À partir de 57 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos E-billets à imprimer ou à présenter sur votre smartphone.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Tannhäuser © Bettina Stöß

Wagner Tannhäuser

Du 12 février Au 20 février 2022
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Wagner : Tannhäuser

4h
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Donald Runnicles
  • Metteur en scène
    Kirsten Harms
  • Interprètes
    Tannhäuser: Peter Seiffert
    Elisabeth/Venus: Camilla Nylund
    Wolfram von Eschenbach: N.N.
    Landgraf Hermann: Günther Groissböck
    Landgraf Hermann: Tobias Kehrer
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Tannhäuser

TANNHAUSER - L'HISTOIRE

 

Le sujet de Tannhauser s'inspire de deux légendes germaniques : la ballade de Tannhäuser et le récit du concours de chant tenu au château de la Wartburg. Wagner évoque les thèmes médiévaux de l'amour sacré et de l'amour profane, ainsi que leur réconciliation et la rédemption du héros grâce au pouvoir de l'amour.

 

Acte 1 

 

Le jeune chanteur Tannhäuser a fui la cour de la Wartburg pour se réfugier auprès de Vénus, sur le Venusberg (la montagne de Vénus). Mais il a la nostalgie de son ancienne vie. Il invoque la Vierge et se retrouve dans la campagne allemande, à proximité de la Wartburg. Il croise un jeune berger qui chante le retour du printemps et des pèlerins revenant de Rome. Tannhäuser est pris de regrets de s'être livré à Vénus. Il rencontre ensuite les chevaliers de la Wartburg, Biterolf, Walter von der Vogelweide, Reinmar et Wolfram, qui le ramènent à la cour.

 

Acte 2

 

A la Wartburg, Tannhäuser retrouve Elisabeth, la fille du Landgraf Herrmann. Elle lui parle du chagrin qu'elle a éprouvé durant son absence. La cour se prépare à accueille un concours de chant des meilleurs troubadours. Y participeront aussi les jeunes chevaliers de la Wartburg. Le sujet retenu est l'éveil de l'amour. Alors que les participants célèbrent l'amour idéalisé et spirituel, Tannhäuser est le seul à chanter les vertus de l'amour sensuel. Il finit par avouer qu'il s'est donné à Vénus et doit être exécuté lorsqu'Elisabeth supplie qu'on l'épargne. Le Landgraf Herrmann accepte, à la condition qu'il se rende à Rome, pour demander l'absolution au pape.

 

Acte 3

 

 Le pape refuse son pardon à Tannhäuser qui s'en retourne désespéré à la Wartburg. Il cède à l'appel de Vénus. De chagrin, Elisabeth meurt. Tannhäuser meurt à son tour, à la vue du cortège funèbre. Des pèlerins de retour de Rome annoncent un miracle : le bâton du pape, une branche de bois mort, a reverdi. Le miracle signifie la rédemption de Tannhäuser.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Tannhäuser, troubadour

Elisabeth, nièce d'Herrmann

Vénus, déesse

Wolfram, chevalier

Herrmann, seigneur de la Wartburg

Walter von der Vogelweide, chevalier

Biterolf, chevalier

Heinrich der Schreiber

Reinmar von Zweter, chevalier

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…