À partir de 87 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

A réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

Patricia Petibon

Offenbach Les Contes d’Hoffmann

Du 10 décembre Au 02 janvier 2020
La Monnaie - Bruxelles
Programme

Offenbach : Les Contes d’Hoffmann

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Alain Altinoglu
  • Metteur en scène
    Krzysztof Warlikowski
  • Interprètes
    Hoffmann: Eric Cutler
    Lindorf/Coppélius/ Dr. Miracle/Dapertutto: Gábor Bretz
    Stella/Olympia/Antonia/Giuletta: Patricia Petibon
    La Muse/Nicklausse: Michèle Losier
    Andrès, Cochenille, Frantz, Pitichinaccio: Loïc Félix
offre M&O

Inclus : le programme du spectacle par commande.

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

La Monnaie - Bruxelles Location Place de la Monnaie - 1000 Bruxelles Belgique

  • Capacité de la salle : 1152

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

L'histoire de La Monnaie, la célèbre scène lyrique de Bruxelles, commence en 1695, lorsqu'une grande partie de la ville est bombardée par les Français et que le trésorier particulier du dernier gouverneur espagnol des Pays-Bas obtient alors l'autorisation de construire un théâtre sur l'emplacement d'un atelier détruit où se frappait la monnaie.

En 1700, une représentation de l'ATYS de Lully consacre donc l'inauguration de ce théâtre de La Monnaie, où alterneront les spectacles de théâtre et d'opéra, comme ce jour où Napoléon Bonaparte vient y entendre le célèbre Talma déclamer les vers de BRITANNICUS. C'est d'ailleurs l'Empereur des Français qui envisagera la construction d'un nouveau bâtiment situé juste en arrière du précédent. Mais Bruxelles passe sous la domination du roi des Pays-Bas, qui reprend le projet. Ce deuxième théâtre de La Monnaie, inauguré en 1819, vaudra pourtant bien des déboires au souverain néerlandais : à l'occasion d'une représentation de LA MUETTE DE PORTICI d'Auber, des spectateurs trop nombreux se trouvent rassemblés devant le théâtre. Dans la salle, on bisse le duo « Amour sacré de la patrie », et quand le héros lance « Aux armes! », la foule se précipite dans la ville. Ce 25 août 1830, la révolution qui allait donner son indépendance à la Belgique commençait.

 

La salle que nous connaissons actuellement date, elle, de 1856, la précédente ayant été ravagée par un de ces incendies qui rythment si souvent l'histoire des scènes lyriques européennes. A partir de ce moment, La Monnaie se forge une réputation de foyer de création et de modernité, dont la programmation audacieuse vient compenser le conservatisme de la scène parisienne. On y joue Verdi, mais aussi Wagner comme nulle par ailleurs hors d'Allemagne; on y applaudit encore la CARMEN de Bizet que les Français avaient commencé par bouder.

 

A notre siècle, La Monnaie ne craint pas d'afficher les noms de Stravinski, Berg, Britten ou Prokofiev à ses programmes, avant bien d'autres maisons d'opéra. A partir de 1960, le rayonnement de l'établissement bruxellois se trouve renforcé par la création du Ballet du XXème siècle de Maurice Béjart, et définitivement assuré sous la direction de Gérard Mortier (1981-1991). Celui-ci ne quittera La Monnaie que pour prendre la direction du Festival de Salzbourg et céder la place à Bernard Foccroulle.

 

En produisant des spectacles de Patrice Chéreau, Karl Ernst Hermann ou Klaus Michael Grùber, La Monnaie a pris une large part dans le mouvement européen de rénovation de la mise en scène lyrique, et agrandi le nombre des amateurs d'opéra au delà du cercle des traditionnels connaisseurs.

La Monnaie

Synopsis

Les Contes d’Hoffmann

LES CONTES D'HOFFMAN: LE CHEF D'OEUVRE D'OFFENBACH

 

Les contes d'Hoffmann, opéra fantastique en trois actes, est le chef d'oeuvre d'un compositeur plus habitué du monde de l'opérette. Il s'agit d'un hommage à l'écrivain allemand E.T. Hoffmann, qu'admirait Offenbach. L'oeuvre ne fut représentée qu'après la mort de son compositeur. Cet opéra testament se caractérise par des morceaux d'une grande fraîcheur, qui marquent le renouveau de l'opéra comique. Une importance particulière est accordée par Offenbach à la création de personnages lyriques aux caractères plus humains, plus nuancés.

 

L'HISTOIRE

 

L'opéra évoque trois épisodes de la vie sentimentale du poète E.T. Hoffmann :

le héros romantique y est emporté par ses sentiments aussi bien que par sa quête de l'idéal féminin. Les personnages se meuvent dans une atmosphère fantastique, dans laquelle évoluent non seulement Hoffmann, mais aussi les quatre figures maléfiques qui le poussent vers le malheur. L'histoire se développe en un prologue, trois actes et un épilogue.

 

Prologue :

 

Les contes d'Hoffmann débutent dans la taverne de maître Luther, à Nuremberg. Le conseiller Lindorf, ennemi juré du poète Hoffmann, cherche à brouiller sa relation avec la cantatrice Stella en interceptant une lettre de rendez-vous. Lorsque Hoffmann arrive à la taverne, les étudiants qui y font la fête lui demandent son avis sur l'amour.

Le poète se met à raconter l'histoire merveilleuse de ses relations amoureuses.

 

Acte 1

 

Hoffmann courtise Olympia, qu'il croit être la fille du physicien Spalanzani. En réalité, il s'agit d'un automate construit par Spalanzani et son collaborateur, Coppelius. Au cours d'un bal, Hoffmann déclare son amour. Coppelius brise alors la poupée et Hoffmann est la risée de la haute société.

 

Acte 2

 

A Venise, Hoffmann est amoureux de Giulietta, une courtisane, tombée aux mains du diabolique Dapertutto. Giulietta a volé l'ombre de son amant Schlemil, sur ordre de Dapertutto et Hoffmann doit bientôt connaître le même sort. Le poète tue Schlemil en duel, mais lorsqu'il veut rejoindre Giulietta, elle a fui avec un autre.

 

Acte 3

 

A Munich, Hoffmann courtise la fille du luthier Crespel, Antonia. La mère de cette dernière est morte d'avoir trop chanté, raison pour laquelle Crespel interdit le chant à sa fille. Le docteur Miracle fascine Antonia en jouant du violon et la pousse à chanter, malgré les mises en garde d'Hoffmann. Antonia meurt d'épuisement.

 

Epilogue:

 

Retour à la taverne de Nuremberg. Hoffmann est convaincu que Stella l'a trompé et boit pour oublier ses peines de coeur.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Hoffmann, poète, Tenor

Le conseille Lindor,baryton basse

Coppelius, aide de Spalanzani,baryton basse

Dapertutto, baryton basse

Le docteur Miracle, baryton basse

Spalanzani, physicien, tenor

 

 

La Monnaie

Vous pouvez aussi être interessé par…

0