À partir de 232 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Pas en vente
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Benjamin Bernheim © Manon Leprévost

Tchaikovsky Eugene Onegin

Du 10 février Au 24 février 2023
Opernhaus - Zurich
Programme

Tchaikovsky : Eugene Onegin

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Gianandrea Noseda
  • Metteur en scène
    Barrie Kosky
  • Interprètes
    Eugene Onegin: Igor Golovatenko
    Tatyana: Anita Hartig
    Vladmir Lenski: Benjamin Bernheim
    Prince Gremin: Vitalij Kowaljow
    Olga: Nadezhda Karyazina
    Triquet: Nathan Haller
    Filipjewna: Irène Friedli
    Larina: Liliana Nikiteanu
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opernhaus - Zurich Location Falkenstrasse 1 - 8008 Zurich Suisse

  • Capacité de la salle : 1200

Merveilleux théâtre à taille humaine, l’opéra de Zürich s’est hissé en haut du classement des meilleurs salles en Europe. D’une exceptionnelle qualité artistique, chaque saison impressionne avec les plus grands artistes toujours à l’affiche.

Il aura fallu attendre l'année 1834 pour que la ville de Zurich se dote d'un Opéra. En ces terres de Réforme, l'idée même de spectacle lyrique est longtemps restée suspecte, à tel point que, les premières années, le choix du répertoire était surveillé par la police. De plus, la ville ne possédait pas d'orchestre professionnel à l'époque, et il faudra donc attendre la venue du bouillonnant Wagner, en 1849, pour que la vie musicale zurichoise s'anime réellement.

L'édifice que nous connaissons actuellement n'a été construit qu'en 1891, après l'incendie qui avait détruit le précédent. Les architectes Fellner et Helmer utilisèrent un projet qu'ils réservaient à l'origine pour Cracovie, et bâtirent une salle de 1 100 places, de style néo-baroque, qui pouvait servir aussi bien pour le théâtre que pour l'opéra. C'est ici qu'un Wilhelm Furtwdngler de 21 ans sera engagé comme chef de chœurs et que PARSIFAL sera donné pour la première fois hors de Bayreuth, en 1913. Richard Strauss vient y diriger pendant la Première Guerre Mondiale, mais Zurich se distinguera particulièrement après 1933, en accueillant de nombreux artistes exilés d'Allemagne. Berg viendra y créer sa LULU, et Hindemith MATHIS DER MALER, tandis que Hans Swarowsky, qui a étudié auprès de Schônberg et Webern, sera nommé directeur musical en 1937. Poursuivant cette tradition, Hans Rosbaud (à qui Boulez a dédié son MARTEAU SANS MASTRE) fera de l'Opéra de Zurich un des hauts lieux de la création lyrique entre 1955 et 1958, et donnera notamment la première scénique du MOÏSE ET AARON de Schônberg.

La création y tient encore de nos jours une place déterminante, mais, sous la direction de Claus Helmut Drese, intendant de 1975 à 1986, d'autres sortes d'audaces sont proposées au public au cours d'un cycle Monteverdi réalisé sous la direction révolutionnaire de Nikolaus Harnoncourt et mis en scène par Jean-Pierre Ponnelle. Ces spectacles enregistrés sur disques et en vidéo, présentés à Hambourg, Vienne, Edimbourg, Berlin, Munich, Wiesbaden, et jusqu'à la Scala, ont définitivement marqué la réputation internationale de la maison. Un cycle Mozart est d'ailleurs commencé peu après avec la même équipe. Depuis, Harnoncourt est venu diriger d'autres compositeurs (Beethoven, Weber...), tandis que le jeune chef autrichien Franz Welser-Môst a été nommé directeur musical en 1995. Actuellement, cette scène où viennent se produire les plus grandes voix possède le mode de gestion des institutions suisses : les décisions importantes, comme la rénovation de 1982 ou la récente "cantonalisation", y sont soumises au vote populaire.

Opernhaus

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Eugene Onegin

EUGENE ONEGIN, LE LYRISME RUSSE

 

Eugene Onegin est le plus célèbre opéra du maître russe Piotr Ilitch Tchaïkovski, joué pour la première fois à Moscou en 1879.

 

C'est un chef d'œuvre du genre lyrique, pour lequel Tchaïkovski a enrichi d'une inspiration dramatique la puissance poétique des vers du barde national Alexandre Sergueïevitch Pouchkine.

Très proche du roman versifié du père du romantisme russe, cet opéra en trois actes de sept tableaux est un symbole du lyrisme russe et reste aujourd'hui l'un des opéras les plus joués dans le monde entier. Sa musique sombre exprime de manière sombre les tourments de ce jeune aristocrate russe qui par orgueil perd les deux êtres qui lui sont les plus chers.

 

L'HISTOIRE

 

L'action de passe à Saint-Pétersbourg, au début du XIXème siècle. Elle suit le destin d'un jeune aristocrate oisif et égocentrique. Ce jeune dandy éconduit la femme qui l'aime et pousse son meilleur ami à le provoquer en duel ; il le tuera.

 

Acte 1

 

Premier tableau : Le manoir de Madame Larine.

La fille de Madame Larine, Tatiana, lit un roman d'amour. Sa mère lui assure que la vie est tout autre... Des invités arrivent, dont Eugene Onegin, qui remarque Tatiana. Celle-ci est également séduite par Onegin.

 

Deuxième tableau : Tatiana confie à une amie son amour pour Onegin, à qui elle écrit une lettre enflammée.

 

Troisième tableau : Eugene vient rendre visite à Tatiana pour lui expliquer qu'il n'est pas homme à tomber amoureux. Elle vit cela comme une humiliation.

 

Acte 2

 

Premier tableau : C'est la fête de Tatiana, un bal est donné chez les Larine. Onegin en est. Il est agacé par les rumeurs qui courent sur lui et Tatiana et par la naïveté de son meilleur ami Vladimir Lenski, amoureux lui d'Olga, la sœur de Tatiana. Par nonchalance et pour bousculer autant les racontars que Lenski, il danse avec Olga et la séduit. Lenski les supplie d'interrompre leur danse ; Olga refuse. Tatiana est définitivement humiliée. Lenski provoque Onegin en duel, ce dernier est contraint d'accepter.

 

Deuxième tableau : Lenski chante son amour pour Olga sur le lieu du duel. Onegin survient. Les deux amis ne trouvent pas le moyen de désamorcer leur engrenage. Onegin tue Lenski.

 

Acte 3

 

Premier tableau : Des années plus tard, Onegin est rongé par le remord. Son ami le Prince Grémine lui rend visite avec son épouse, Tatiana. Onegin est subjugué et rêve de reconquérir son amour.

 

Deuxième tableau : Onegin vient voir Tatiana à qui il a envoyé une lettre d'amour. Celle-ci lui avoue qu' elle brûle toujours d'amour pour lui. Mais il est trop tard. Elle choisit de rester fidèle à son mari et laisse Onegin seul à son désespoir.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Eugene Onegin, jeune oisif, baryton

Tatiana, fille de Madame Larine, soprano

Vladimir Lenski, meilleur ami d'Onegin, Ténor

Olga Larine, sœur de Tatiana, Contralto

Madame Larine, mezzo-sporano

Filippievna, la gouvernante des Larine, mezzo-soprano

Le Prince Grémine, mari de Tatiana, basse

Opernhaus Zurich © Dominic Büttner

Vous pouvez aussi être interessé par…