Frosch le gardien, un peu dans le même état. D’ailleurs, il vient d’accueillir en la mettant dans une cellule, Adèle qui était venue là retrouver le directeur pour en obtenir un soutien ! Le défilement ne s'arrête pas puisqu’arrive Gabriel venu purger sa peine, suivi de Rosalinda qui veut libérer Alfred. Le quiproquo est général mais les masques tombent. Comme tous ont quelque chose à se reprocher, le dénouement n'est que joie et bonne humeur grâce à la louange du Champagne !

LES ROLES PRINCIPAUX

Gabriel von Eisenstein (ténor)
Rosalinda, son épouse (soprano)
Adele, servante de Rosalinda (soprano)
Ida, sœur d'Adele (soprano)
Alfred, un maître de chant (ténor)
Dr. Falke, un notaire (baryton)
Dr. Blind, un avocat (ténor)
Frank, gouverneur de la prison (baryton)
Prince Orlofsky, noble russe (mezzosoprano ou haute-contre)
Frosch, un gardien de prison (rôle parlé)

Staatsoper

Vous pouvez aussi être interessé par…