À partir de 96 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Complet
Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Stéphane Degout © Julien Benhamou

Verdi Falstaff

Du 09 octobre Au 23 octobre 2021
Opéra - Lyon
Programme

Verdi : Falstaff

2h30 dont entracte
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Daniele Rustioni
  • Metteur en scène
    Barrie Kosky
  • Interprètes
    Sir John Falstaff: Christopher Purves
    Alice Ford: Carmen Giannattasio
    Ford: Stéphane Degout
    Mrs Quickly: Daniela Barcellona
    Nannetta: Giulia Semenzato
    Fenton: Juan Francisco Gatell
    Meg Page: Antoinette Dennefeld
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opéra - Lyon Location 1 Place de la Comédie - 69001 Lyon France

  • Capacité de la salle : 1200

Lyon possède une longue histoire lyrique puisque, en 1697, la ville avait obtenu l'autorisation fort convoitée d'ouvrir une Académie Royale de Musique. Un premier Opéra permanent est ensuite construit en 1756, théâtre qui sera rasé mais dont les fondations serviront à un nouveau bâtiment, ouvert en 1831. Au cours de cette longue histoire, l'Opéra de Lyon s'est peu à peu forgé une solide réputation d'innovation en matière de répertoire, guère démentie depuis qu'il fut considéré comme le « berceau du wagnérisme français » : LES MAITRES CHANTEURS, en 1896, et la TETRALOGIE, en 1904, y furent en effet donnés pour la première fois en France. La tradition wagnérienne perdurera jusqu'après la Seconde Guerre Mondiale, de plus en plus souvent associée à une volonté de présenter aux mélomanes de la ville des œuvres du répertoire contemporain (Schönberg et Henze sont au programme en 1967).

Mais c'est avec la venue de Louis Erio, en 1969, que cette maison s'affirme comme un des lieux les plus dynamiques de la création lyrique en France : outre LA FEMME SILENCIEUSE de R. Strauss, les premières françaises que Lyon continue plus que jamais de présenter seront alors signées Nono, Berio ou Bernd Alois Zimmermann, dont LES SOLDATS seront donnés en 1983. Cette même année, l'Opéra se dote également d'un orchestre permanent qui prend pour directeur musical John Eliot Gardiner. Le large répertoire de ce dernier, et notamment sa connaissance de la sensibilité baroque, tout comme les affinités de son successeur Kent Nagano (nommé en 1988 et toujours en poste) avec la musique du XXème siècle, ont donné à cet orchestre une capacité d'adaptation et une ouverture remarquable aux œuvres les plus diverses.

En 1993, l'Opéra de Lyon a été entièrement reconstruit par l'architecte Jean Nouvel, après six saisons passées hors les murs dont l'institution a d'ailleurs profité pour se faire connaître, en d'autres lieux, auprès d'un nouveau public. Ce nouveau bâtiment, qui intègre une grande verrière aux murs de l'ancien théâtre, est le parfait symbole de son histoire : une alliance d'audace et de tradition. Pour cette réouverture, on y a ainsi repris le PHAETON de Lully qui ouvrait la première saison au XVIIème siècle, et créé le fort peu connu RODRIGUE ET CHIMENE, opéra inachevé de Debussy. Fort de ces succès, mais aussi d'une politique déformation des jeunes chanteurs et d'une production audiovisuelle dynamique, l'Opéra de Lyon a été, en 1996, la première institution non parisienne à obtenir des autorités françaises le statut d'«Opéra National ».

Opéra

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Falstaff

FALSTAFF, LE DERNIER TRIOMPHE DE VERDI

Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Arrigo Boito, créé à la Scala de Milan en 1893. Verdi désirait depuis plus de quarante ans écrire un opéra comique. Après le succès d'Otello, Falstaff couronne sa carrière, unanimement reconnu comme un chef d'œuvre d'orchestration et de modernité. On y suit les frasques d'un gros seigneur désargenté qui veut tromper les femmes et se retrouve trompé à son tour. Le final se termine dans un énorme éclat de rire qui fait dire à Verdi « tout n'est que farce dans ce monde ! »

L'HISTOIRE
Largement inspiré d'Henri IV et des Joyeuses commères de Windsor de Shakespeare, l'action se déroule dans la campagne anglaise de Windsor au début du XVe siècle. Elle met en scène un personnage truculent, vieux seigneur ruiné qui se prend encore pour un irrésistible Don Juan et ne pense qu'à séduire les riches bourgeoises de la ville.

Acte 1
Dans une auberge, Sir John Falstaff révèle à ses deux acolytes, Bardolfo et Pistola, ses projets amoureux. Il veut séduire Alice Ford et Meg Page et leur demande de porter à chacune une lettre d'amour. Ceux-ci refusent, il les congédie et confie les missives à un page. Les deux femmes, s'apercevant qu'elles ont reçu exactement la même lettre décident à leur tour de tromper Sir John avec l'aide de miss Quickly et de Nanetta, la fille d'Alice. De leur côté, les hommes trament aussi un complot.

Acte 2
>Quickly organise un rendez-vous entre Alice Ford et Sir John le jour même tandis que Nanetta est désespérée à l'idée que son père veuille qu'elle épouse Cajus. Sir John va être interrompu dans sa déclaration amoureuse envers Alice par l'arrivée de Meg Page. Il est alors obligé de se cacher derrière un paravent. Sur ce, les hommes, très en colère, font irruption, Ford, le mari d'Alice, en tête. Tandis qu'ils fouillent la pièce, Sir John n'a pas d'autre choix que de se cacher dans la corbeille à linge sale. Alice, profitant d'un moment de répit, la fera jeter à la Tamise.

Acte 3
Sir John, ruisselant, retourne à l'auberge où Quickly lui promet un autre rendez-vous avec Alice, à minuit, dans la forêt, où il devra porter des cornes de cerf car la jeune femme aime le mystère ! A l'heure dite, Sir John, surmonté de ses cornes, tente de séduire Alice mais celle-ci s'enfuit au cri de Meg, prétextant avoir peur des fantômes. Le bohnomme, couché à terre, croyant entendre des fées, est alors pris à parti par les hommes qui le tyrannisent. S'apercevant qu'il a été dupé à son tour, il se repend.

EPILOGUE
Dans le chaos général et à la faveur des déguisement, Ford s'aperçoit trop tard qu'il a marié sa fille à Fenton, comme elle le désirait, et non à Cajus. Finalement, toute la bande décide joyeusement de faire un banquet.

LES ROLES PRINCIPAUX
Sir John Falstaff, vieux seigneur ruiné
Ford, riche bourgeois, époux d'Alice
Alice Ford, jeune bourgeoise, épouse de Ford
Meg Page, jeune femme bourgeoise
Mrs Quickly, servante
Nannette, fille d'Alice Ford
Bardolfo, serviteur de Sir John Pistola, autre serviteur de Sir John
Fenton, jeune gentilhomme
L'hôtelier de la Jarretière Choeur, bourgeois, gens du peuple, serviteurs de Ford, mascarade de follets, de fées, de sorcières

Opéra de Lyon © Franchella Stofleth

Vous pouvez aussi être interessé par…