À partir de 57 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Disponible

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos E-billets à imprimer ou à présenter sur votre smartphone.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

©Monika Rittershaus / Opera Salome / Richard Strauss

Strauss R. Salome

Du 17 mars Au 24 mars 2023
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Strauss R. : Salome

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Axel Kober
  • Metteur en scène
    Claus Guth
  • Interprètes
    Salome: Vida Mikneviciute
    Jochanaan: Jordan Shanahan
    Herodes: Thomas Blondelle
    Herodias: Petra Lang
    Narraboth: Mihails Culpajevs
    Ein Page der Herodias: Annika Schlicht
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Salome

SALOMÉ, LA SENSUALITE AU PARFUM DE SCANDALE


Salome est un opéra en un acte composé par Richard Strauss sur un livret de Hedwig Lachmann d'après la pièce d'Oscar Wilde, elle-même inspirée d'Herodias dans les Trois contes de Flaubert.

 

Cet opéra aux résonances orientales, d'une inventivité et d'une puissance orchestrale rares, fait vibrer dès ses premières notes son caractère sensuel et hautement provocateur qui fit scandale lors de sa première représentation en 1905 au Hofoper de Dresde. La danse des sept voiles, raffinée et puissante, est la partie orchestrale la plus connue et la plus souvent interprétée.


L'HISTOIRE


L'histoire se déroule au début de l'ère chrétienne, la nuit, sur la terrasse du palais où vit la belle et vierge Salome avec son beau-père, le roi Hérode et sa mère, la reine Hérodias. Jean-Baptiste, un prophète que nul ne comprend est enfermé dans une citerne pour avoir diffamé Hérode. La jeune femme convainc les gardes qu'on le fasse sortir et se prend de passion pour lui mais il lui refuse un baiser. A son retour, Hérode demande à Salome de danser pour lui en échange de tout ce qu'elle voudra. La jeune femme accepte et exige comme prix la tête de Jean-Baptiste.


ACTE 1

 

On chante la beauté de la princesse Salomé dont le capitaine de la garde Narraboth est éperdument amoureux. La voix de Jean-Baptiste enfermé dans la citerne retentit soudain. Il prophétise l'arrivée de Jésus mais on le tient pour fou.


ACTE 2


La princesse apparaît sur scène et son attention est attirée par la voix de Jean-Baptiste. Elle comprend qu'il dit des choses terribles au sujet de sa mère qui partage la vie du frère de son mari assassiné. Son nouvel époux et aussi l'assassin. Faisant du charme à Narraboth, la princesse obtient de lui qu'il tire Jean-Baptiste de son cachot.


ACTE 3


Jean-Baptiste apparaît et produit un effet intense à Salomé. Elle demande plusieurs fois à baiser sa bouche mais il refuse. Narraboth, désespéré par cette scène, se tue au pied de celle qu'il aime. Elle ne le remarque même pas tandis que Jean-Baptiste finit par la maudire et retourne à son cachot. SCÈNE 4 : Hérode et Hérodiade entrent en scène. Le roi a des regards concupiscents pour Salomé et lui demande de danser en lui promettant monts et merveilles. Elle finit par consentir à exécuter pour lui une danse érotique, « la danse des sept voiles ». Puis elle réclame la tête de Jean-Baptiste sur un plateau d'argent. On lui apporte la tête coupée et Salomé embrasse enfin la bouche du prophète. Hérode, horrifié, ordonne alors de la tuer.


LES PRINCIPAUX RÔLES 


Hérode Antipas, tétrarque de Judé

Hérodias, femme du tétrarque Salomé, fille d'Hérodias

Jochanaan, le prophète (Jean-Baptiste)

Narraboth, jeune Syrien, capitaine de la garde

Le page d'Hérodias

Cinq juifs Deux nazaréens Deux soldats Un cappadocien Un esclave

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…