À partir de 186 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

3Options

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos e-billets à imprimer.

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Retour
Das Rheingold - Wagner c

© OnP

Wagner Das Rheingold

Du 29 janvier Au 19 février 2025
Opéra Bastille - Paris
Programme

Wagner : Das Rheingold

2h30
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Pablo Heras-Casado
  • Metteur en scène
    Calixto Bieito
  • Interprètes
    Wotan: Ludovic Tézier
    Fricka: Eve-Maud Hubeaux
    Loge: Simon O'Neill
    Erda: Marie-Nicole Lemieux
    Alberich: Brian Mulligan
    Fafner: Mika Kares
    Fasolt: Gerhard Siegel
    Fasolt: Kwangchul Youn
    Freia: Eliza Boom
    Donner: Florent Mbia
    Froh: Matthew Cairns
Description

Rescapé de la période Covid, le nouveau Ring de Wagner dirigé par Pablo Heras-Casado va enfin pouvoir être découvert à Bastille avec une surprise de taille, le Wotan de Ludovic Tézier !

catégorie premium

Catégorie Premium (valable sur certaines dates) : cette catégorie comprend un accès prioritaire aux meilleures places en Catégorie + (Optima), une coupe de champagne par personne à consommer dans des salons privés et un programme du spectacle par commande.

Le prix comprend une contribution (150 € par billet) au soutien des amis de l'Opéra (AROP).

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Opéra Bastille - Paris LocationPl. de la Bastille - 75012 Paris France

  • Capacité de la salle : 2745

L'histoire de l'Opéra de Paris, depuis sa création ordonnée par Louis XIV, en passant par la construction du Palais Garnier sous Napoléon III, est rythmée par les volontés du pouvoir politique français.

La décision de créer un nouvel Opéra sur la place de la Bastille n'a pas échappé pas à cette règle, puisqu'elle fut prise par François Mitterrand, un peu moins d'un an après son accession à la Présidence de la République. Un concours international est alors organisé, et parmi les 750 projets présentés, c'est finalement celui de l'architecte uru-guayo-canadien Carlos Ott qui sera retenu.

Le nouveau bâtiment, qui marque de sa large emprise au sol la place où a débuté la Révolution française, sera inauguré pour la célébration du Bicentenaire de cette même Révolution, en 1989.

 

De la place de la Bastille, la façade de verre, avec son éclairage "aléatoire" imaginé par Yann Kersalé, laisse deviner la sobre modernité des intérieurs, d'autant qu'ils reprennent les mêmes matériaux que les extérieurs, par souci d'ouverture vers le public. Une fois dans les lieux, on découvrira aussi l'heureuse chaleur des bois clairs qui ornent la grande salle frontale de 2703 places. Mais qui a vu cela n'a presqu'encore rien vu : il faut imaginer les espaces scéniques de dégagements qui occupent à eux seuls 55% du volume total de l'édifice, les six sous-sols de locaux techniques, les ateliers où sont fabriqués et stockés les décors mobiles mais aussi les costumes, ou encore cette salle Gounod aux dimensions identiques à la scène principale et où se déroulent les répétitions. Car autour d'un axe de symétrie symbolisé par ces diapasons sculptés qui ornent les parties publiques, l'Opéra Bastille est aussi une formidable machine à fabriquer des spectacles, truffée d'informatique et où s'active la population d'une véritable ville dans la ville.

C'est le chef d'orchestre Myung-Whun Chung qui eut la lourde tâche de faire démarrer cette machine. Le public attentif découvrit alors des mises en scène de Bob Wilson ou de Peter Sellars qui ne firent pas toujours l'unanimité en son sein, mais aujourd'hui, en pleine possession de ses impressionnants moyens qui permettent la rotation des spectacles, la scène parisienne offre une grande diversité de productions. Sous la direction de Hugues Gall et de son conseiller musical James Conlon, les saisons alternent rapidement reprises, grand répertoire et créations, à un rythme qui ne laisse guère de répit aux spectateurs.

Opéra Bastille

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Das Rheingold

L'OR DU RHIN: PROLOGUE DE LA TETRALOGIE

 

L'Anneau des Nibelungen est un cycle dramatique en trois journées et un prologue de Richard Wagner. L'Or du Rhin constitue le prologue de cette tétralogie qui marque l'apogée de l'écriture musicale du compositeur allemand. La première représentation de l'opéra eut lieu en 1869, à Munich. Dans cette oeuvre brève, en un acte, Wagner met en place les principaux thèmes de sa tétralogie, qui se poursuivra avec La Walkyrie, Siegfried et le Crépuscule des dieux. Ce cycle d'opéra fait largement appel aux sujets et aux personnages des mythologies germaniques.

 

L'HISTOIRE

 

L'histoire de l'Or du Rhin se passe dans les temps très anciens de la mythologie germanique, avant l'apparition de l'homme. Depuis le commencement du monde, l'or repose au fond du Rhin, où il est gardé par les trois filles de l'eau.

 

Le nain Alberich, un Nibelung, leur fait la cour, mais elles se moquent de lui. Il se rend cependant compte que le fond du fleuve est tapissé de matière précieuse. Il soutire par magie le secret de l'or aux filles du fleuve : celui qui s'emparera du métal précieux pourra forger un anneau d'or qui lui donnera la puissance absolue.

Alberich dérobe l'or du Rhin. Sur le Walhalla, les dieux découvrent le palais somptueux que leur ont construit les géants. En échange, Wotan leur a promis Freia, la déesse de la jeunesse.Soudain conscient que les dieux sont condamnés à vieillir et à mourir, Wotan se ravise.

Accompagné de Loge, il se rend dans le royaume des Nibelungen, où Alberich règne en tyran. Grâce à une ruse, ils lui dérobent l'anneau. Le nain lance alors une malédiction : l'anneau causera la mort de son propriétaire. Les géants viennent réclamer leur dû : Wotan leur donne l'or, ainsi que l'anneau.

La malédiction opère aussitôt et Fafner tue Fasolt. Freia est libérée, les dieux retrouvent leur jeunesse et leur sérénité. L'opéra se termine sur une vision majestueuse de leur règne sur le Walhalla.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Les dieux Wotan, père des dieux

Donner, dieu du tonnerre

Froh, dieu du soleil

Loge, dieu du feu Fricka, déesse du mariage et femme de Wotan

Freia, sa soeur, déesse de la jeunesse

Erda, déesse de la terre

Les Nibelungen Alberich, roi Mime, frère d'Alberich

Les Géants : Fasolt et Fafner

Les filles du Rhin: Woglinde,Wellgunde et Flosshilde

Opéra Bastille (c) Christian Leiber

Vous pouvez aussi être interessé par…