À partir de 57 €
×

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Alerte Email

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

Besoin d’aide pour réserver ?
MODE D'OBTENTION DES BILLETS

À réception de la confirmation de votre commande, vous recevrez par email vos e-billets à imprimer ou à présenter sur votre portable, vous permettant d’accéder directement à la salle.

Emplacement

Dans la catégorie choisie, music & opera réserve les meilleures places disponibles au moment de l'achat. les numéros de siège vous seront précisés par e-mail avec votre confirmation, sauf en cas de placement libre. seules les places contiguës sont réservées automatiquement. dans le cas contraire, nous vous contacterons.

Prix

Le prix Music & Opera ne correspond pas à la valeur faciale du billet et inclut tous les frais et taxes applicables.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

Der fliegende Holländer © Thomas Jauk

Wagner Der fliegende Holländer

Du 14 février Au 18 février 2021
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Wagner : Der fliegende Holländer

2h 15m Chanté en : Allemand
Distribution
  • Chef d'orchestre
    Nicholas Carter
    Daniel Carter
  • Metteur en scène
    Christian Spuck
  • Interprètes
    Der Holländer: Egils Silins
    Senta: Catherine Foster
    Erik: Thomas Blondelle
    Daland: Patrick Guetti
    Der Steuermann: Attilio Glaser
    Der Steuermann: Andrei Danilov
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

L'Histoire du Lieu en quelques mots …

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Der fliegende Holländer

Der fliegende Holländer, premier grand succès de Wagner est une œuvre qui annonce déjà les thèmes chers du génial compositeur dont celui de l’amour impossible. Cette belle fresque emporte grâce à la vivacité de l’écriture orchestrale et vocale des choeurs et des parties solistes. La meilleure porte d’entrée dans l’univers de Wagner, le compositeur flamboyant et incomparable.

Connu comme le Vaisseau Fantôme en français, Der Fliegende Holländer marque la transition entre une tradition lyrique de la première moitié du XIXème siècle et un renouvellement du style, voulu et défendu par Wagner. Avant le révolutionnaire Tristan und Isolde, l’opéra furieux et remarquable marque le premier pas vers l’innovation avec l’introduction du « Leitmotiv » qui marquera à tout jamais, l'art lyrique.

HISTOIRE
La légende du Hollandais volant, le célèbre bateau fantôme, sert de toile de fond pour cette histoire d’amour impossible. Sous le coup d’une malédiction, le Hollandais, capitaine du vaisseau erre sans fin sur les mers, à la recherche de la jeune vierge qui se sacrifiera pour lui et lui permettra d’obtenir enfin, sa rédemption. Déchirée entre l’amour d’Erik et celui du Hollandais, Senta se jettera dans la mer pour rejoindre ce dernier dans la mort.

Acte 1
Tandis que le bateau du marchand Daland s’ancre dans une baie, un vaisseau surgit de nulle part. Son capitaine, le Hollandais, se lamente car maudit pour toujours, il ne trouvera le repos que si une femme l'aime d'un amour véritable. Il rencontre alors Daland à qui il propose des richesses innombrables. Le marchand devra en échange lui donner la main de sa fille, Senta. Les deux hommes se mettent en route vers la jeune fille.

Acte 2
Dans le village, sur le port, les femmes attendent le retour des marins. La jeune Senta, fredonne la complainte triste du Hollandais. Elle se donnerait à lui pour le sauver de son triste sort mais son fiancé, Erik, essaie de la ramener à la raison en lui racontant son rêve. Arrive alors, accompagné du Hollandais, Daland sui s’efface. Resté seul avec Senta, le capitaine lui confesse sa malédiction. La jeune fille décide alors de s’unir à lui, pour toujours.

Acte 3
Les marins fêtent leur retour en chantant mais s’interrompent bien vite, glacés par les chants lugubres venant du vaisseau. Erik tente encore de faire changer d'avis Senta, en lui rappelant ses vœux d'engagement. La jeune fille se met à douter. Le Hollandais croit à une infidélité de la part de sa nouvelle fiancée. Pour ne pas lui faire de tort et pour lui éviter la damnation éternelle, il décide d’appareiller et de partir. Senta se précipite du haut de la falaise offrant ainsi au Hollandais la rédemption et scellant éternellement leur intense union.

LES ROLES PRINCIPAUX

Le Hollandais (baryton)
Daland, Un marchand norvégien (basse)
Senta, sa fille (soprano)
Erik, fiancé de Senta (ténor)

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…