×

Ce spectacle n'est pas disponible sur Music-opera.com. Merci de Contacter la Salle ou le Festival.

1 Cliquer sur la date pour voir les prix et réserver

Pas en vente

2Choisissez la Catégorie et le nombre de places

Indiquez ci-dessous vos souhaits concernant votre réservation de billets :
(150 char. max)

DES QUESTIONS ?

A votre disposition par tel : +33 1 53 59 39 29 - ou par Email) Voir Aide en ligne & Questions

MODE D'OBTENTION DES BILLETS

Vous recevrez par email vos E-billets à imprimer ou à présenter sur votre smartphone.

Emplacement

Nous réservons les meilleures places disponibles dans la catégorie. Les emplacements sont confirmés par e-mail. Places contiguës. Plus d’information

Prix

Le prix Music & Opera inclut tous les frais et taxes applicables et ne correspond pas à la valeur faciale du billet.

Assurance annulation

Une assurance annulation vous sera proposée avant le paiement plus d'information

Retour

© Bernd Uhlig

Wagner Das Rheingold

Le 04 janvier 2022
Deutsche Oper - Berlin
Programme

Wagner : Das Rheingold

Distribution
  • Chef d'orchestre
    Donald Runnicles
  • Metteur en scène
    Stefan Herheim
  • Interprètes
    Wotan: Derek Welton
    Fricka: Annika Schlicht
    Loge: Thomas Blondelle
    Erda: Judit Kutasi
    Alberich: Markus Brück
    Fafner: Tobias Kehrer
    Fasolt: Andrew Harris
    Mime: Ya-Chung Huang
    Freia: Flurina Stucki
    Donner: Joel Allison
    Froh: Attilio Glaser
  • Info salle
  • Plan de la salle
  • Synopsis

Deutsche Oper - Berlin Location Bismarckstrasse 35 - 10627 Berlin Allemagne

  • Capacité de la salle : 1859

A la différence du Staatsoper Unter den Linden, fondé au XVIIIème siècle au centre de la cité et longtemps considéré comme l'Opéra royal, le Deutsche Oper voit son histoire commencer en 1912, dans le quartier de Charlottenburg alors situé hors la ville, et sur l'initiative de riches bourgeois. Mais la crise économique qui suit la Première Guerre Mondiale aura raison de cet Opéra de Charlottenburg, qui est donc racheté par la Ville de Berlin.

Bruno Walter élèvera de beaucoup la qualité musicalede l'institution, rebaptisée Städtische Oper (Opéra de la Ville), avant que ne s'ouvre une brève période pendant laquelle l'intendant Cari Ebert (assisté de Rudolf Bing le futur légendaire directeur du MET de New-York) favorisera la musique la plus moderne, ces opéras de Kurt Weill ou Schreker que Klemperer ne pouvait plus monter au Kroll-oper désormais fermé, et qui déclencheront l'ire des nazis dès 1933.

En 1945, le bâtiment n'est plus que ruines, mais dès le mois d'août, la troupe se réunit au Theater des Westerns pour y donner FIDELIO. Elle y restera jusqu'en 1961. Durant cette période, le chefFerenc Fricsay, nommé directeur musical, permettra au Städtische Oper de retrouver son rang international, faisant alterner le grand répertoire dans des mises en scène de haute qualité (où l'on découvre alors les voix de Dietrich Fischer-Dieskau ou Josef Greindl), des œuvres de Stravinski ou Hindemith interdites par les nazis, et des créations mondiales. Mais en 1955, l'Opéra Unter den Linden, situé à l'Est, rouvre sous le nom de Deutsche Staatsoper. Sous l'effet de cette concurrence politico-artistique, trois décisions ont été prises : le Städtische Oper est rebaptisé Deutsche Oper Berlin, les plans d'un édifice à construire sur le site de Charlottenburg (situé à l'Ouest) sont arrêtés, et Cari Ebert qui a entre-temps fondé le Festival de Glyndebourne est rappelé. Ses mises en scène et sa programmation font de Berlin-Ouest une des capitales de l'opéra contemporain.

Malgré les départs de Fricsay et Ebert, l'ouverture du bâtiment moderne, et la construction du Mur, l'année 1961 ne constitue pas une réelle rupture dans l'histoire agitée de l'Opéra de Charlottenburg. Avec des chefs comme Karl Böhm et Eugen Jochum, ou plus tard Lorin Maazel, des metteurs en scène comme Wieland Wagner, des intendants comme Siefried Palm (violoncelliste spécialiste de musique contemporaine) ou l'actuel Götz Friedrich (un metteur en scène comme Ebert), les façades de verre du Deutsche Oper Berlin ont accueilli, en quelques années, les productions les plus excitantes de l'art lyrique contemporain.

Deutsche Oper

Le plan de salle est donné à titre indicatif et n'a aucune valeur contractuelle.
La répartition des catégories peut différer en fonction des spectacles et des dates.

Synopsis

Das Rheingold

L'OR DU RHIN: PROLOGUE DE LA TETRALOGIE

 

L'Anneau des Nibelungen est un cycle dramatique en trois journées et un prologue de Richard Wagner. L'Or du Rhin constitue le prologue de cette tétralogie qui marque l'apogée de l'écriture musicale du compositeur allemand. La première représentation de l'opéra eut lieu en 1869, à Munich. Dans cette oeuvre brève, en un acte, Wagner met en place les principaux thèmes de sa tétralogie, qui se poursuivra avec La Walkyrie, Siegfried et le Crépuscule des dieux. Ce cycle d'opéra fait largement appel aux sujets et aux personnages des mythologies germaniques.

 

L'HISTOIRE

 

L'histoire de l'Or du Rhin se passe dans les temps très anciens de la mythologie germanique, avant l'apparition de l'homme. Depuis le commencement du monde, l'or repose au fond du Rhin, où il est gardé par les trois filles de l'eau.

 

Le nain Alberich, un Nibelung, leur fait la cour, mais elles se moquent de lui. Il se rend cependant compte que le fond du fleuve est tapissé de matière précieuse. Il soutire par magie le secret de l'or aux filles du fleuve : celui qui s'emparera du métal précieux pourra forger un anneau d'or qui lui donnera la puissance absolue.

Alberich dérobe l'or du Rhin. Sur le Walhalla, les dieux découvrent le palais somptueux que leur ont construit les géants. En échange, Wotan leur a promis Freia, la déesse de la jeunesse.Soudain conscient que les dieux sont condamnés à vieillir et à mourir, Wotan se ravise.

Accompagné de Loge, il se rend dans le royaume des Nibelungen, où Alberich règne en tyran. Grâce à une ruse, ils lui dérobent l'anneau. Le nain lance alors une malédiction : l'anneau causera la mort de son propriétaire. Les géants viennent réclamer leur dû : Wotan leur donne l'or, ainsi que l'anneau.

La malédiction opère aussitôt et Fafner tue Fasolt. Freia est libérée, les dieux retrouvent leur jeunesse et leur sérénité. L'opéra se termine sur une vision majestueuse de leur règne sur le Walhalla.

 

LES ROLES PRINCIPAUX

 

Les dieux Wotan, père des dieux

Donner, dieu du tonnerre

Froh, dieu du soleil

Loge, dieu du feu Fricka, déesse du mariage et femme de Wotan

Freia, sa soeur, déesse de la jeunesse

Erda, déesse de la terre

Les Nibelungen Alberich, roi Mime, frère d'Alberich

Les Géants : Fasolt et Fafner

Les filles du Rhin: Woglinde,Wellgunde et Flosshilde

Deutsche Oper Berlin im Saal © Günter Karl Bose

Vous pouvez aussi être interessé par…