À partir de 67 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Après réception de la confirmation de votre commande avec le détail de vos emplacements, vos billets vous parviendront par courrier (au plus tard 1 mois avant la date du spectacle).
Si le délai est trop court, vous recevrez un voucher par email à échanger au guichet du théâtre pour retirer vos billets définitifs.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

La traviata © Jan Windszus Photography

Verdi La Traviata

Du 01 février Au 04 juillet 2020
Komische Oper - Berlin
Programme

Verdi : La Traviata 135 mn

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Ainars Rubikis
    Jordan de Souza
  • Metteur en scène
    Nicola Raab
  • Interprètes
    Violetta Valery: Nadja Mchantaf
    Violetta Valery: Vera-Lotte Böcker
    Alfredo Germont: Ivan Magrì
    Alfredo Germont: Alexey Neykludov
    Giorgio Germont: Giuseppe Altomare
    Giorgio Germont: Günter Papendell
Description

Un classique - radicalement moderne! Le travail le plus célèbre de Giuseppe Verdi sur la vie, l’amour, la souffrance et la mort d’une grande courtisane parisienne du XIXe siècle est réinterprété par le réalisateur Nicola Raab dans une production de scènes déconstruites. Violetta Valéry incarne un désir dichotomique, déchiré entre amour et autonomie, entre le présent et un monde fantastique rempli d'abîmes sombres et d'excès érotiques.
Scandale! Un mot, une mort, un thème d'opéra.
À peine un an s'était écoulé depuis la mort de Marie Duplessis en 1847 à Paris, lorsqu'un roman fut publié qui allait l'immortaliser. Après son arrivée dans la capitale française, cette jeune femme - la paysanne innocente et proverbiale - a entamé une étonnante carrière de modiste, d’entrepreneur et de courtisane de la haute société parisienne, avant de succomber à la consommation. Théophile Gautier, Franz Liszt et Alexandre Dumas fils faisaient partie de ses amants. Ce dernier lui érigea un monument littéraire l'année suivant son décès: dans son roman autobiographique Camille, il éleva Marie au rang de l'une des plus célèbres courtisanes du XIXe siècle, une prima donna de la prostitution. Dumas transforme son best-seller en une pièce dont le rôle principal catapultera plus tard Sarah Bernhard dans le panthéon des grands acteurs - et inspirera Giuseppe Verdi à créer l'un de ses plus célèbres opéras: La traviata.
Au coeur de la France se trouve Paris, une ville dont la haute société se considère comme le centre de l'univers et qui vit dans les cabarets, les théâtres et les salons. À son épicentre, nous trouvons Violetta Valéry - la belle dame au cœur qui n’aime jamais. Ou alors elle se décrit; le jeune Alfredo Germont lui montre que le contraire est vrai. Le bonheur du jeune couple n’est que fugace; Le père d’Alfredo, inquiet pour les mœurs sociales et la réputation de sa famille et de celle de sa fille célibataire, force Violetta à se séparer de son amant. C'est ainsi que les cœurs sont brisés. Au moment même où Alfredo pense que la catastrophe peut être évitée, Death prononce un jugement et inflige sa peine à son bien-aimé.
Avec ce travail, Verdi et son librettiste Francesco Maria Piave ont innové dans les conventions de l'opéra de leur époque. Leur choix d'une pièce contemporaine était inhabituel et le sujet était extrêmement controversé sur le plan social - faire de la vie et de la mort d'une prostituée l'objet du grand art de l'opéra était inouï, voire impensable, surtout à la lumière de la morale catholique de la classe moyenne. en France et en Italie. La première à Venise en 1853 reçut une réception en sourdine. Pourtant, l’année suivante, la pièce entame une marche victorieuse à travers les opéras du monde entier - une marche qui se poursuit encore de nos jours ...
Nicola Raab s’inspire de la popularité étonnamment durable de cette tragédie sociale et amoureuse, de sa capacité continue à fasciner. Aīnars Rubiķis, directeur général de la musique au Komische Oper Berlin, et la réalisatrice Nicola Raab utilisent le sentiment de la partition - l'une des pièces les plus connues de l'auteur et du genre - et le personnage presque mythique de Violetta Valéry comme point de départ une enquête artistique. Ce scandale a-t-il encore le pouvoir de nous choquer aujourd'hui? Ce remaniement est axé sur l’essentiel, l’art et le cliché du chef-d’œuvre de Verdi. Confrontée à la menace d'une mort imminente, une femme moderne et émancipée se perd dans un cosmos traumatique. Dans sa psyché, Violetta lutte contre sa vie en tant qu’objet d’amour professionnel, avec des personnages et des démons aspirés de son passé, se bat contre la violence du destin et lutte pour son autonomie.

Source © Komische Oper

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis
  • Vidéos

Komische Oper - Berlin Location Behrenstraße 55-57 - 10117 Berlin Allemagne

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

Elevé en 1892, le Komische Oper Berlin est situé comme le Staatsoper sur Unter den Linden.

 

Son architecture néo-classique a été épargnée par les bombardements.

 

Il propose tout d’abord une programmation de style «Cabaret-Opéra» influencée par Jacques Offenbach.

Dans les années 20, le Komische Oper adopte une ligne proprement berlinoise grâce à Kurt Weill et Bertold Brecht.

Komische Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

La Traviata

D’où vient la popularité mondiale du chef d’œuvre des chefs-d’œuvre qu’est La Traviata ? De cette poignante histoire d’un amour inconvenant avec ses scènes d’une force incroyable, de la partie vocale complexe et néanmoins sublime du rôle titre, des airs que tout le monde fredonne ou tout simplement du génie de son compositeur ? Un peu de tout cela à la fois, sans nul doute...

Faisant partie de la trilogie populaire de Verdi (avec Rigoletto et Il Trovatore), la Traviata est aujourd'hui une œuvre figurant parmi les opéras les plus joués dans le monde. Véritable drame romantique qui percuta le public en plein cœur dès sa création, l’oeuvre est un monument culturel du patrimoine musical mondial. Les envolées lyriques de l’opéra de Verdi doivent leur renommée à des interprètes aussi talentueux que Maria Callas, Renata Scotto, Ileana Cotrubas, Monserrat Caballé ou plus récemment Angela Gheorghiu, Patrizia Ciofi, Anna Netrebko ou Diana Damrau.

HISTOIRE

L’action se déroule à Paris, aux alentours des années 1850 et raconte l'histoire d'amour entre une courtisane, Violetta Valéry et un jeune homme issu d'une famille bourgeoise, Alfredo Germont. Eperdument amoureux l'un de l'autre, Violetta va jusqu'à abandonner sa vie mondaine pour Alfredo. Furieux que son fils entache la réputation de sa famille, le père Germont pousse Violetta à sacrifier son amour. Dans un complet désœuvrement, Violetta, gravement atteinte d'une tuberculose, ne survivra pas à ce déchirement.

 Acte 1

Tout commence dans un salon parisien où Violetta, jeune courtisane en vue, donne une somptueuse fête, en compagnie de ses amis. On retrouve parmi eux son protecteur et amant, le baron Douphol. Au cours de la soirée Gastone, un ami de Violetta, lui présente Alfredo, jeune homme fraîchement arrivé de province et amoureux transi de la belle. Après lui avoir déclaré sa flamme, elle se laisse aller à l'idée qu'un amour véritable serait possible avec lui.

 Acte 2

Alfredo et Violetta s'installent ensemble près de Paris et vivent un amour parfait. Un jour, Violetta reçoit la visite du père d'Alfredo. Celui-ci, très conservateur, l'accuse d'union immorale et lui avoue que sa relation avec Alfredo jette le discrédit sur toute sa famille. Affirmant avec véhémence que tous deux ne pourront jamais se marier, monsieur Germont implore Violetta de renoncer à Alfredo pour le bien de tous. La jeune courtisane décide de se plier à la volonté du père d'Alfredo et écrit une lettre de rupture à son amant.
Violetta reprend alors sa vie de courtisane et apparaît de nouveau à Paris, au bras de son protecteur. Alfredo aveuglé par la rage et la jalousie s’est rendu lui aussi à la fête. Après avoir gagné aux jeux, il humilie Traviata en lui jetant son argent au visage, « pour lui payer tout ce qu’il lui devait », provoquant la stupeur des convives.

Acte 3

Depuis longtemps atteinte de tuberculose, Violetta voit son mal empirer avec le temps. Quand elle reçoit une lettre du père d'Alfredo, dans lequel il confesse avoir tout avouer à son fils, elle se surprend à espérer une nouvelle vie avec Alfredo. Le jeune amant se fait annoncer amis il a à peine le temps de retrouver son aimée qu’elle expire dans ses bras, épuisée par la maladie.

LES PRINCIPAUX RÔLES

Violetta Valéry, courtisane et amante d'Alfredo (soprano)
Alfredo Germont, amant de Violetta (ténor)
Giorgio Germont, père d'Alfredo (baryton)
puis
Flora Bervoix, amie de Violetta (mezzo-soprano)
Annina, camériste de Violetta (soprano)
Gastone, ami de Violetta et d'Alfredo (ténor)
Le baron Douphol, protecteur de Violetta (baryton)

Komische Oper

Video

Vous pouvez aussi être interessé par…

0