À partir de 48 €
×

1 Cliquer sur la date

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

À réception de la confirmation de votre commande, vous recevrez par email vos e-billets à imprimer ou à présenter sur votre portable, vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Le Club
Music & Opera

Adhérez au Club pour
bénéficier des prix
Déjà membre du Club,
Connectez-vous à votre compte !
Retour

La Traviata©Marcus Lieberenz

Verdi La Traviata

Du 15 mars Au 20 mars 2020
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Verdi : La Traviata

2 h 45 avec 1 entracte
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Ido Arad
  • Metteur en scène
    Götz Friedrich
  • Interprètes
    Violetta Valery: Elena Tsallagova
    Alfredo Germont: Andrei Danilov
    Giorgio Germont: Dong-Hwan Lee
Description

Violetta Valery est tenue dans le luxe par son admirateur Baron Douphol. En apparence guérie d'une grave maladie, elle organise une fête scintillante au cours de laquelle elle rencontre et tombe amoureuse d'Alfredo Germont. Le monde dans lequel vit Violetta ne peut accepter une telle histoire d'amour et elle abandonne ainsi son ancienne existence et cherche le bonheur avec Alfredo à la campagne. Bientôt, cependant, le père d'Alfredo, Giorgio, implore Violetta de mettre fin à la relation, craignant que sa réputation douteuse ne compromette le mariage de la soeur cadette d'Alfredo. En désespoir de cause, Violetta concède et écrit une lettre d'adieu à Alfredo. Lors d'un bal donné par son amie Flora Alfredo et Violetta, s'affrontent: Violetta a pris l'initiative de convaincre Alfredo qu'elle était amoureuse du baron Douphol. Alfredo a gagné une grosse somme d'argent aux tables de jeu. Vaincu par la jalousie, il jette ses gains aux pieds de Violetta, déclarant publiquement qu'il s'agit d'un "frais" pour ses "faveurs". Un mois plus tard, alors que Paris était en proie à la fièvre du carnaval, Violetta est sur le point de mourir, après une rechute. Maintenant que son père a révélé les véritables raisons de ses actes, Alfredo se dépêche de rentrer. Violetta pardonne à Alfredo pour sa conduite, le relâche et meurt.

La Traviata était le seul opéra de Verdi à se dérouler dans la classe moyenne parisienne de l'époque. Il est basé sur le roman acclamé "La Dame aux camélias" d’Alexandre Dumas fils, qui décrit de manière critique le demi-monde parisien et retrace l'histoire de Marie Duplessis, noble courtisane décédée de la consommation en 1847 à l'âge de de 23. Alors que Dumas accordait une attention particulière aux réseaux et relations sociales, Verdi et son librettiste Francesco Maria Piave se concentraient entièrement sur le conflit entre Violetta, Alfredo et son père Giorgio. Leur drame ne concerne que les conflits internes et se concentre sur les trois phases du destin de Violetta Valery: l'amour, le renoncement et la mort.

En présentant les tribulations de Violetta sous la forme d'un récit rétrospectif, Götz Friedrich a donné à sa tragédie l'atmosphère d'un requiem. A peine l'opéra commencé que nous voyons la protagoniste sur son lit de mort, entourée par l'immensité sombre de la scène qui ressemble à une tombe gigantesque. Au début du bal, Violetta, maintenant en tenue de bal, se lève du lit qui est devenu un divan. Soudain, les portes s'ouvrent et déferlent dans la foule parisienne déchaînée, concentrée sur ses divertissements frivoles. Le flashback commence. Faisant fi de la sentimentalité et de la franchise insignifiante, la production de Friedrich touche les personnages à fond, dévoilant le drame intérieur et mettant en avant la tristesse et le fatalisme de la pièce.

Source © Deutsche Oper Berlin

  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

 

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

 

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

 

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Synopsis

La Traviata

D’où vient la popularité mondiale du chef d’œuvre des chefs-d’œuvre qu’est La Traviata ? De cette poignante histoire d’un amour inconvenant avec ses scènes d’une force incroyable, de la partie vocale complexe et néanmoins sublime du rôle titre, des airs que tout le monde fredonne ou tout simplement du génie de son compositeur ? Un peu de tout cela à la fois, sans nul doute...

Faisant partie de la trilogie populaire de Verdi (avec Rigoletto et Il Trovatore), la Traviata est aujourd'hui une œuvre figurant parmi les opéras les plus joués dans le monde. Véritable drame romantique qui percuta le public en plein cœur dès sa création, l’oeuvre est un monument culturel du patrimoine musical mondial. Les envolées lyriques de l’opéra de Verdi doivent leur renommée à des interprètes aussi talentueux que Maria Callas, Renata Scotto, Ileana Cotrubas, Monserrat Caballé ou plus récemment Angela Gheorghiu, Patrizia Ciofi, Anna Netrebko ou Diana Damrau.

HISTOIRE

L’action se déroule à Paris, aux alentours des années 1850 et raconte l'histoire d'amour entre une courtisane, Violetta Valéry et un jeune homme issu d'une famille bourgeoise, Alfredo Germont. Eperdument amoureux l'un de l'autre, Violetta va jusqu'à abandonner sa vie mondaine pour Alfredo. Furieux que son fils entache la réputation de sa famille, le père Germont pousse Violetta à sacrifier son amour. Dans un complet désœuvrement, Violetta, gravement atteinte d'une tuberculose, ne survivra pas à ce déchirement.

 Acte 1

Tout commence dans un salon parisien où Violetta, jeune courtisane en vue, donne une somptueuse fête, en compagnie de ses amis. On retrouve parmi eux son protecteur et amant, le baron Douphol. Au cours de la soirée Gastone, un ami de Violetta, lui présente Alfredo, jeune homme fraîchement arrivé de province et amoureux transi de la belle. Après lui avoir déclaré sa flamme, elle se laisse aller à l'idée qu'un amour véritable serait possible avec lui.

 Acte 2

Alfredo et Violetta s'installent ensemble près de Paris et vivent un amour parfait. Un jour, Violetta reçoit la visite du père d'Alfredo. Celui-ci, très conservateur, l'accuse d'union immorale et lui avoue que sa relation avec Alfredo jette le discrédit sur toute sa famille. Affirmant avec véhémence que tous deux ne pourront jamais se marier, monsieur Germont implore Violetta de renoncer à Alfredo pour le bien de tous. La jeune courtisane décide de se plier à la volonté du père d'Alfredo et écrit une lettre de rupture à son amant.
Violetta reprend alors sa vie de courtisane et apparaît de nouveau à Paris, au bras de son protecteur. Alfredo aveuglé par la rage et la jalousie s’est rendu lui aussi à la fête. Après avoir gagné aux jeux, il humilie Traviata en lui jetant son argent au visage, « pour lui payer tout ce qu’il lui devait », provoquant la stupeur des convives.

Acte 3

Depuis longtemps atteinte de tuberculose, Violetta voit son mal empirer avec le temps. Quand elle reçoit une lettre du père d'Alfredo, dans lequel il confesse avoir tout avouer à son fils, elle se surprend à espérer une nouvelle vie avec Alfredo. Le jeune amant se fait annoncer amis il a à peine le temps de retrouver son aimée qu’elle expire dans ses bras, épuisée par la maladie.

LES PRINCIPAUX RÔLES

Violetta Valéry, courtisane et amante d'Alfredo (soprano)
Alfredo Germont, amant de Violetta (ténor)
Giorgio Germont, père d'Alfredo (baryton)
puis
Flora Bervoix, amie de Violetta (mezzo-soprano)
Annina, camériste de Violetta (soprano)
Gastone, ami de Violetta et d'Alfredo (ténor)
Le baron Douphol, protecteur de Violetta (baryton)

Deutsche Oper

Vous pouvez aussi être interessé par…

0