À partir de 52 €
×

1 Choisissez votre date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez vos e-billets à imprimer par email vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, Music & Opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. Les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation. Seules les places contiguës sont réservées automatiquement. Dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Caimi Leonardo

Bizet Carmen

Du 23 novembre Au 05 avril 2020
Opernhaus - Leipzig
Programme

Bizet : Carmen

3 h Chanté en : Français
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Matthias Foremny
  • Metteur en scène
    Lindy Hume
  • Interprètes
    Carmen: Kathrin Göring (Mezzo-Soprano)
    Don José: Leonardo Caimi (Tenor)
    Escamillo: Gezim Myshketa (Baryton-Basse Baryton)
    Micaela: Magdalena Hinterdobler (Soprano)
    Frasquita: Bianca Tognocchi
    Mercédès: Sandra Maxheimer
    Zuniga: Jean-Baptiste Mouret
    Le Dancaïre: Jonathan Michie
    Le Remendado: Alvaro Zambrano
    Moralès: Franz Schlecht
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opernhaus - Leipzig Location Augustusplatz 12 - 04109 Leipzig Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Nikolaus Adam Strungk possédait, comme bien des musiciens du XVIIème siècle, plusieurs cordes à son arc : il était certes compositeur, mais aussi violoniste et organiste. C'est pourtant comme fondateur, en 1693, du premier Opéra de Leipzig, qu'il restera dans l'histoire. Il en sera le premier directeur, et y fera d'ailleurs donner un bon nombre de ses propres œuvres, tout comme le prolifique Georg Philip Telemann qui sera son successeur, mais qui n'empêchera pas la faillite de l'institution en 1720. Leipzig accueillera ensuite des troupes italiennes, avant que la vogue des opéras allemands n'oblige la ville à se doter d'un nouveau théâtre en 1766.

 

Le Städtisches Theater sera, lui, inauguré en 1817. Sous l'impulsion d'actifs directeurs, dont le plus célèbre est certainement E.T.A. Hoffmann, on y joue un répertoire qui va de Mozart à Weber (création allemande d'OBERON après la création mondiale de Covent Garden). En 1840, alors que Mendelssohn dirige les activités de l'Orchestre du Gewandhaus, celui-ci deviendra l'orchestre défasse attitré de l'Opéra et le restera jusqu'à aujourd'hui.

 

En 1850, Schumann vient y diriger les premières représentations de son opéra GENOVEVA, et en 1867, un nouvel édifice est construit sur l'Augustusplatz, en face de l'emplacement où sera aussi bâti le Nouveau Gewandhaus. Ardent défenseur de l'art lyrique allemand, l'Opéra de Leipzig prendra rapidement fait et cause pour l'œuvre de Richard Wagner.

 

La troupe monte une des premières intégrales du RING avec les décors et costumes du festival de Bayreuth, et s'empresse d'aller faire découvrir la prodigieuse tétralogie hors d'Allemagne : Covent Garden, La Fenke ou La Monnaie accueilleront ses productions avec enthousiasme. Cette culture wagnérienne sera défendue par Arthur Nikisch et par son jeune assistant, Gustav Mahler, mais n'empêchera jamais l'institution d'innover, et même de devenir un des temples de la musique moderne dans la première moitié de notre siècle : on y entendra, entre autres premières mondiales, les accents jazzy du JONNY SPIELT AUF de Krenek (1927) et ceux plus grinçants de Kurt Weill et Bertolt Brecht dans GRANDEUR ET DECADENCE DE LA VILLE DE MAHAGONNY (1930).

 

L'Opéra sera détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale, et devra attendre 1960 pour être reconstruit, sinon à l'identique, du moins en respectant la forme classique de l'ancien théâtre.

Opernhaus

Synopsis

Carmen

Carmen est certainement l’opéra le plus populaire car il regorge d’airs connus fredonnés partout dans le monde. La musique de Bizet, sous une apparente évidence, possède des charmes plus complexes qu’il n’y paraît. De plus, le caractère fouillé de l’héroïne sert le drame à merveille.

L’opéra français de Bizet, créé en 1875, est l'un des plus joué au monde. Il narre le destin tragique d'une jeune bohémienne, belle et rebelle à travers la passion impossible d'un soldat. L’oeuvre majeure a révolutionné l'histoire de l'opéra grâce à la modernité du langage musical. On retient aisément les airs, les duos, les danses et les choeurs qui rythment les ravages de l'amour sous le ciel andalou.

HISTOIRE

L'intrigue se déroule à Séville et dans ses environs, au début du 19ème siècle. Elle raconte l'histoire de la chute de Don José, un brigadier passionnément amoureux de la bohémienne Carmen, cigarière au tempérament de feu. Ayant quitté sa fiancée et son devoir sous le coup de sa passion torride, le jeune homme est délaissé sans états d’âme par la fougueuse Carmen qui lui préfère le toréador Escamillo. Fou de jalousie, Don José poignarde celle qui le rejette, avant de se livrer aux autorités.

Acte 1
Sur la place de Séville, le brigadier Don José, le fiancé de Micaëla, est séduit par Carmen, la brûlante bohémienne qui lui jette une fleur, en chantant une Habanera « L’amour est un oiseau rebelle ». Une bagarre éclate ensuite entre les cigarières et se termine par l'arrestation de la gitane, accusée d'avoir frappé une ouvrière au visage. Prisonnière de Don José, elle lui promet l’amour contre sa libération. Ce dernier accepte et après avoir aidé l’évasion de Carmen, il se retrouve emprisonné.

Acte 2
Sur les tables de la taverne de Lillas Pastia, la bohémienne chante et danse pour distraire les soldats et repousse gentiment les avances d'Escamillo, jeune toréador tombé lui aussi, sous son charme. Elle attend Don José et décide et rejoindre plus tard ses amis contrebandiers, réfugiés dans la montagne. Le jeune amoureux, fraîchement sorti de prison, vient enfin la rejoindre. Tiraillé entre son sens du devoir et son amour, il est contraint de se rallier aux bandits pour rester auprès de celle qu’il aime.

Acte 3
Dans la montagne, Carmen ne cesse d’être tourmentée par la jalousie de Don José. Elle pressent dans les cartes, un funeste destin et sa mort prochaine. De son côté, Micaëla ayant bravé sa peur, réussit à retrouver son ancien promis. Elle doit lui annoncer que sa mère est au plus mal. Don José croise le chemin d’Escamillo, venu retrouver Carmen. Une rixe éclate entre les deux hommes interrompue par Carmen qui congédie l’ancien brigadier.

Acte 4
A Séville, la corrida se prépare. Le superbe toréador Escamillo parade sous les bravos de la belle bohémienne, avant de rentrer dans l'arène, acclamé par la foule. Sous le feu de sa passion dévastatrice Don José intercepte Carmen et la supplie de revenir auprès de lui. Affirmant sa liberté et son amour pour Escamillo, elle lui jette la bague qu'il lui avait offerte. Pris d'un accès de folie, Don José poignarde à mort celle qu’il aime avant de se constituer prisonnier.

PRINCIPAUX ROLES

Carmen : Bohémienne et cigarière (mezzo-soprano)
Don José : Brigadier (ténor)
Micaëla : Jeune navarraise, fiancée de Don José (soprano)
Escamillo : Toréador (baryton ou baryton-basse)

OPERNHAUS

Vous pouvez aussi être interessé par…

0